Les politiciens se taisent et les médias n’osent pas trop lever la voix quand Colin Powell mentionne les « 200 bombes nucléaires » qu’Israël garde « pointées vers l’Iran ».

On comprend aisément que Powell puisse en avoir gros sur le coeur depuis qu’il a servi injustement de bouc émissaire dans le scandale des mensonges de l’administration Bush au sujet des prétendues « armes de destruction massive » irakiennes…

Ce genre d’aveu semble indiquer le début de la fin du mutisme américain concernant les capacités nucléaires israéliennes.

Powell wrote:

Negotiators can’t get what he wants. Anyway, Iranians can’t use one if they finally make one. The boys in Tehran know Israel has 200, all targeted on Tehran, and we have thousands. As Akmdinijad (sic) [said], “What would we do with one, polish it?” I have spoken publicly about both nK and Iran. We’ll blow up the only thing they care about—regime survival. Where, how would they even test one?

Selon des e-mails de Colin Powell, Israël possèderait 200 bombes nucléaires Pendant un échange sur le nucléaire iranien, l’ancien secrétaire d’État aurait révélé l’ampleur supposée de l’arsenal nucléaire

Piratage de mails de Colin Powell : Israël possède « 200 armes nucléaires tournées vers l’Iran » Des mails du général Colin Powell ont été piratés et rendus publiques mercredi. Dans ses conversations, l’ancien secrétaire d’Etat de l’administration Bush indique qu’Israël aurait « 200 bombes nucléaires, toutes tournées vers Téhéran ».

Colin Powell Leaks: «Israël» dispose de 200 missiles nucléaires L’ancien secrétaire d’Etat américain et général quatre étoiles Colin Powell a suggéré qu’«Israël» disposait de 200 missiles à tête nucléaire, dans un e-mail dévoilé par des hackers russes.

Powell Acknowledges Israeli Nukes

Israel, US mum on Powell’s assessment that Israel has 200 nukes After leak of email in which he gauges size of Jewish state’s alleged atomic arsenal, former secretary of state stresses it was sent 10 years after he left office

In leaked emails, Colin Powell says Israel has 200 nukes While discussing Iran nuclear deal, former secretary of state apparently reveals extent of Jewish state’s alleged atomic arsenal

Colin Powell in Leaked Email Says Israel Has 200 Nukes

Colin Powell leaked emails: Israel has ‘200 nukes all pointed at Iran’, former US secretary of state says The detail is the latest revelation to emerge from a cache of leaked communications which has set Washington on edge

Israel has 200 nukes pointed at Iran, according to Powell emails

In Leaked Email, Colin Powell Says Israel Has 200 Nukes Pointed at Iran Former U.S. Secretary of State discusses Netanyahu’s March 2015 speech to Congress, in which the PM opposes the deal proposed by Obama to curb Tehran’s nuclear weapons program.

Powell discussed Israel’s nuclear capacity in leaked emails

‘The Boys in Tehran Know Israel Has 200 Nukes Pointed at Them,’ Says Former Secretary of State Colin Powell in Leaked Email

Colin Powell brushes off Iraq Chilcot report, admits Israel has 200 nukes

 

(Voir aussi la section photos)

Neo-conservatives have not made many inroads at the State Department, except for John Bolton, an American Enterprise Institute hawk and Israeli proponent who is said to have been forced on a reluctant Colin Powell as undersecretary for arms control. Bolton’s special assistant is David Wurmser, who wrote and/or co-authored with Perle and Feith at least two strategy papers for Israeli Prime Minister Netanyahu in 1996.(Michael Collins Piper, The High Priests of War, p.12)

Initially, Secretary of State Colin Powell seemed to be the one wellknown figure in the Bush administration who stood in the way of an American imperial policy hinging on a war against Iraq. Joined by the military’s Joint Chiefs of Staff in urging a cautious approach to the crisis, Powell was being confronted inside the Bush administration by a tightly-knit group of hard-driving warmongers trying to run roughshod over the administration’s stated policy and determined to subvert it for their own ends. (Michael Collins Piper, The High Priests of War, p.21)

However, the Post pointed out: “High level civilians in the White House and Pentagon vehemently disagree.” Those un-named “high-level” civilians were the neo-conservative warhawks such as Perle and his longtime associate and closest ally inside the Bush administration, Deputy Secretary of Defense Paul Wolfowitz and his lieutenant, Douglas Feith. The Washington Post also reported that while “active duty members of the military have not publicly questioned the direction of Bush’s Iraq policy [in] private some are very doubtful about it.” The Post added:

Retired officers and experts who stay in touch with the top brass, and are free to say what those on active duty cannot, are more outspoken in supporting the containment policy and questioning the administration’s apparent determination to abandon it.(80)

Secretary of State Colin Powell—who served two tours of combat duty in Vietnam—was, in fact, initially aligned with the military brass in opposition to the Iraq war. Quite notably, General Tommy Franks—who ultimately led the American war against Iraq—also opposed the war. (Michael Collins Piper, The High Priests of War, p.49)

Les néocons avaient peur que Colin Powell ne suive pas leur plan… ils l’ont non seulement forcé à se soumettre, ils ont fait de lui le porte-étendard et le bouc émissaire de ce plan !

Dawdling Diplomacy Emboldens Terrorists By  RON RUBIN FORWARD (Feb 28, 2003) « In politics, as in life, everything is in the timing. Yet the administration’s haggling with the U.N. Security Council over resolutions and its hectoring of the hapless inspectors serve both to embolden Saddam and those opinion elites who sanctimoniously reach for the moral high ground in covering up for the Iraqi dictator. The administration, as identified with prevaricating Secretary of State Colin Powell, seems ill fitted to play the game of cold-blooded power politics. »

Cracks Emerge in Bush Foreign Policy, Defense Teams: Hawks Rallying Behind Rumsfeld To Limit Powell; `Soft Speech vs. Big Stick’  By STEPHEN SCHWARTZ  FORWARD STAFF (Jan 19, 2001) « Colin Powell, the man widely expected to dominate Bush administration foreign policy, appears headed instead into a hornets’ nest of ideological and bureaucratic infighting, according to a growing chorus of well-placed transition-watchers. Observers say he will face an early challenge for dominance from administration conservatives grouped around Defense Secretary-designate Donald Rumsfeld. »

Sur les néoconservateurs derrière les guerres pour Israël au Moyen-Orient

Michael Collins Piper, THE HIGH PRIESTS OF WAR : The Secret History of How America’s “Neo-Conservative” Trotskyites Came to Power and Orchestrated the War Against Iraq as the First Step in Their Drive for Global Empire

 

Sur les liens entre le nucléaire israélien et l’assassinat de JFK

Michael Collins Piper, FINAL JUDGMENT : The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy

 

 

Is America’s Silence on Israel’s Nuclear Ambiguity About to End? Since the Carter presidency America’s turned a blind eye to Israel’s nuclear activities contravening the conditions Congress set for countries to receive U.S. aid. America’s new political volatility may mean that’s about to change.

Israel should ratify nuclear test ban treaty in 5 years: UN

How Israel Stole the Bomb

North Korea’s Understandable Fears

Pentagon chiefs fear the movie Terminator could come true with advanced robot weapons wiping out humanity

Montreal Declaration For Nuclear Fission Free World

Un plaignant affirme que l’aide américaine à Israël viole l’accord nucléaire Une association de Washington affirme que les puissances nucléaires qui n’ont pas signé le TNP ne sont pas légalement éligibles à l’aide américaine

Lawsuit claims US aid to Israel violates nuclear pact

Lawsuit filed in US court claims US aid to Israel violates nuclear pact

Lawsuit Filed Against US Government For Illegal Aid To Nuclear Israel

VIDEO – Grant Smith: A brief history of Israeli foreign agent, smuggling & spy cases.

PDF – U.S. Foreign Aid to Israel, By Jeremy M. Sharp, Specialist in Middle Eastern Affairs June 10, 2015 Congressional Research Service

FLASHBACK: In Bed With the Israelis? : DANGEROUS LIAISON: The Inside Story of the U.S.-Israeli Covert Relationship, By Andrew and Leslie Cockburn (HarperCollins: $25; 401 pp.) September 01, 1991|Dan Raviv | Raviv, a CBS News correspondent based in London, is co-author of « Every Spy a Prince: The Complete History of Israel’s Intelligence » (Houghton Mifflin.)

VIDEO – BOOK DISCUSSION: Dangerous Liaison: The Inside Story of the U.S.-Israeli Covert Relationship, » by Andrew and Leslie Cockburn

Dual Loyalty By Victor Mallet REVIEWS OF TWO BOOKS: The Samson Option: Israel, America and the Bomb by Seymour Hersh and Dangerous Liaison: The Inside Story of the US-Israeli Covert Relationship by Andrew Cockburn and Leslie Cockburn

A Special Relationship By David Schoenbaum Review of DANGEROUS LIAISON The Inside Story of the U.S.-Israeli Covert Relationship. By Andrew Cockburn and Leslie Cockburn. 416 pp. New York: HarperCollins Publishers.

Sur l’accord iranien tant décrié par Israël:

Opposition MKs slam Defense Ministry’s harsh rebuttal of Obama over Iran deal Meretz head says Liberman ‘intent on destroying ties with US’ after ministry compares historic accord to pre-WWII Munich Agreement.
PMO calls US envoy to clarify opposition to Iran deal, play down Liberman critique After Obama’s assertion that Israeli security officials now back accord, PM stresses Israel still rejects it, Defense Ministry compares it to Munich agreement
RWW News: Glenn Beck Says Payment To Iran Is ‘Much Worse’ Than The Iran-Contra Scandal
Defense Ministry slams Obama, likens Iran deal to Munich
Netanyahu said blindsided by Liberman’s Iran-Munich deal comparison
Lieberman Compares Iran to Nazis, Iran Deal to Munich Pact…Again
Defense Ministry compares Iran nuclear deal to Munich Agreement After US president said Israeli officials consider accord a ‘game changer,’ Liberman’s ministry likens it to 1938 capitulation to Nazis
Defense Ministry Statement on Iran Deal Caught Netanyahu by Surprise, Aide Tells U.S. Envoy A senior aide to Netanyahu told U.S. Ambassador Dan Shapiro that the statement, which criticized President Obama, was not coordinated with prime minister, Haaretz has learned.
Israeli Defense Ministry Slams Obama: Iran Deal as Harmful as Munich Agreement With Hitler Netanyahu distances himself from the statement, stressing that ‘Israel has no ally as important as the U.S.’
Iran nuclear deal is not Munich 1938
Defense Ministry slams Obama statement, compares Iran deal to Munich pact
Israeli Defense Ministry Slams Obama: Iran Deal as Harmful as Munich Agreement With Hitler
Obama: Israel Acknowledges Iran Has Abided by Nuclear Deal 
Obama challenges Israel to rethink opposition to Iran deal
Obama: Even Israel now says we were right on Iran nuke deal
Between the Iran Nuclear Deal and Pharaoh’s Dream In Genesis, the ruler of Egypt dreams of seven cows and ears of corn, but both times they are followed by seven ugly, emaciated ones. The nuclear agreement with Iran contains a similar divide.
Pro-Israel Dems who backed Iran deal feel the heat in 2016 races Prominent supporters of Jewish state are being attacked for not ‘standing with Israel,’ while some in Jewish community warn against using the deal as a litmus test

Les Etats-Unis vont fournir à Israël la plus grosse aide militaire de son histoire en compensation de l’accord nucléaire avec l’Iran

Ex Mossad chief: Israel’s biggest threat is potential civil war, not Iran

Israeli think tank: Don’t destroy ISIS; it’s a “useful tool” against Iran, Hezbollah, Syria

 

 

Sur ce blog:

 

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur Les politiciens se taisent et les médias n’osent pas trop lever la voix quand Colin Powell mentionne les « 200 bombes nucléaires » qu’Israël garde « pointées vers l’Iran ».

