« Kerry a déclaré la guerre à Dieu! » Menaces de mort contre Kerry-Haman: c’est pas des musulmans! Les antijuifs de plus en plus décomplexés inquiètent… Mais qu’en est-il des menaces de mort à peine voilées proférées impunément par des juifs contre des hommes d’État?

Kerry a déclaré la guerre à Dieu! Comme Haman autrefois, Kerry verra la fureur divine s’abattre sur lui, menacent des rabbins partisans de la colonisation illégale…

John Kerry (Kohn) est critiqué pour avoir mis en garde Israël sur le risque d’isolation qu’ils courent en s’entêtant à empêcher l’établissement d’une paix juste au Moyen-Orient, signalant que leur isolation ne pourra que renforcer le mouvement de boycott (BDS).

(N’oublions pas que l’assassin du président israélien Yitzakh Rabin, qui était sur le point de signer l’accord de paix d’Oslo) faisait partie du mouvement des colons juifs)

 

Même les médiats juifs sont très gênés par ces menaces et dénoncent le danger extrême que représente ce mouvement des colons, prêts à tuer pour que « la Terre Promise revienne aux juifs et seulement aux juifs ».

Même les États-Unis commencent à se sentir très gênés par le comportement de son allié éternel Israël. C’est dire!

 

Se pourrait-il que le vent tourne?

 

 

 

 

February 5, 2014, 11:45am
John Kerry, Modern-Day Haman?

By Nathan Guttman, for The Forward

Secretary of State John Kerry and Haman / GettyImages/HipsterJew.com

 

First he was described as “obsessive” and “messianic” by Israel’s defense minister Moshe Yaalon. Then he was accused by Israel’s intelligence minister Yuval Steinitz of “holding a gun to Israel’s head”. And now, Secretary of State John Kerry faces a new barrage of criticism coming from the holy land. This time from a group of rabbis going all biblical on his peace plan.

A letter signed by five Israeli rabbis, all known for their hard-line opposition to any compromise with the Palestinians, compares Obama’s top diplomat to two of Israel’s worst enemies in history. “If you continue on this destructive path, you will ensure your everlasting disgrace in Jewish history for bringing calamity upon the Jewish people — like Nebuchadnezzar and Titus who destroyed, respectively, the first and second great Temples and the entire Holy City of Jerusalem, and who, by heavenly punishment, brought eventual disaster upon themselves, too,” the open letter to Kerry states.

Nebuchadnezzar ruled the Babylonian empire in the 6th century B.C. and led the siege of Jerusalem and the subsequent destruction of the first temple in 587 B.C., bringing about the exile of the Jewish people from their land. Titus was the first century Roman emperor who destroyed the Second Temple in 70 A.D.

In an open letter, Israeli rabbis warned John Kerry that his peacemaking efforts will earn him ‘everlasting disgrace in Jewish history,’ on a par with Nebuchadnezzar, Titus and Haman.

The letterhead carries the name of the Committee to Save the Land and People of Israel, a relatively unknown organization. But some of the rabbis who signed it are considered big names in Israel’s religious right.

Two of them were affiliated with political activists who worked with the late Meir Kahana: Rabbi Shalom Dov Wolpo, who was one of the leading rabbinical voices opposing Israel’s disengagement from Gaza and who in the past was a supporter of a political party consisting of Kahana followers, and Rabbi Yisrael Ariel, who now heads the Temple Institute and in the past ran for the Knesset as a member of Kahana’s Kach party. Other signatories are Rabbi Gedalya Axelrod, the former head of Haifa’s rabbinical court, a civil service position; Ben Tziyon Grossman, a Chabad Rabbi from Migdal Haemek; and Rabbi Yigal Pizam, also from Chabad.