Le rôle disproportionné des juifs et des sionistes dans les réseaux islamophobes de la droite américaine, dans les années qui ont suivi le 11 septembre 2001

Peur, colère et politique – Al Jazeera World (V.F.): (2/2)

Peur, colère et politique – Al Jazeera World (V.F.): (1/2)

La version anglaise est disponible sur youtube:

Al Jazeera World – Fear, Anger and Politics – Part 1

Al Jazeera World – Fear, Anger and Politics – Part 2

La seconde moitié (à partir de 23 min.) du deuxième épisode présente les leaders des réseaux islamophobes liés à la droite américaine.

La référence de cette seconde partie du deuxième épisode est un rapport du Center for American Progress datant de 2011 intitulé « Fear, Inc. The Roots of the Islamophobia Network in America« . Une version plus récente datant de 2015, Fear, Inc 2.0 est également disponible. Extraits:

Agrandissement:


Agrandissement:

 …

Recension du documentaire Post-9/11 Fear, Anger and Politics par Stéphanie Tremblay

Les mieux informés y reconnaîtront un bon nombre de juifs et de sionistes. Le rabbin David Yerushalmi est à juste titre présenté comme le leader national de la mouvance islamophobe aux États-Unis et comme le père de la loi anti-sharia. Détails sur wikipédia:

Ban on Sharia Law (Wikipedia) 

Supporters  
David YERUSHALMI has been called the founder of the movement in America, and is described by the New York Times as « working with a cadre of conservative public-policy institutes and former military and intelligence officials »; and to pass legislation, « a network of Tea Party and Christian groups » as well as ACT! for America. According to him, the purpose of the anti-sharia movement is not to pass legislation banning sharia law in the courts, but « to get people asking this question, ‘What is Shariah?’”.

 

  Propagandiste du « Choc des Civilisations »
(une idée du juif britannique Bernard Lewis)
Pamela Geller dirige l’organisation SION:
STOP ISLAMIZATION OF NATION

AFDI, une organisation dirigée par Pamela Geller, est responsable
de ces affiches publicitaires pro-Israël posées dans des lieux publics
aux États-Unis. Elle est aussi d’avis qu’il faudra nucléariser l’Europe
si l’Iran attaque Israël, pour punir l’Europe d’avoir tué ses juifs.
Une autre publicité financée par l’AFDI

Pam la Star pose habillée avec l’ancien ambassadeur à l’ONU John Bolton, un néocon influent du PNAC et du JINSA.

On nous dit souvent du côté des identitaires qu’il ne faudrait pas prendre parti dans le « conflit » entre nationalistes palestiniens et nationalistes sionistes, que ce n’est qu’un conflit entre musulmans et juifs qui ne nous regarde pas. Pour eux : « si l’on prend parti pour le nationalisme palestinien et contre le sionisme, alors on défend des musulmans associés au Hamas et on se retrouvera dans la liste des terroristes ».

Or ce qu’oublient les tenants de ce discours c’est qu’en tant qu’identitaires, nationalistes, révisionnistes et antijuifs ils sont déjà fichés dans la liste des terroristes, et ce même s’ils ne sont anti-islam et même s’ils n’ont rien à foutre de la controverse du palestinisme/sionisme!

Les identitaires, antijuifs et révisionnistes qui tiennent ce discours de distanciation vis-à-vis de la controverse sionisme-palestinisme semblent ignorer ou feignent d’ignorer que les nationalistes sont exactement dans la même situation que les Palestiniens : tous dans le même sac, étiquetés comme « terroristes »! Le fait est qu’il est rigoureusement impossible aux identitaires, nationalistes, révisionnistes et antijuifs d’échapper à cette étiquette!

Que penser alors de ces gens qui font miroiter de fausses promesses aux identitaires, nationalistes, révisionnistes et antijuifs en leur faisant croire qu’ils peuvent éviter l’étiquette de « terroriste » en restant loin du palestinisme?

Il est donc extrêmement trompeur de suggérer qu’on peut éviter cette étiquette de « terroriste » en évitant de prendre parti dans ce qu’on appelle à tort le « conflit israélo-palestinien » (qui n’est pas du tout un conflit entre deux entités puisque c’est un massacre unilatéral basé uniquement sur le racisme juif, un racisme exacerbé par l’endoctrinement sioniste).

C’est un piège de se dire que ce n’est qu’un conflit entre musulmans et juifs, car la lutte palestinienne contre la domination juive et le racisme juif est emblématique de ce qui se passe partout sur terre : cette lutte est emblématique de la grande guerre des juifs contre tous les goyim, et surtout contre les résistants nationalistes qui se battent pour la libération de leur peuple!

Voilà pourquoi le combat des Palestiniens est identique au nôtre : c’est un combat nationaliste pour la libération d’un peuple opprimé par les juifs.

Ce qu’il faut comprendre c’est que le sionisme travaille fort pour nous convaincre qu’Israël est non seulement la meilleure mais bien l’unique défense de l’Europe et l’Occident contre le péril musulman. C’est une guerre de propagande, une guerre de l’information. Plus le « péril musulman » apparaît grand et menaçant dans les médias, plus la nécessité d’appuyer Israël dans son combat contre les « barbares » devient une évidence aux yeux du public manipulé. D’où la nécessité de créer des réseaux islamophobes. Nul besoin que ces réseaux islamophobes fassent en même temps de la propagande pro-israélienne, ils peuvent même complètement laisser de côté toute référence admirative vis-à-vis d’Israël. Cela complique la tâche quand vient le temps de les démasquer, mais généralement ils finissent toujours par se trahir un moment donné. À cet égard au moins on peut dire que le temps joue pour nous…

 

Il est un fait paradoxal qui surprendra tant la droite que la gauche: le président états-unien qui a reçu le plus grand appui des musulmans pour sa campagne est nul autre que… George W. Bush! Celui qu’on associe pourtant au « choc des civilisations » entre l’impérialisme occidental-américain et le monde islamique! Ce fait met en lumière l’évolution de la politique de droite états-unienne en lien avec le sionisme. En fait, on ne devrait pas être surpris de l’appui des musulmans pour la droite politique en général et le parti républicain en particulier, du moins le parti républicain avant le 11 septembre et la guerre au terrorisme. En effet, l’islam est une religion et un courant de pensée fondamentalement conservateur et traditionnaliste, voire réactionnaire, qui penche donc forcément vers la droite. La gauche était plutôt associée aux juifs: on se souvient des « judéo-bolchéviques » comme marqueur du rôle incontestable des juifs dans le communisme au 19e et 20e siècle (Marx, Lasalle, Trotsky, etc.). Fondamentalement, donc, la droite politique ressemble beaucoup à l’islam et à son conservatisme traditionnel voire réactionnaire, et la gauche politique ressemble beaucoup au judaïsme et à ses idées universalistes mondialistes voire modernistes (progressistes). La gauche combattait autrefois l’antisémitisme et l’antijudaïsme réactionnaire des milieux de droite. Mais tout cela a changé avec le 11 septembre et la guerre au terrorisme, car depuis ce moment, les droits et libertés des musulmans sont systématiquement bafoués, les jetant ainsi dans les bras de la gauche défenseresse des opprimés et des droits des minorités. Historiquement, la gauche n’a rien à voir avec des courants traditionnalistes et conservateurs comme l’islam. C’est le 11 septembre et la guerre au terrorisme qui ont tout changé. Sans le 11 septembre et la guerre au terrorisme, les musulmans seraient à droite et auraient déjà envahi les rangs du parti républican et autres courants et partis politiques conservateurs de droite. Mais à cause du 11 septembre et de la guerre au terrorisme, la droite est devenue radicalement anti-islam, et la gauche est devenue radicalement pro-islam. Les juifs étant fortement associés aux États-Unis et à l’impérialisme états-unien, surtout depuis la fin de la 2e guerre mondiale, ceux-ci ont tout à gagner du fait que la gauche soit devenue pro-islam et que la droite soit devenue anti-islam. Le nouveau combat anti-islam de la droite permet aux juifs, et particulièrement aux sionistes, de prendre le contrôle total de la droite, et en même temps de porter un coup très dur contre la gauche, puisque les juifs vont prévisiblement quitter massivement la gauche à cause de son parti pris pro-islam. C’est ce qu’on voit se produire aujourd’hui: les juifs sionistes quittent et condamnent la gauche qui de son côté, progresse de plus en plus du propalestinisme vers un antisionisme de source antijudaïque. Cela s’imbrique parfaitement dans la propagande pro-israélienne qui blâme l’islam pour le terrorisme, au lieu de reconnaître que le terrorisme palestinien est une manoeuvre de résistance nationaliste palestinienne, et le mouvement international pro-palestinien un mouvement de libération nationale, et non un mouvement « islamique ». Les juifs sionistes ne voyaient pas du tout d’un bon oeil l’influence musulmane dans l’entourage de Bush, influence redevable au pétrole, les liens de la famille Bush avec les dynasties pétromonarchiques du Golfe et d’autres pays arabes étant bien connus. Même si ces pays du Golfe sont pro-Israël, ce n’est ainsi qu’en raison de l’influence états-unienne qui exige des pays arabes qu’ils reconnaissent et respectent Israël autant qu’ils reconnaissent et respectent les États-Unis. Les juifs sionistes ont eu peur d’un rapprochement des États-Unis avec les musulmans et les arabes sous l’administration de droite de Bush fils, car alors l’influence juive sioniste sur la droite aurait considérablement diminué et aurait été repoussée à gauche. Or la gauche est condamnée à disparaître, ou du moins à être neutralisée, d’après l’agenda des cercles élitistes anglo-américains et juifs, cela en raison des idées sociales de gauche que détestent les cercles antisociaux des loges à la tête du monde anglo-américain. Pour les cercles anglo-américains et leurs alliés sionistes post-Seconde Guerre mondiale, il fallait détruire la gauche et faire en sorte que la droite soit totalement soumise au sionisme. Le moyen de détruire la gauche était de la pousser à s’allier à un courant condamné, désigné comme ennemi à abattre: l’islam. L’Islam devait être redéfini comme la religion des perdants, la religion des opprimés, et le judaïsme la religion des élus, des gagnants, exactement comme la gauche devait être détruire et la droite renforcée. Si les juifs ont été autrefois liés au communisme et à la gauche, il fallait maintenant réinventer le judaïsme en le refondant à droite, suivant le paradigme de la droite. Les cercles élitistes dominant l’Occident, c’est-à-dire les loges anglos et les sionistes (car les États-Unis et les juifs furent les vrais gagnants de la Seconde Guerre mondiale), voyaient d’un très mauvais oeil les idées sociales de la gauche et cherchaient à les éliminer une fois pour toutes. Ils voyaient aussi d’un très mauvais oeil le fait que la droite était en train d’être investie par des musulmans et non par des juifs, car une présence musulmane accrue risquait d’arracher la droite au contrôle sioniste et de faire revenir les vieilles idées antisémitiques et antijuives partagées par quantité de chrétiens conservateurs et de musulmans. Alors ç’en aurait été fini du pouvoir juif ! Le 11 septembre et la guerre au terrorisme a complètement réglé ce problème. après le 11 septembre, la gauche a trahi ses fondamentaux en prenant la défense d’un courant de pensée réactionnaire et anti-progressiste comme l’islam, et la droite a également trahi ses fondamentaux en reprenant le discours politiquement correct de défense des droits des femmes contre le modèle social musulman traditionnaliste, conservateur-réactionnaire, anti-libéral et anti-moderniste. Normalement, la droite devrait être en accord complet avec les idées réactionnaires anti-modernistes et anti-libérales de l’islam, mais grâce au 11 septembre, l’influence sioniste a pris le dessus à droite et c’est maintenant la « mission » de la droite de taper continuellement sur l’islam et défendre les juifs et Israël pour des fins bassement populistes et électoralistes. La « mission » attribuée à la gauche après le 11 septembre est de défendre les musulmans en tant que groupe minoritaire opprimé et d’attaquer les racistes sionistes et juifs, se faisait ainsi le porte-voix de deux courants condamnés: l’islam (religion des opprimés et des potentiels terroristes) et l’antisionisme (qualifié de haine antijuive). La gauche va ainsi s’autodétruire en perdant tous ses appuis juifs sionistes et en s’associant à ces deux courants condamnés que sont l’islam et l’antisionisme, condamnés en se trouvant associés malgré eux au terrorisme et à la haine antijuive. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, le mouvement qui a progressé le plus au cours des dernières années est la droite alternative (Alt-Right), alors que le mouvement progressiste se demande seulement s’il va pouvoir survivre aux prochaines années, car la tendance n’est pas prêt de s’inverser… Cela même si le mouvement Alt-Right ramène la droite vers l’antisémitisme le plus primaire alors que la gauche ne fait en somme que condamner le racisme juif dans ses critiques contre Israël…

 

Enfin, en l’honneur de toutes les victimes et des vies sacrifiés passées, présentes et futures du 11 septembre et ses conséquences, particulièrement des conséquences guerrières qui en ont découlé, soulignons le travail de journalisme qui a permis d’établir que les Palestiniens que les médias nous ont montré soit-disant en train de célébrer la destruction du WTC le jour du 11 septembre avaient en fait été filmés en train de célébrer un tout autre événement, sans lien avec le 11 septembre…

Des fausses images de Palestiniens en train de célébrer le 11 septembre:
September 11, 2001: Television News Footage of Gleeful Palestinians Shown out of Context

Critics Praise TV Coverage of Terror in US, Warn of Rising Jingoism  by Robert Holloway (Agence France Presse) September 18, 2001 (…) One piece of film, broadcast repeatedly by some networks, showed Palestinians celebrating the news that the twin towers had been destroyed and the Pentagon military complex set ablaze.  The scene was filmed during the funeral of nine people killed the previous day in an Israeli attack, Crispin Miller said, and « to show it without explaining the background, and to show it over and over again, is to make propaganda for the war machine and is irresponsible. »

 

Ne pas manquer aussi l’excellent reportage de Paul Moreira pour Spécial Investigation: Islam, Antéchrist et jambon-beurre: Voyage au coeur de la machine anti-islam

 

La seconde partie (@35:00) d’un autre reportage de Moreira sur les électeurs du Front National porte à peu près sur le même thème: Danse avec le FN (débute à 35:00)

Et tant qu’à y être, pourquoi ne pas aussi visionner du même coup son excellent reportage sur le sort tragique des Palestiniens sous l’occupation: Voyage dans une guerre invisible

VIDEO – Rabbi Reuven Firestone – Christians KILLED MORE in history and why DISCIPLES didn’t go to BATTLE!

VIDEO – Rabbi Reuven Firestone – Surah 9:29 – KILL ALL Jews and Christians? An Academic vs. A Bigot

Kosher Conservatards [Paul Joseph Watson] Push Phony Narrative that Western Establishment is ‘Protecting, Coddling Islam’

VIDEO – Paul Watson Promotes Zionist Disinformation About Muslims and Free Speech

Infowars Goes Full Cuckservative, Ramps Up Fear Campaign About “Waddical Mooslims”

VIDEO – Ziocon Anti-Islam Disinfo Narrative on Obama and ISIS

À voir aussi:

VIDEO – The Hatemongers Among Us

VIDEO – Qui est derrière la propagande anti-Islam? (Débat complet pt.1pt.2)

VIDEO – La nouvelle extrême-droite et l’alliance sioniste contre l’Islam

VIDEO – Geert Wilders: Most Dangerous Man in Europe?


PHILOMAG: Historien et essayiste subtilement engagé, Enzo Traverso est l’un des intellectuels italiens les plus remarquables de notre temps. Spécialiste « gentil » de l’histoire du judaïsme, il fait paraître un livre qui devrait, au moins par son titre, faire parler de lui : La Fin de la modernité juive. Si la teneur en est aussi complexe que le destin du judaïsme lui-même, le propos peut en être résumé simplement : il y a encore peu, les créateurs juifs étaient synonymes de dissidence et de progressisme radical ; depuis la création de l’État d’Israël et, surtout, depuis son devenir-central dans les querelles géopolitiques planétaires, le signifiant « juif », indépendamment des engagements propres à chaque Juif concret, est devenu le cheval de Troie « Plexiglas » du néoconservatisme contemporain. Traverso résume lui-même à gros traits : « Si la première moitié du XXe siècle a été l’âge de Franz Kafka, Sigmund Freud, Walter Benjamin, Rosa Luxembourg et Léon Trotski, la seconde a plutôt été celle de Raymond Aron, Leo Strauss, Henry Kissinger et Ariel Sharon. »  Voilà pour le diagnostic, à la fois plutôt flagrant et propre à faire se lever tous les boucliers de la bien-pensance en qualifiant son auteur d’« antisémite ». On aimerait que ses ennemis tout désignés y regardent à deux fois : si Traverso peut être soupçonné d’une chose, ce serait plutôt de philosémitisme aggravé, étayé par une connaissance impressionnante de la culture et de l’histoire juives. Il est donc fondé à remarquer que là où le créateur juif, philosophe, écrivain ou artiste, fut depuis Spinoza le paradigme souvent indépassable de l’homme du « contrepoint et de la dissonance », il semble aujourd’hui volontiers se faire le porte-parole avant-gardiste des ordres les plus dominants, conformistes et brutaux. Non seulement les droites européennes classiques brandissent leur philosémitisme et leur prosionisme comme un pavillon de complaisance, mais même les extrêmes droites ont, depuis une décennie, fait la paix – singulièrement en France – avec leur vieille obsession négative. Israël, comme avant-poste de la lutte de la civilisation contre la barbarie : le refrain est désormais si connu que nous bâillons en l’entendant.(LIRE LE RESTE…)

VIDEO – Enzo Traverso: De l’esprit critique au conservatisme (De Trotsky à Kissinger: de la Révolution internationale à la Contre-Révolution internationale!) Partie IPartie 2

VIDEO – Pour une historiographie marxiste et critique : entretien avec Enzo Traverso  Traverso a tout compris sur le virage conservateur des juifs au 20e siècle, leur passage de Trotsky à Kissinger!

VIDEO – UPJB-14juin2013-Enzo Traverso : « La fin de la modernité juive. Histoire d’un tournant conservateur »


PDF – The Jewish Century, by Yuri Slezkine. Comme l’indique Traverso en référant à The Jewish Century de Yuri Slezkine, le juif est au coeur de ce qui s’est passé durant le 20e siècle, tant en terme de destruction et de révolution géopolitique que de révolution idéologique ou anti-idéologique. Depuis la seconde moitié du 20e siècle, le juif est passé de la position de paria, de dominé, de révolutionnaire, à celle de dominant, contre-révolutionnaire, proche du pouvoir, et cela plus que jamais depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

LA RÉACTION PHILOSÉMITE:

L’auteur s’attaque ici à la campagne menée en France par des intellectuels se présentant comme philosémites, tels Y.-C. Zarka, S. Trigano ou A. Adler, dans laquelle il pressent une trahison politique et non une fidélité à l’universalisme juif. Cette campagne est à ses yeux la pièce maîtresse d’une opération idéologique visant à imposer le mot d’ordre d’une défense de l’Occident.

L’INTELLECTUEL COMPULSIF:
L’auteur établit une critique de l’intellectuel compulsif et analyse le pouvoir dont il dispose, qui est davantage un pouvoir d’affect que d’idée. Il réalise ces constats en s’appuyant sur une étude de cas où l’antisémitisme est en cause. Il pose à nouveau la question de la réaction philosémite en France, du judaïsme, mais aussi de la situation israélo-palestinienne et de son histoire.