And just in case the historical references provided to Kerry by these rabbis were not enough, the letter goes on to tie the expected unveiling of his new peace framework with the upcoming Jewish holiday of Purim. Kerry, not surprisingly, will play the role of Haman — the Persian vizier who hatched a plan to kill all the Jews — in the rabbis’ modern-day story of Esther. And if Kerry missed this lesson in Sunday school, the rabbis’ letter provides him with a reminder about Haman’s fate: “Tellingly, he and his sons eventually were hung on the very same gallows he had prepared for Mordechai, the Jew.”

‘Kerry has declared war on God,’ say hardline rabbis; warn of divine punishment Rabbis warn Kerry to stop negotiations « in order to avoid severe Heavenly punishment for everyone involved. »

Rabbis to Kerry: Cease mediation or face ‘God’s wrath’ Rabbis calling themselves Committee to Save the Land and People of Israel write secretary of state warning that his actions were ‘a declaration of war against the Creator and Ruler of the universe.’

John Kerry labelled ‘anti Semite’ for warning of possible boycott of Israel

Kerry slammed by right for ‘encouraging’ Israel boycott US Secretary of State says status-quo between Israelis, Palestinians is unsustainable, warns of de-legitimization of Israel.

John Kerry en guerre contre le Dieu des rabbins? Trad. fr. de l’article du JPOST. 

 

par Jeremy Sharon, Jerusalem Post (Sionistan) 

5 février 2014 

traduit de l’anglais par Djazaïri

 Des rabbins avertissent Kerry de stopper les négociations « afin d’éviter une punition divine pour tous ceux qui s’y impliquent».

Un groupe de rabbins nationalistes tenants d’une ligne dure a écrit dans une lettre ouverte qu Secrétaire d’Etat US John Kerry que par le truchement de ses efforts de médiation entre les négociateurs palestiniens et israéliens il avait déclaré une guerre contre Dieu.

 Les rabbins ont prévenu le Secrétaire d’Etat qu’il devait cesser ce genre d’activités pour éviter le châtiment divin.

La lettre a été envoyée par le Comité pour la Sauvegarde de la Terre et du Peuple d’Israël – une organisation militante opposée à tout accord politique avec les Palestiniens qui comprendraient des concessions territoriales – fondé par le rabbin Shalom Dov Wolpo qui est aussi le fondateur du parti d’extrême droite Notre Terre d’Israël.

« Vos efforts incessants pour exproprier des parties intégrantes de notre Terre Sainte et les livrer à la bande terroriste de Abbas, reviennent à une déclaration de guerre contre le Créateur et Maître de l’univers ! Parce que D..u a donné toute la Terre d’Israël à nos ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob, afin qu’ils la transmettent, comme héritage perpétuel, à leurs descendants, le peuple Juif, jusqu’à la fin des temps, » lit-on dans la lettre.

L'Etat juif selon le rabbin Shalom Dov Wolpo

L’Etat juif selon le rabbin Shalom Dov Wolpo

Les rabbins soutiennent que le plan de Kerry met en danger les Juifs israéliens en les mettant à portée immédiate des tirs potentiels de roquettes et de missiles depuis la Cisjordanie si elles [les terres] étaient cédées par Israël aux Palestiniens.

« Si vous persistez dans cette voie destructrice, soyez assuré de votre disgrâce éternelle dans l’histoire juive pour avoir apporté la calamité sur le peuple juif, » poursuivent les rabbins qui comparent Kerry au souverain babylonien Nabuchodonosor II et l’officier romain et futur empereur Titus, deux ennemis des anciens royaumes juifs qui détruisirent les temples de Jérusalem et en même temps la souveraineté juive sur la Terre d’Israël.

«Par la puissance de notre Torah Sacrée, nous vous exhortons à cesser immédiatement toutes les démarches pour aboutir à ces accords désastreux – afin d’éviter un sévère châtiment divin pour toutes les personnes impliquées, » menacent-ils.

La lettre a été signée par le rabbin Wolpo ainsi que par quatre autres rabbins dont le rabbin Yisrael Ariel, fondateur et président du Temple Institute, le rabbin Yigal Pizam, doyen d’une yeshiva [école religieuse] et chef de la la communauté hassidique du quartier Kiryat Shmuel à Haïfa, et le rabbin Ben Tziyon Grossman de la ville de Migdal Ha’emek.