 

Thèse La réaction philosémite à l’épreuve de l’histoire juive Au croisement de la philosophie, de la sociologie et des sciences politiques, La réaction philosémite à l’épreuve de l’histoire juive se propose de mener à bien l’analyse et la théorie complète d’une modalité contemporaine du discours réactionnaire français. Après les attentats du onze septembre 2001 est apparu en France un courant idéologique renouant avec le mot d’ordre de la « défense de l’Occident », tel que l’extrême droite notamment française avait pu en élaborer le contenu et la forme dans l’entre-deux Guerres, affirmant alors sa parenté idéologique avec le fascisme (italien) et l’antisémitisme (allemand). Toutefois, la particularité de son avatar contemporain, c’est d’une part qu’il se présente comme une « défense de la démocratie », et d’autre part qu’il s’organise autour des deux mots d’ordre que sont « la défense du sionisme » et « la lutte contre l’antisémitisme ». Ce travail de recherche démontre que, par delà ce réhabillage rhétorique, le contenu idéologique demeure pour l’essentiel inchangé, constituant l’invariant d’un courant intellectuel et politique qu’il convient précisément de qualifier de réactionnaire, en ce sens qu’il ne repose sur aucun contenu de pensée affirmatif, mais sur la peur, notamment de l’ « étranger », du « révolutionnaire », ou plus simplement du « peuple », mais aussi, au-delà, sur la peur du philosophe, et des juifs.

Ivan Segré LA RÉACTION PHILOSÉMITE | La trahison des clercs
Sans aucun doute, le premier livre à s’attaquer avec exactitude et justesse à la violente campagne pseudo-« philosémite », dans laquelle Yvan Segré lit les traits d’une trahison politique (qu’il qualifie ici de « réactionnaire ») et non ceux d’une fidélité à l’universalisme juif. La Réaction philosémite, ou La trahison des clercs est l’ouvrage d’un logicien hors pair, que double, de bout en bout, un ironiste rare. Ivan Segré vit en Israël
En titrant La Réaction philosémite, et en sous-titrant La trahison des clercs, un horizon d’attente se dessine…
À l’aube du XXIe siècle, un courant idéologique significatif s’est manifesté en France, dont les représentants ont été notamment Alexandre Adler (historien), Emmanuel Brenner (sociologue), Eli Chouraqui (cinéaste), Alain Finkielkraut (philosophe), William Goldnadel (avocat), Jean-Claude Milner (linguiste), Robert Misrahi (philosophe), Pierre-André Taguieff (politologue), Shmuel Trigano (sociologue), Yves-Charles Zarka (philosophe)… Le déclenchement de la nouvelle Intifada (septembre 2000) et la perception d’un renouveau de l’antisémitisme en France ont conduit ces intellectuels à produire un certain nombre de publications, documentaires, réquisitoires ou plaidoiries qui répondraient aux deux mots d’ordre que sont la « lutte contre l’antisémitisme » et la « défense du sionisme ». Leurs détracteurs les ont qualifiés d’intellectuels « communautaires » ou « communautaristes », dénonçant de la sorte l’exacerbation d’un particularisme identitaire, en l’occurrence juif. On sait par ailleurs que Julien Benda rend raison en ces termes du titre de son célèbre ouvrage : « Comme l’ancien prophète d’Israël, le clerc moderne enseigne aux hommes : « Déployez votre zèle pour l’Eternel, dieu des armées ». Telle est depuis un demi-siècle l’attitude de ces hommes dont la fonction était de contrarier le réalisme des peuples et qui, de tout leur pouvoir et en pleine décision, ont travaillé à l’exciter ; attitude que j’ose appeler pour cette raison la trahison des clercs. » Il semble dès lors aller de soi que notre argument aura pour enjeu de renouveler celui de Julien Benda, autrement dit de mettre en évidence la « trahison » de l’universel qui orienterait les intellectuels dits « communautaires ». Et comme il s’agirait, en l’occurrence, d’« exciter » un particularisme juif, la trahison des clercs apparaîtrait pour ce qu’elle est littéralement, à savoir le retour à « l’ancien prophète d’Israël », qui serait le retour à une forme particulariste du divin (ou de la pensée). Or, précisément, notre argument n’est pas celui-là, puisqu’il s’agira dans cet ouvrage de réfuter que ce courant de pensée soit « communautaire ». C’est aussi pourquoi cet adjectif sera systématiquement placé entre guillemets. Nous soutiendrons en effet non seulement que ce courant idéologique est réactionnaire, et non communautaire (au sens propre cette fois), mais en outre qu’il relève davantage de la trahison d’un particularisme juif – soit une trahison des clercs entendue en un sens rigoureusement adverse : un devenir clerc. Et nous montrerons, au travers de l’examen minutieux d’un choix de textes représentatifs du courant intellectuel dit « communautaire », que ce que nous avons nommé la réaction philosémite est la pièce maîtresse, en France contemporaine, d’une opération idéologique d’envergure visant à imposer le mot d’ordre d’une « défense de l’Occident ».

Ivan Segré L’INTELLECTUEL COMPULSIF La Réaction philosémite, 2
L’Intellectuel compulsif est un essai de micro-histoire contemporaine. Ivan Segré se saisit d’un fait symptomatique, réunit une documentation et en propose l’analyse méthodique. Le 24 novembre 2003, Arte diffuse un documentaire israélo-­palestinien, Route 181, réalisé par les cinéastes Michel Khleifi et Eyal Sivan. Dès le 29 novembre, Alain Finkielkraut, plus tard suivi par d’autres, soutient qu’il s’agit d’un film antisémite et, pire, d’un « appel au meurtre des Juifs ». C’était en 2003 ; l’affaire dura jusqu’en 2007. Qualifier d’antisémite et d’appel au meurtre des Juifs une œuvre commune israélo-palestinienne, voilà qui exige d’être analysé… Il est donc ici question, à nouveau, de la « réaction philo­sémite » en France, du judaïsme, mais aussi de la situation israélo-­­palestinienne : il s’agit, pour reprendre les termes de Daniel Bensaïd, de « mettre l’histoire juive elle-même à l’épreuve de l’histoire palestinienne ». Histoires israélo-­palestinienne et juive qui donnent lieu à d’âpres controverses, aux­­quelles celui que l’auteur nomme ici « l’intellectuel compulsif » prend plus souvent qu’à son tour une part malencontreuse.

Extrait de l’ouvrage d’Ivan Segré : L’intellectuel compulsif : « Argument » Avec l’aimable autorisation des Editions Lignes


VIDEO – Ivan Segré: La réaction philosémite (playlist)

VIDEO – Le martyr des intellectuels français (Finkielkraut, etc.) avec Ivan Segré, auteur de La réaction philosémite.

AUDIO – Entretien  »Là-bas si j’y suis » avec Ivan Segré La réaction philosémite ou la trahison des clercs éditeur : Editions Lignes (22 mai 2009) Qu’appelle-t-on penser Auschwitz ? Préface de Alain Badiou éditeur : Editions Lignes (22 mai 2009) Sur le film d’Eyal Sivan et Michel Khleifi : Route 181. Fragments d’un voyage en Palestine – Israël label : Momento (6 juillet 2004) Écouter l’émission.

 

Parallèlement à cette implication centrale des juifs et d’Israël dans la propagande islamophobe, l’on ne saurait passer sous silence, en ce 15e anniversaire du 11 septembre 2001, l’implication centrale d’Israël dans le terrorisme soi-disant islamique international.

 

Mossad Link To 1st WTC  Bombing Raises Eyebrows  Eight years ago a prescient article appeared in The Village Voice, which bears noting in the aftermath of the terror of Sept. 11.  By Michael Collins Piper (16-09-2001)

Were The 911 Hijackers Really Arabs? Maybe Not By Michael Collins Piper  (24-12-2001)

Al Qaeda’s Chief Of Ops Has Startling Background (V.F. Le chef des opérations d’al-Qaida a un passé surprenant) By Michael Collins Piper  (21-05-2004)

Israel’s Secret Agenda: Funding Arab Terrorism   Why would Israel provide covert support for Islamic fundamentalist extremists? The answer to this provocative question points toward a dirty little secret that the major media in America is keeping under wraps.  By Michael Collins Piper (20-02-2005)

YOUTUBE- Michael Collins Piper – Israel’s Secret Agenda: Funding Arab Terrorism (28-09-2010)

Mossad Link Found to One of Key 9-11 Hijackers By Michael Collins Piper (02-03-2009)

YOUTUBE- Michael Collins Piper on 9/11 (13-09-2010)

Israel’s Use of False Flags in Global Terrorism By Michael Collins Piper (14-09-2013)

YOUTUBE- Michael Collins Piper – Israel’s Use of False Flags in Global Terrorism (22-09-2010)

LA NOUVELLE VIDÉO D’AL QAÏDA PROVIENT (ENCORE) DE L’ISRAÉLO-AMÉRICAINE RITA KATZ.

Israël n’a rien à craindre de Daech?

 

Israelis have nothing to fear from IS but fear itself The Khalid ibn al-Walid Army has failed recently to conquer any new territory on the Syrian Golan, and despite its threatening rhetoric, the militia is not a new or unusual threat to Israel. It is just another armed group operating in the Syrian Golan Heights, without any particularly impressive military ability.  The organization, presented in the video as carrying out tank and artillery battles against an unspecified enemy, is far from a threat to the IDF. It is not even a threat to the moderate Syrian opposition organizations or the fighters of the-Nusra Front, which it sees as its main enemy within the framework of the raging battle for primacy among the ultra-extreme groups in Syria.  In other words, Israelis don’t have anything to fear in that direction.

Jewish Man Arrested in Arson of Orlando Gunman’s Mosque  ‘If America truly wants peace and safety and pursuit of happiness they should consider all forms of Islam as radical,’ Joseph Michael Schreiber had posted on Facebook.

Jewish suspect admits to setting Florida mosque ablaze Joseph Schreiber tells investigators he set fire to building where Orlando gunman prayed, says he is embarrassed by act

Florida mosque arsonist shared extreme pro-Israel propaganda

Jewish man confesses to setting alight mosque attended by Orlando nightclub shooter

Alleged Jewish Mosque Arsonist Posted Pro-Israel Videos on Facebook

 

Sur ce blog:

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur Le rôle disproportionné des juifs et des sionistes dans les réseaux islamophobes de la droite américaine, dans les années qui ont suivi le 11 septembre 2001

Du mythe de l’appui inconditionnel des juifs pour le communisme et les droits civiques des noirs… Quand la branche américaine de la LDJ travallait avec le FBI pour traquer et attaquer les groupes noirs, les diplomates soviétiques et des arabes

 

À la fin des années 1960, la Ligue de Défense juive (LDJ) de Meir Kahane a dirigé une campagne anti-soviétique d’attentats à la bombe pour protester contre le sort des Juifs en Union soviétique. Dans un exposé passionnant et bien documenté, Robert I. Friedman, éditeur-contributeur au journal Village Voice, dénonce cette campagne de guérilla de la LDJ comme ayant été orchestrée par l’opérateur du Mossad Yitzhak Shamir, futur premier ministre d’Israël. Kahane, élu à la Knesset en 1984, dirige le parti d’ultra-droite Kach, dont l’objectif déclaré est d’expulser tous les Arabes hors d’Israël. Friedman démontre que Kahane continue de bénéficier d’un financement considérable de la part de la communauté juive américaine, même si la majorité des juifs américains rejettent supposément sa politique. L’auteur révèle que Kahane, au début de sa carrière, a espionné des organisations étudiantes pour le compte du FBI et fait la promotion de la position du gouvernement américain sur le Vietnam pour le compte de la CIA. Les scandales sexuels du rabbin orthodoxe, ses liens présumés avec le patron de la mafia Joseph Colombo Senior et ses liens apparents à un groupe terroriste israélien anti-OLP sont également examinés.

During the late 1960s, Meir Kahane’s Jewish Defense League (JDL) waged an anti-Soviet bombing campaign to protest the plight of Jews in the U.S.S.R. In a riveting, well-documented expose, Village Voice contributing editor Robert I. Friedman charges that this JDL guerrilla campaign was orchestrated by Mossad operative Yitzhak Shamir, Israel’s future prime minister. Kahane, elected to Israel’s Knesset in 1984, heads the ultra-rightist Kach party, whose stated goal is to drive all Arabs out of Israel. Friedman demonstrates that Kahane continues to receive heavy funding from the American Jewish community, even though purportedly a majority of U.S. Jews reject his politics. The author discloses that Kahane, early in his career, spied on student groups for the FBI and promoted the U.S. government’s position on Vietnam for the CIA. The orthodox rabbi’s sexual affairs, his alleged ties to Mafia boss Joseph Colombo Sr. and his apparent links to an Israeli anti-PLO terrorist group are also explored. (Publishers Weekly)

Comme le révèle le journaliste Robert I. Friedman dans cette biographie sans précédent, la carrière de Meir Kahane est aussi irrégulière que controversée. Dans les années 1960, Kahane alors rabbin orthodoxe dans le comté de Queens, a travaillé pour le FBI comme informateur, infiltrant des groupes politiques radicaux, et à promouvoir la guerre du Vietnam pour la CIA.
En 1968, Kahane a fondé la Ligue de Défense Juive, ostensiblement pour protéger les Juifs de l’antisémitisme. Mais, en réalité, la LDJ a commencé comme un groupe de protestation anti-noir, et a été utilisé par le FBI de J. Edgar Hoover pour résister à la progression du militantisme afro-américain à New York. A l’instigation de Yitzhak Shamir, maintenant premier ministre d’Israël [en 1990], la LDJ a vite changé d’orientation, lançant une campagne souvent violente pour faire connaître au public le sort des Juifs soviétiques. En 1970, la LDJ avait acquis une notoriété internationale pour ses attentats à la bombe et ses fusillades contre les ambassades soviétiques aux États-Unis et en Europe.
En 1971, Kahane a fui en Israël, juste avant qu’un acte d’accusation fédérale soit porté contre lui pour ses activités dans la LDJ. Formant son propre parti politique appelé Kach, Kahane a passé la prochaine décennie à bâtir un mouvement de masse autour du projet d’expulsion de tous les Arabes d’Israël. En 1984, il a été élu à la Knesset. Bien que Kach ait été interdit en 1988 comme mouvement raciste et anti-démocratique, le mouvement de Kahane a rapidement gagné du terrain, alimenté par les passions déchaînées par le soulèvement palestinien et par le financement de millions de dollars américains déboursés par des riches hommes d’affaires de droite. Pendant ce temps, en Amérique, la LDJ est sous enquête par le FBI pour les attentats de 1985 qui ont causé deux décès.
Basé sur des années de recherche et quantité d’entretiens, The False Prophet jette une lumière brillante sur un prêtre-guerrier nourrit par les tensions nées des bouleversements raciaux et politiques et sur le réseau international qui a favorisé sa quête de pouvoir. Le résultat est un exposé choc, mais édifiant d’une force politique dangereuse dans notre temps—une réalisation extraordinaire.
As journalist Robert I. Friedman reveals in this unprecedented biography, Meir Kahane’s career is as irregular as it is controversial. During the 1960s, Kahane then an Orthodox rabbi in Queens, worked for the FBI as an undercover informant, penetrating radical political groups, and for the CIA, promoting the Vietnam War.
In 1968, Kahane founded the Jewish Defense League, ostensibly to protect Jews from Anti-Semitism. But, in reality, the JDL began as an anti-Black protest group, and was used by J. Edgar Hoover’s FBI to resist emerging African-American militancy in New York. At the instigation of Yitzhak Shamir, now Israel’s prime minister [en 1990], the JDL soon shifted direction, launching an often violent campaign to publicize the plight of Soviet Jewry. By 1970, the JDL had achieved international notoriety for its bombing and shooting attacks on Soviet embassies in the United States and Europe.
In 1971, Kahane fled to Israel, one step ahead of a federal indictment stemming from his JDL activities. Forming his own political party called Kach, Kahane spent the next decade building a mass movement around the idea of expelling Israel’s Arabs. In 1984, he was elected to the Knesset. Although Kach was outlawed in 1988 as racist and anti-democratic, Kahane’s movement has rapidly gained ground, fueled by the passions unleashed by the Palestinian uprising and by millions of U.S. Dollars obtained from wealthy, right-wing businessmen. Meanwhile, in America, the JDL is under investigation by the FBI for 1985 bombings that resulted in two deaths.
Based on years of research and scores of interviews, The False Prophet casts a brilliant light on a warrior-priest who thrives on the tensions born of racial and political upheaval and on the international network that has furthered his quest for power. The result is a shocking, yet edifying exposé of a dangerous political force in our times—an extraordinary achievement.

 

 