 

 

Susan Rice tweets– ‘Israel, we’re mad as hell and not going to take it anymore’

Stream of insults hurled at Kerry reflects peace process jitters, but also five years of bad chemistry between Netanyahu and Obama.

By Chemi Shalev | Feb. 5, 2014 | 12:22 AM | 70

Judith Martin, the popular American columnist better known as “Miss Manners”, advocates restraint when responding to insults: “I don’t believe in answering rudeness with rudeness”, she once said in an interview. In extreme circumstances, however, – such as when a man asks a woman whether she’s expecting – Martin does permit to “defend one’s own honor.”

“That means registering that one knows when one has been insulted, and refuses to tolerate it,” she wrote in a column.

The admonishing tweets sent out over the past 24 hours by National Security Adviser Susan Rice in the wake of Israel’s recent verbal offensive against Secretary of State John Kerry are meant to convey a similar sentiment: that his Israeli insulters have crossed the red line of diplomatic etiquette – a word for which there is no Hebrew translation.

The U.S. Administration, to quote the sterner Howard Beale from the movie Network, is “mad as hell and not going to take it anymore”.

Because recently, the steady trickle of insults and invective from Jerusalem seems be evolving into a tempestuous torrent. Tempers had hardly calmed down after Defense Minister Moshe Yaalon described Kerry as “obsessive” and “messianic”, when Bayit Yehudi MK Motti Yogev – from the ruling coalition – described Kerry as an anti-Semite; and only a few hours after Yogev asserted that the epithet was “not personal”, Kerry spoke in Munich about the dangers of boycott and the entire Israeli leadership subjected him to a sustained and indignant barrage, accusing him of “trying to pressure us with threats”, “holding a gun to our heads” and serving as “trumpet (shofar, actually) for the anti-Semitic boycott.”

Now, abusing U.S. presidents and their ministers is hardly a new concept, especially at times when the peace process seems to be going forward. From the days that Gush Emunim stood outside the King David Hotel in Jerusalem in 1974 and shouted “Jew boy” at Secretary of State Henry Kissinger all the way to the title “anti-Semitic Pharaoh” that the settlers affixed to Obama before the settlement freeze of 2010, the Israeli right wing has always reacted with unbridled ferocity to what it considers to be U.S. efforts to seize its God-given estate.

The difference now is in the frequency of the flare-ups, in the seniority of the Israeli disparagers – from the prime minister on down – and mainly in the deep mutual resentment from which the altercations stem. Prime Minister Benjamin Netanyahu believes that in securing the interim nuclear agreement with Tehran, Kerry and the Administration operated behind his back and stuck a knife in it while they were there. Obama and Administration officials were subsequently astounded by what they saw as Bibi’s brazen enlistment of the Jewish establishment in support of the now-stalled Senate sanctions bill, which they view as an overt attempt to undercut Obama’s foreign policy.

And the intensity of the bilateral clashes is further fueled by the suspicions and bad chemistry that have characterized the relations between Obama and Netanyahu from the day they both took office in 2009. In the eyes of the White House, one Administration insider told me this week, a direct line connects Netanyahu’s public reprimand of Obama at their White House meeting in May 2011 to his barely disguised support for Mitt Romney in 2012 to his “over the top” reactions to the Iran accord to the current campaign against Kerry.

But in Netanyahu’s favor, he added with a smile, stands the fact that he usually distances himself from his own insults even before he’s finished dishing them out.

The Americans are well aware, of course, of the coarse, confrontational and in-your-face nature of Israeli political discourse – they just don’t think it should be levelled at them. True, Obama and Kerry are often subjected to the same kind of vilification by their political rivals, but that’s the whole point: for some reason, the Administration does not expect Israeli ministers to sound like Ted Cruz or Rush Limbaugh, especially when the U.S. remains, by all accounts, Israel’s biggest and perhaps only international ally.