Review by Andrew I. Killgore for The Washington Report on Middle East Affairs 

The False Prophet: Meir Kahane; from FBI Informant to Knesset Member 

By Robert I. Friedman. Lawrence Hill Books, 1990. Hardcover, 282 pp.
When Britian issued the euphemistically worded Balfour Declaration in 1917, three categories of people were mentioned. These were « the Jewish people, » « Jews » and « existing non-Jewish communities in Palestine. » The latter were the Palestinians, 95 percent of the total population of Palestine at the time. Numbering about five million today, half of the Palestinians are in exile aa Palestinian diaspora. The other half, 2.5 million souls, live under Israeli domination in the West Bank, Gaza Strip and Israel proper. It is these Palestinians under Israeli control whom Rabbi Meir Kahane, author Robert I. Friedman’s « False Prophet, » would expel totally. Palestinians stubborn enough to try to remain in spite of the intimidation Kahane envisions would, by implication, be killed if that became necessary.
The Balfour Declaration’s peculiar division of the adherents of Judaism into two categories, « Jews » and « the Jewish people, » reflected a split in British Jewry between non-Zionists and Zionists. The non-Zionists, led by the wealthy and politically powerful British Jewish Montagu and Montefiore families, feared that their own standing and the status of Jews in other countries would suffer if a Jewish state were established. These were the Declaration’s « Jews, » whose rights were not supposed to be harmed. Those wanting a Jewish state, as the Declaration always envisaged in spite of its tricky Latinate obfuscations, were the « Jewish people.
In 1948, they got their state of Israel, which has exiled half of the Palestinians and repressed the other half.
All this is background to the establishment of two arenas, the Zionist state and also its corps of American Jewish supporters, in which Rabbi Kahane has played his multifaceted role. As meticulously documented by author Robert Friedman, a frequent contributor to the Village Voice, Newsday, the Los Angeles Times and this magazine, Rabbi Kahane emerges as the closest thing to a monster yet seen in the United States. The Orthodox rabbi from Brooklyn is depicted by Friedman as a hate-filled racist just as ready to smash Jew as Gentile to realize his ambitions, which include becoming prime minister of Israel or even the Jewish Messiah.
Founder in the United States of the violence-prone Jewish Defense League, and in Israel of the ultra-extremist Kach Party, Kahane has had loyal and wealthy supporters in both countries. Drawn to his charismatic personality, many of these supporters revel in Kahane’s image of the empowered Jew who, though facing persecutors or would-be persecutors on all sides, smites his enemies before they can smite him. His « enemies everywhere » philosophy is reflected in the name he chose for his scruffy office in Jerusalem: « The Museum of the Future Holocaust”.
Friedman’s is a scathing portrait of Kahane, his noisome supporters in America and Israel, and of the extremist side of Israel itself. Like the highest tree in the forest, the uniqueness of Friedman’s portrayal of this violent side of Israel and its American support mechanisms attracts lightning. The New York Times Book Review, instead of dealing with the substance of charges by Friedman, who is Jewish, set out instead to prove that his book is an attack on Judaism itself. It assigned a literary hit man to so savage the book that a subsequent review in the Village Voice questioned whether the Times review of « The False Prophet » was not a review of an entirely different book.
The ensuing verbal shoot-out between the Times and Village Voice reviewers can be compared to the same issue that split Britian’s Jews more than 70 years ago: Is Judaism to be synonymous with Israel? Are all Jews to be held accountable for Israeli transgressions?
In this sense the Israelis represent the « Jewish people, » and Jews who reside elsewhere, particularly American Jews, are the « Jews » of the Balfour Declaration. It was the Jews who reside elsewhere whose « rights and political status » were not to be prejudiced when a Jewish state was established.
Significantly, both the American attackers and defenders of Friedman assume he should be writing as a Jew. For example, Jewish peace activist Rita Hauser, a defender, finds that he writes about Israel « with sensitivity. » The fierceness of The New York Times book reviewer’s attack, however, reveals that he believes Friedman has betrayed Judaism, or at least Zionism, by letting the chips fall where they may in « The False Prophet ».
Perhaps too contradictory for « psychological » analysis, Kahane only gradually emerges, as Friedman clearly intends, from thousands of bits and pieces of evidence. It appears his hatred of Arabs may come from the killing by Palestinians of a Kahane relative in the 1930s. Yet his apparent belief that he is the Jewish Messiah must flow from some deeper well, perhaps a basic schizophrenia.
Friedman describes the Jewish unease on which Kahane battened as blacks crowded into former Jewish neighborhoods in New York. Against a background of occasional muggings and street fights, Kahane cofounded the eventually murderous Jewish Defense League. More fiction than fact in its early days, JDL’s role in defending Jews was brilliantly embellished in fiery Kahane speeches and newspaper columns. After Kahane adopted the issue of Jewish emigration from the Soviet Union, the JDL extended its activities from simple harassment to sniper attacks on the families of Soviet and Arab diplomats. Such vicious attacks on foreign diplomats in the United States were designed to provoke reprisals in kind against US diplomats abroad.
Friedman’s revelation that Israeli intelligence and Yitzhak Shamir, then a Mossad operations director and now prime minister of Israel, were secretly colluding with the JDL to violate US laws in a manner sure to put Americans abroad in mortal peril, may account in part for the Book Review‘s blast at « The False Prophet ».
In 1985, after Kahane had moved to Israel, JDL violence increased. That year his extremist followers murdered two Americans, including Alex Odeh, an official of the American-Arab Anti-Discrimination Committee (ADC) in Southern California. The putative murderers took refuge in Israel, as had Kahane himself, earlier, after FBI surveillance become too hot in America.
Rabbi Kahane’s private life also was an embarrassment to Orthodox Jews, whose rabbis normally observe the highest personal standards. Professing contempt for women, Kahane had one affair after another, although he had a wife and four children. He was so notoriously careless about funds entrusted to him that, if he had not been identified as a man of the cloth, he might have been regarded simply as a crook. Still, he retained a covey of passionate and monied supporters.
The explanation may lie both in Kahane’s undoubted personal charisma, and a disinclination among the faithful to believe that an Orthodox rabbi could, in fact, be simply despicable. Kahane’s existence in Israel has been just more of the same, or worse. His hateful rantings against Arabs attracted such support that he won a seat in the Knesset.
Then, when polls in Israel indicated his « Kach » slate might win three or four Knesset seats in Israel’s 1988 general election, the Israeli government decided he was a « racist » and did not permit him to run.
Kahane’s Economic Lifeline
Friedman details Kahane’s economic lifeline to the United States, where he raises millions, and not merely from radical Jewish right-wingers in New York. Indeed, what Friedman calls one of the best kept secrets in America is that Kahane gets big money from extremely prominent businessmen, including Reuben Mattus, the founder of Haagen-Dazs ice cream.
Overall, Robert Friedman paints a sordid picture of Kahane, his American and Israeli supporters, and extremist Jewish forces in Israel. In some circles, apparently, including The New York Times Book Review, the brazen truth is regarded as betrayal.
To this reviewer, Friedman is simply an honest man who exercised a good writer’s obligation to sort out fact from fiction. This was not easy in the case of the elusive Kahane, who frequently used aliases and who lied routinely. Washington Post foreign editor David Ignatius got it right when he said of Friedman, « As far as I know, he’s a tough reporter who takes on tough subjects and gets his facts right.
If Friedman were an Israeli writing in Hebrew, « The False Prophet » would not have created an uproar. It is only in America, as they say, that many Jewish « leaders » and « Jewish » institutions, pre-eminently, perhaps, The New York Times, have such a certifiable case of schizophrenia, applying one standard of truth to Jewish writers and their subjects, and quite another to everyone and everthing else.
It is, in fact, impossible, as the drafters of the Balfour Declaration realized, for the same individuals to fill both the roles of « Jews » and « the Jewish people. » Americans who seek only to fight Israeli battles, no matter what the cost to the United States, invite and surely will feel the contempt of their fellow Americans.
The American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), Israel’s American lobby, makes no serious pretense to be anything else. When The New York Times, however, seeks through calumny to discredit such an original, informative and carefully researched and documented book as Robert Friedman’s « The False Prophet », the editors risk losing their claim to be « America’s newspaper of record, » whose owners just happen to American Jews. Instead, the mighty Times begins to look like a major weapon in the arsenal of Israel.
Carrying a Torch (HAARETZ) (…) Libby Kahane’s chapter on the period between 1963 and 1965 is uncharacteristically short on detail. During those years, according to Libby, Meir was hired by the U.S. government to infiltrate the John Birch Society, a radical right-wing, anti-communist, anti-Semitic group. He also tried and failed to organize a national pro-Vietnam War student group. (…)
It was into this overheated atmosphere [of racial tensions] that Kahane launched the JDL. His wife reproduces an early JDL pamphlet titled « A Manifesto, » a deeply paranoid screed that warns of a « repetition of the Nazi nightmare » and includes the passage, « JEDEL [the original acronym for Jewish Defense League] stands up to the Black Nazi whose hatred of the white man is compounded by anti-Semitism. » (…)
In The False Prophet, Friedman, who died in 2002, argues that the JDL’s famous terror campaign against Soviet targets in the United States in the early 1970s was actually orchestrated by Irgun and Stern Gang veterans with high positions in the Israeli government. Friedman names right-wing Israeli politicians Geula Cohen and Yitzhak Shamir as having been deeply involved. Cohen and Shamir had hoped that violence against Soviet diplomats and other representatives in the United States would create a crisis that would threaten the process of detente, and that the Soviets would be forced to allow Jews to immigrate to Israel. They thought the huge influx of Jewish immigrants would help solve the demographic problem that would be introduced when Israel finally annexed the territories it had occupied in 1967.  Friedman writes that Meir Kahane met with Cohen, then a Herut MK, in 1967. He quotes her as saying that after the meeting, Kahane « changed the JDL’s program overnight, » from a domestic focus on Jewish self-defense to militant action on behalf of Soviet Jewry. (…)
That same year, in the aftermath of the Munich Olympics, Kahane began to promote the concept of an international Jewish underground to attack Arab targets. Libby quotes Meir, who writes, « [W]e must arrive at the decision to use unlimited counterterror; to strike directly at Arab leaders and to bring terror into the streets of Cairo, Damascus and Tripoli. » In what might be an attempt to temper his language, Libby does not use the term that Meir coined for the idea – TNT, or Terror Negged [Against] Terror. Instead, she refers to the concept as « counterterror » and an « antiterrorist underground. » (…)
Meanwhile, Kahane was still the head of the JDL, which continued to bomb Soviet targets in the United States. In January of 1972, a JDL firebomb went off outside the offices of a company that managed concert tours for Soviet groups. A 27-year-old employee named Iris Kones died of smoke inhalation. By all accounts, Kahane was livid. Libby writes that he called the bombing an « insane act. » What she doesn’t mention is that Kones was Jewish. It’s an ironic detail, but it’s also an ideological problem for Meir, who, after all, was supposedly in the business of Jewish defense. (…)


(PART 2PART 3)


Famous Soviet Jewish dissident Mendelevich says « Rabbi Meir Kahane was our representative »

Anti-Semitism in the Soviet Union. Hearings, Ninetieth Congress, second session. June 19, 1968 by United States Congress House Committee on Un-American Activities (Témoignage de Kahane au comité des activités non-américaines sur l’antisémitisme en Union soviétique)

Anti-Semitism in the Soviet Union (Wikipedia)Antisémitisme en URSS (Wikipédia)

Stalin and Anti-Semitism (Wikipedia)Antisémitisme de Joseph Staline (Wikipédia)

Soviet Anti-Zionism (Wikipedia)Anti-Zionist Committee of the Soviet Public (Wikipedia)Sionologie (antisionisme soviétique) (Wikipédia)

L’anticommunisme, profession des sionistes, N. Bolchakov

« The Zionist movement, created by the Jewish big bourgeoisie at the end of the 19th century, was born with a decidedly counterrevolutionary purpose. From the founding of the World Zionist Organization in 1897 to the present, Zionism, as ideology and political practice, has opposed the world revolutionary process.

Zionism is counterrevolutionary in a global sense in that it acts the world over against the three major forces of revolution: the socialist community, the working class movement in capitalist countries and the movement for national liberation.

Zionist counterrevolution began by making inroads in the European working class movement. In the early years, when the growth of monopoly capitalism and the expansion of reactionary tendencies that accompanied the establishment of the imperialist phase of capitalism demanded the unity and solidarity of the proletariat, the Zionists focused on dividing the working class.

They propagated the thesis that all non-Jews were, and would always be, anti-Semites; asserted that the only possibility for the Jewish masses’ well-being and justice was to emigrate to the “promised land”; and defended class collaboration, thus diverting the Jewish proletariat away from the struggle for their real emancipation and dividing and weakening the working class movement. It’s not fortuitous that in czarist police archives one finds documents calling for support for the Zionist movement as a way of stemming the tide of proletarian revolution.

Theodore Herzl, the founder of Zionism, wrote at the time in his diary:“All our youth; all those who are from 20 to 30 years old, will abandon their obscure socialist tendencies and come over to me.”

However, the efforts of Zionist counter-revolution could not hold back the wheels of history. The victory of the Great October Socialist Revolution in Russia ushered in a period of transition from capitalism to socialism on a world scale. The first victory of the proletariat, the premise of future victories, was a heavy blow to Zionism.

Most of the money that filled Zionist coffers came from Russia, where czarism had humiliated and oppressed the Jews for centuries. Russia provided a million immigrants for the Zionist colonization of Palestine. When the Russian Revolution liquidated the exploitation of man by man, it also destroyed the basis for Zionism in the Soviet Union.

Leninist policy on the national question toppled all Zionist myths that the Jews could not be fully incorporated, with equal rights, into society and destroyed all the racist claims on the inevitability of anti-Semitism. The Zionists never did, and never will, forgive the Soviet state and its Leninist Party, not so much for cutting off the money flow from Russia and for the loss of workers for the colonization effort, but because the Bolsheviks implemented a correct policy that incorporated the talents and efforts of the Soviet Jews into the tasks of building a new society and thus demonstrated the class origins of discrimination and anti-Semitism, breaking with the past and providing a genuine solution to the Jewish problem, a solution which was not and could never be a massive exodus to Palestine.

Zionist counterrevolution took on an anti-Soviet thrust. Before October 1917 the Zionists collaborated with Kerensky. Later they supported all the attempts at counter-revolution and enthusiastically participated in the different white “governments” set up in different parts of the country during the Civil War [in Russia]. They were active in all the moves against the Soviet Union from abroad, and their powerful propaganda machine spread a spate of lies about the first workers’ and peasants’ state in the world.

Not even the Soviet victory over German fascism, which saved so many Jewish lives, made the Zionists change their anti-Soviet stand.

With the outbreak of the cold war the Zionists collaborated in all the subversive and diversionary activities against the USSR and other socialist countries. The secret services of the Zionist state of Israel coordinated their spy activities with the CIA. Zionist agents played an active role in the counter-revolutionary attempts in Hungary and Czechoslovakia.

Today Zionism seconds the hypocritical anti-Soviet campaign on presumed violations of the human rights of Jews in the Soviet Union and does all it can to put pressure on Soviet citizens of Jewish origin so they will leave their true homeland and go to Israel. This effort by Zionist counter-revolution can only lead to new failures. And to complete the picture there is the Zionist counter-revolutionary action against the national liberation movements.

Soon after World War I, Zionist settlers penetrated into Palestinian territory, acting as the spearhead of British imperialist interests in opposition to the Arab peoples’ hopes for independence. Their role was clearly spelled out by the prominent Zionist leader Max Nordau in a statement to the British authorities:

“We know what you want from us: that we defend the Suez Canal.We must defend your route to India which passes through the Middle East.We are ready to take on that difficult task. But you must allow us to become powerful enough to carry out that task.”

And, as a matter of fact, the Zionists became a power and succeeded in establishing their own state in 1948: the Zionist state of Israel. Now their task is to defend oil routes, protect all the interests of U.S. imperialism and block the advance of the Arab revolution.

Backed by tremendous amounts of imperialist economic and military aid, the Zionists are constantly acting against national liberation movements.

At one time it was their mission to penetrate African and Asian independence movements, guarantee that the newly independent states followed paths acceptable to imperialism, that they not stray from the confines of neo-colonialism. Israel offered courses, advisers, all sorts of aid.

But the ploy wasn’t very successful. Israel’s increasing role as imperialism’s policeman in the Middle East, its racism and avowed expansionism made the young African and Asian nations see the dangers of Israeli “aid,” the treachery of Israeli foreign policy.

Nevertheless, the Zionist state took up a new role in the struggle of world reaction against progress. It went beyond the geographical confines of the Middle East, established friendly ties with all reactionary regimes and began to supply arms, equipment and advisers to those who were trying to suppress national liberation struggles.

The Israeli armaments industry specialized in designing and producing all sorts of weapons for urban and rural anti-guerrilla warfare.

The South African racist regime, the dictatorships of Guatemala and El Salvador, and the fascist Pinochet are among the best clients of the Israeli armaments industry.

Israeli arms sales in 1978 were estimated at $400 million.

One of their best clients was the Nicaraguan dictator Anastasio Somoza.

Zionist counter-revolution was present in Somoza’s Nicaragua in the form of Galil guns and Pull-push planes, but they couldn’t stop the victory of the Sandinista revolutionaries.

This is a symbol of our times: neither the machinations of Zionist counterrevolution, nor Israeli arms, can hold back the victorious march of the peoples of the world.« 

(Source: Nov 4, 1979 edition of Granma, official newspaper voice of Castro’s government.)

Black Nationalists Smeared  By Michael Collins Piper

The Zionist Terror Network: The Zionist Terror Network: Background and Operation of the Jewish Defense League and Other Criminal Zionist Groups, by Michael A. Hoffman for the Institute for Historical Review (IHR). (Note by Editor of Contact – Phoenix Project: THIS WAS NOT — I REPEAT, NOT! NOT! NOT! — WRITTEN BY NOTORIOUS CROOK MARK WEBER!!!  This  information  has  been  put  forth  by  the Institute  for  Historical  Review, BUT  BEFORE THE TAKEOVER BY THE VERY INFILTRATORS OF WHICH WE SPEAK.  REMEMBER THAT THE INSTITUTE  FOR  HISTORICAL  REVIEW  WAS BOMBED  BY  THESE  PEOPLE WHO  HAVE NOW  TAKEN  CONTROL  OF  THE  INSTITUTE ITSELF AND TOSSED OUT THE BOARD, ETC.)

Les guerriers d’Israel: Enquête sur les milices sionistes, par Emmanuel Ratier

Israel’s Sacred Terrorism, by Livia RokachJewish Fundamentalism in Israel, by Israel Shahak And Norton Mezvinsky

. . . However, the entire time I was speaking, Irv Rubin, the head of the violent Jewish Defense League (JDL), and two equally-repugnant associates were shouting from the audience, resulting in the police finally expelling one of Rubin’s cronies, a bizarre troll named Barry Krugel. . . . At one point, in exasperation, I told the board, quite frankly, « There’s been a lot of talk here about ‘anti-Semitism,’ but if ever there was an argument in favor of anti-Semitism, it’s this self-appointed spokesman for the Jewish community right here, » referring to Rubin.  . . . For his own part, the loathsome Irv Rubin of the JDL is now dead—allegedly having committed suicide while in federal custody after having been arrested in late 2001 on charges of plotting to bomb the office of California GOP Congressman Darrel Issa, an Arab-American. Yet, Rubin was precisely the type of speaker that the ADL and its allies welcomed at the SOCCCD—saying much about what the ADL’s agenda really is.  (Foreword by the Author. Final Judgment: The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy, by Michael Collins Piper)

Irv Rubin a aussi envoyé des menaces de mort à Michael Collins Piper, en plus d’avoir violemment tenté de stopper une de ses conférences sur son livre Final Judgment sur le rôle central d’Israël dans l’assassinat de JFK.
Chaim Ben Pesach, alias « Victor Vancier« , disait à propos du terrorisme du mouvement juif clandestin: Vous croyez peut-être que le terrorisme chiite est capable de commettre des attentats suicides vraiment impressionnants, or le mouvement juif clandestin frappera de telle manière que les Américains, complètement éberlués, se demanderont: « Comment des juifs ont-ils bien pu faire une chose pareille? »« 

Vous connaissez peut-être la doctrine du grand prêtre Caïphe autorisant les juifs à sacrifier quelques-uns des leurs, si cela peut assurer la survie du peuple entier? C’est aussi l’idéologie kahaniste radiale (LDJ), selon laquelle les juifs assimilés (ou « hellénisés ») comme ceux qui vivent à New York, qui votent Démocrates et ne sont pas particulièrement sionistes, peuvent être sacrifiés pour terroriser les juifs et précipiter leur aliyah, car les juifs assimilés sont de moindre valeur que les bons juifs sionistes qui ont fait leur aliyah. Et si certains terroristes dits musulmans étaient des kamikazes juifs déguisés en Arabes? Rappelons que les terroristes du King David Hotel étaient déguisés en arabes. Ce n’est pas difficile pour eux pour se faire passer pour tel. Rappelons aussi que de nombreux juifs ont rejoint daesh. Cette hypothèse n’est peut-être que spéculation, mais cela n’a pas empêché le département d’État américain d’exiger du gouvernement saoudien qu’il retire de son site Arab News un article défendant cette thèse et répudie toute allégation à l’effet que les terroristes étaient d’une origine autre qu’arabe. Le film israélien Time of Favor (récipiendaire de nombreux prix mais dont la première newyorkaise prévue en septembre 2001 a été annulée) montre un kamikaze israélien qui projette de se faire exploser sous le « Mont du Temple ».

Were The 911 Hijackers
Really Arabs? Maybe Not

By Michael Collins Piper
American Free Press

24 Dec. 2001

(…)In 1986, the New York-based leader of the terrorist Jewish Defense League, Victor Vancier, gave a prophetic hint of what may have been finally played out on Sept. 11, 2001:  » If you think the Shias in Lebanon are capable of fantastic acts of suicidal terrorism, the Jewish underground will strike targets that will make Americans gasp: ‘How could Jews do such things?’ 

According to Vancier, quoted by Robert I. Friedman in The Village Voice on May 6, 1986, his allies were « desperate people » who « don’t care if they live or die. »(…)

« Jewish suicide bombers? Impossible! » cry critics. However, the fact is that there is a « suicide tradition » that is a much-revered part of Jewish history–going back to the famous mass suicide at Masada by Jewish zealots.
But in modern times, Israeli suicide missions have been undertaken. In The Other Side of Deception, former [Israeli] Mossad officer Victor Ostrovsky described one 1989 venture: the participants were « all volunteers » advised that there was effectively « no possibility of rescue should they be caught. »(…)
And for those who would doubt that Israel would endanger American-Jews via terrorism, consider this: hard-line Israelis are willing to kill Jews if it means assuring Israel’s survival.
The late Rabbi Meir Kahane — founder of the Jewish Defense League and one spiritual mentor of fundamentalists who support Ariel Sharon — exemplifies those willing to sacrifice other Jews to guarantee Israel’s future.
Kahane called for killing « Hellenist [i.e. Western-oriented] spiritually sick [Jews] who threaten the existence of Judaism. » That would include those working in slick offices in the World Trade Center, living on Long Island, rather than kibbutzing in Israel.
Israeli journalist Yair Kotler reports in Heil Kahane that Kahane wrote: « the adoption of foreign, gentilized [i.e. non-Jewish] concepts by a Jewish state … opens the door to a national tragedy. »
In his book, Time to Go Home, Kahane called for all Jews to « go home » to Israel–the only safe place for Jews. Those who refused to « go home » were expendable. The CIA’s 1979 report on Israeli intelligence says this widely-held view mirrors « the aggressively ideological nature of Zionism. »(…)

 

Aussi, si vous vous interrogez encore sur les raisons de l’alliance ponctuelle (qui aura duré quelques années tout au plus) entre les sionistes et le gouvernement allemand national-socialiste, l’une de ces raisons est clairement leur unanimité quant à la nécessité de combattre l’influence du communisme, et particulièrement chez les juifs. Aux yeux des juifs nationalistes sionistes, la menace nationaliste « nazie » paraissait moins dangereuse que la menace communiste, qui menaçait d’imposer l’assimilation des juifs pour en faire des humains comme les autres… Une idée impensable et absolument terrifiante pour les juifs!

Plusieurs identitaires blancs seront surpris d’apprendre que les juifs, au temps de la guerre froide, ont combattu comme eux les mêmes ennemis: les noirs, les arabes et les communistes!

Bref, ils seront surpris d’apprendre que les juifs, loin d’être éternellement attachés au communisme, aux noirs et autres minorités non-blanches, les perçoivent au contraire comme une menace encore pire que l’extrême-droite identitaire blanche antisémite!

C’est dire à quel point le niveau d’ignorance des identitaires est stratosphérique: ils semblent pris d’une étrange hallucination, ils se voient dans un scénario complètement anachronique leur faisant voir le juif extrémiste identitaire comme étant ou bien l’allié des communistes, des noirs et des arabes, ou bien comme étant tout simplement moins dangereux que ceux-ci.

Pourquoi s’en étonner, puisque la LDJ agit de nos jours main dans la main avec les identitaires blancs, unis dans leur haine des arabes et de l’islam, des noirs et des communistes?

Nos prix Nobels identitaires brûlant un drapeau communiste soviétique.
La même chose, cette fois-ci par des militants pour la libération des juifs de Russie.
Des membres de la Ligue de défense juive brûlent un drapeau soviétique pour protester contre le malheur des juifs d’Union soviétique. Ville de New York, 1972.
Pourquoi cette haine juive contre les communistes soviétiques, les noirs et les arabes? Leur haine anti-arabe est plus facile à comprendre, en raison de l’opposition bien connue des arabes face au sionisme, mais elle est reliée également à leur haine de l’union soviétique. L’Union soviétique ne reconnaissait aucune communauté, aucune religion, c’est pourquoi elle s’est donnée comme tâche, particulièrement sous Staline et après lui, d’éradiquer le judaïsme de Russie en tant qu’institution potentiellement rivale de l’administration centrale soviétique. Les juifs pouvaient vivre en Union soviétique seulement en tant qu’êtres humains parmi d’autres être humains. L’identité spécifiquement juive étant à toute fin pratique niée. Les juifs l’ont pris comme une tentative d’éxtermination des juifs de Russie.  Le lien avec la haine des arabes tient non seulement au fait que les pays arabes s’opposaient au sionisme, mais aussi qu’ils avaient de bonnes relations avec l’Union soviétique, surtout face à l’empire américain hégémonique qui était leur ennemi commun. L’Union soviétique dénonça très rapidement le sionisme et la collaboration de premier ordre celui-ci avec la lutte anti-soviétique anti-communiste des États impérialistes capitalistes tels que les États-Unis. Quant à la haine juive envers les noirs, celle-ci s’explique du fait que les juifs américains, surtout de New York, étaient terrorisés par les agressions, les vols et les manifestations d’antisémitisme de la part des noirs. Ainsi les juifs voyaient d’un très mauvais oeil la progression du mouvement pour les droits civiques des noirs. De plus, les groupes pour les droits civiques avaient des liens directs et serrés avec des groupes communistes avec qui ils faisaient front commun. C’est ainsi que le FBI s’associa avec les groupes juifs les plus extrémistes pour surveiller, harceler et freiner la progression des groupes de gauche pro-droits civiques impliqués dans la lutte pour les droits des noirs. Le rabbin Meir Kahane de Brooklyn est emblématique de cette association.
On voit la même chose se produire de nos jours alors que Goldnadel, Zemmour, Finkie et Elisabeth Lévy dénoncent en choeur ce qu’ils appellent l’ « islamo-gauchisme », preuve ultime selon eux de la nocivité du multiculturalisme,  et considèrent que l’extrême-droite traditionnelle antisémite n’est même plus problématique, puisque selon eux la plus grande menace vient de la gauche pro-islam et pro-arabe et globalement xénophile qui pousserait les immigrants à la haine des juifs et de la France républicaine démocratique.
Et l’on voit encore la même chose se produire de nos jours dans la lutte concertée des organisations juives contre le mouvement Black Lives Matter, qui appuie sans réserve le mouvement de boycott-désinvestissement et sanctions contre Israël (BDS)!
Rappelons que BDS est présentement le pire cauchemar de la juiverie sioniste. Même Trump ou Dieudonné ou SoraI ou le négationnisme de l’holocauste ne les effraie pas autant !
Malgré toute la documentation historique qui existe sur l’agitation antisoviétique juive américaine, l’identitaire moyen n’aura aucune difficulté à retrouver ses vieux réflexes conspirationnistes et à nier en bloc toute l’affaire en disant que les juifs « faisaient seulement semblants » de s’opposer au communisme… Ils feraient donc semblant de vouloir du mal au Venezuela de Chavez, à Cuba de Castro et à la Corée du Nord? Encore une mise en scène de toute pièce? Des « false flags » mettant en scène des acteurs de crise? (MDR!) La guerre froide n’a jamais existé? LOL Les identitaires semblent toujours à la recherche d’une éventuelle taupe soviétique, comme le numéro 2 de la CIA James Jesus Angleton qui créa la fausse piste soviétique-cubaine de l’assassinat de JFK. C’est que, même si les identitaires et les conspirationnistes prétendent ne plus croire au clivage gauche-droite, la plupart du temps ils croient qu’être à droite c’est être un « vrai dissident », et passent leur temps à reprocher essentiellement aux juifs d’être derrière le complot communiste, même si la réalité actuelle n’a rien à voir avec cet anachronisme (car il n’y a plus de pouvoir communiste aujourd’hui!). Ils oublient que ce sont les groupes de droite, juifs et non-juifs, qui font le plus progresser l’agenda sioniste radical et qui servent les intérêts des riches juifs. De même que les moudjahidines étaient entraînés par le Mossad avec l’argent de l’oncle Sam pour attaquer l’Union soviétique, de même de nombreux anticommunistes incluant des antijuifs convaincus ont été utilisés dans des commandos contre-révolutionnaires (contrarevolucion) et surtout dans les réseaux stay-behind, reliés au « nazi » Reinhard Gehlen, à l’ère de la guerre froide. Car le sionisme s’arrange pour faire faire son sale travail de propagande anti-islam par des groupes non-juifs de droite radicale (identitaires), afin que les juifs eux-mêmes puissent garder les mains propres et de projeter une image de gauche. (Soros étant une exception rare parmi les spéculateurs milliardaires juifs: il est effectivement considéré comme juif antisémite communiste pour son manque de ferveur sioniste et son financement de groupes et médias de gauche!).


Anatoly Sharansky est le vrai nom de Natan Sharansky, l’un des principaux leader refuznik, en anglais refusenik (militant pour le droit des juifs d’URSS d’émigrer en Israël et ailleurs).

Aux États-Unis, des rues nommées en l’honneur des plus personnalités juives les plus estimées, incluant le leader refuznik (militant pour le droit des juifs d’URSS d’émigrer en Israël et ailleurs) Natan Sharansky.


PHILOMAG: Historien et essayiste subtilement engagé, Enzo Traverso est l’un des intellectuels italiens les plus remarquables de notre temps. Spécialiste « gentil » de l’histoire du judaïsme, il fait paraître un livre qui devrait, au moins par son titre, faire parler de lui : La Fin de la modernité juive. Si la teneur en est aussi complexe que le destin du judaïsme lui-même, le propos peut en être résumé simplement : il y a encore peu, les créateurs juifs étaient synonymes de dissidence et de progressisme radical ; depuis la création de l’État d’Israël et, surtout, depuis son devenir-central dans les querelles géopolitiques planétaires, le signifiant « juif », indépendamment des engagements propres à chaque Juif concret, est devenu le cheval de Troie « Plexiglas » du néoconservatisme contemporain. Traverso résume lui-même à gros traits : « Si la première moitié du XXe siècle a été l’âge de Franz Kafka, Sigmund Freud, Walter Benjamin, Rosa Luxembourg et Léon Trotski, la seconde a plutôt été celle de Raymond Aron, Leo Strauss, Henry Kissinger et Ariel Sharon. »  Voilà pour le diagnostic, à la fois plutôt flagrant et propre à faire se lever tous les boucliers de la bien-pensance en qualifiant son auteur d’« antisémite ». On aimerait que ses ennemis tout désignés y regardent à deux fois : si Traverso peut être soupçonné d’une chose, ce serait plutôt de philosémitisme aggravé, étayé par une connaissance impressionnante de la culture et de l’histoire juives. Il est donc fondé à remarquer que là où le créateur juif, philosophe, écrivain ou artiste, fut depuis Spinoza le paradigme souvent indépassable de l’homme du « contrepoint et de la dissonance », il semble aujourd’hui volontiers se faire le porte-parole avant-gardiste des ordres les plus dominants, conformistes et brutaux. Non seulement les droites européennes classiques brandissent leur philosémitisme et leur prosionisme comme un pavillon de complaisance, mais même les extrêmes droites ont, depuis une décennie, fait la paix – singulièrement en France – avec leur vieille obsession négative. Israël, comme avant-poste de la lutte de la civilisation contre la barbarie : le refrain est désormais si connu que nous bâillons en l’entendant.(LIRE LE RESTE…)

VIDEO – Enzo Traverso: De l’esprit critique au conservatisme (De Trotsky à Kissinger: de la Révolution internationale à la Contre-Révolution internationale!) Partie IPartie 2

VIDEO – Pour une historiographie marxiste et critique : entretien avec Enzo Traverso  Traverso a tout compris sur le virage conservateur des juifs au 20e siècle, leur passage de Trotsky à Kissinger!

VIDEO – UPJB-14juin2013-Enzo Traverso : « La fin de la modernité juive. Histoire d’un tournant conservateur »

 

PDF – The Jewish Century, by Yuri Slezkine. Comme l’indique Traverso en référant à The Jewish Century de Yuri Slezkine, le juif est au coeur de ce qui s’est passé durant le 20e siècle, tant en terme de destruction et de révolution géopolitique que de révolution idéologique ou anti-idéologique. Depuis la seconde moitié du 20e siècle, le juif est passé de la position de paria, de dominé, de révolutionnaire, à celle de dominant, contre-révolutionnaire, proche du pouvoir, et cela plus que jamais depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

LA RÉACTION PHILOSÉMITE:

L’auteur s’attaque ici à la campagne menée en France par des intellectuels se présentant comme philosémites, tels Y.-C. Zarka, S. Trigano ou A. Adler, dans laquelle il pressent une trahison politique et non une fidélité à l’universalisme juif. Cette campagne est à ses yeux la pièce maîtresse d’une opération idéologique visant à imposer le mot d’ordre d’une défense de l’Occident.

L’INTELLECTUEL COMPULSIF:

L’auteur établit une critique de l’intellectuel compulsif et analyse le pouvoir dont il dispose, qui est davantage un pouvoir d’affect que d’idée. Il réalise ces constats en s’appuyant sur une étude de cas où l’antisémitisme est en cause. Il pose à nouveau la question de la réaction philosémite en France, du judaïsme, mais aussi de la situation israélo-palestinienne et de son histoire.

 


VIDEO – Ivan Segré: La réaction philosémite (playlist)

VIDEO – Le martyr des intellectuels français (Finkielkraut, etc.) avec Ivan Segré, auteur de La réaction philosémite.

AUDIO – Entretien  »Là-bas si j’y suis » avec Ivan Segré La réaction philosémite ou la trahison des clercs éditeur : Editions Lignes (22 mai 2009) Qu’appelle-t-on penser Auschwitz ? Préface de Alain Badiou éditeur : Editions Lignes (22 mai 2009) Sur le film d’Eyal Sivan et Michel Khleifi : Route 181. Fragments d’un voyage en Palestine – Israël label : Momento (6 juillet 2004) Écouter l’émission.

 

 

 

 

Explication du virage à droite des juifs après la guerre de Six Jours:

Excerpt from Jewish Power: Inside the American Jewish Establishment, by J.J. Goldberg (1996)

 

 

Sur ce blog:

 

 

 

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur Du mythe de l’appui inconditionnel des juifs pour le communisme et les droits civiques des noirs… Quand la branche américaine de la LDJ travallait avec le FBI pour traquer et attaquer les groupes noirs, les diplomates soviétiques et des arabes