Israel used to complain about the disingenuousness of Arab leaders who “speak to their own people in one language and to international audiences in another.” Now they are finding out that it’s not always such a great idea to speak to your friends abroad with the diatribe usually reserved for your enemies and rivals at home.

Small wonder that the Administration would like nothing better than to revert to the diplomatic niceties of yesteryear, with Washington old-timers fondly recalling the days when the only face of Israel on the international stage belonged to a sophisticated and urbane foreign minister named Abba Eban.

Settler advocacy group posts video mocking Kerry

Kerry : Plan B ? déposséder Israël de ses terres et nettoyage ethnique en faveur des Arabes

US condemns east Jerusalem building plan as Kerry downplays Israeli critics

Are you a closet anti-Semite? If you support the two-state solution, you’re already at risk; take the settlers’ new ‘John Kerry Self-Test’ and find out.

Israeli security minister slams Kerry over boycott threat, warns IDF may invade Gaza

Netanyahu Slams Kerry for Comment on Israeli Boycotts

Kerry’s piece process  Op-ed: So-called ‘peace process’ is an attempt to bully into making risky concessions

 


Hypersensibilité épidermique et crise de paranoïa sévère du côté d’Israël…

 

Négocier sous la menace - © Dry Bones

Kerry a pour la deuxième fois de sa « carrière » menacé l’état juif de sanctions si les « négociations de paix » échouent. Et même si elles échouent à cause de l’autorité palestinienne. Négocier sous la menace ? (…)

 


In a letter to Kerry, ADL chief Abe Foxman says that secretary’s warning of boycott has the opposite effect.

Abe Foxman

Abe Foxman Photo: SAM SOKOL

The Anti-Defamation League, one of the US’s most powerful Jewish organizations known for its advocacy on behalf of Israel, criticized Secretary of State John Kerry on Tuesday for comments he made in Munich regarding the negative consequences that Israel can expect if efforts to achieve a two-state solution break down.

In a letter to Kerry, ADL chief Abe Foxman said that while he appreciated Kerry’s efforts to move the peace process forward, the remarks about Israel’s likely ostracism in the event that no deal is reached will only spur the pro-boycott elements and the Palestinians to become further entrenched in their positions while being less likely to compromise.

« In speaking about the price Israel will pay if the peace talks break down and Israel is blamed, you may have thought you were merely describing reality, » Foxman said. « But as the key player in the process, the impact of your comments was to create a reality of its own. »

« Describing the potential for expanded boycotts of Israel makes it more, not less, likely that the talks will not succeed; makes it more, not less, likely that Israel will be blamed if the talks fail; and more, not less, likely that boycotts will ensue, » Foxman wrote. « Your comments, irrespective of your intentions, will inevitably be seen by Palestinians and anti-Israel activists as an incentive not to reach an agreement; as an indicator that if things fall apart, Israel will be blamed; and as legitimizing boycott activity. »

Kerry’s comments, which also drew sharp reaction from Israeli politicians, including cabinet ministers in Prime Minister Binyamin Netanyahu’s government, were initially made during his appearance at last week’s Munich Security Conference.

« You see, for Israel there’s an increasing delegitimization campaign that has been building up,” Kerry said. “People are very sensitive to it. There are talk of boycotts and other kinds of things. Are we all going to be better with all of that?”

Israeli politicians’ sharp criticism of Kerry led to the State Department issuing an unusual statement Sunday imploring Kerry’s critics not to distort his words.

“Secretary Kerry has a proud record of over three decades of steadfast support for Israel’s security and well-being, including staunch opposition to boycotts,” State Department spokeswoman Jen Psaki wrote.

US National Security Advisor Susan Rice came to Kerry’s defense on Tuesday after he was roundly criticized by a number of Israeli government officials over comments that he made on the weekend  about the Israeli Palestinian peace talks.

The Times of Israel | ADL chief chides Kerry for boycott comments In open letter, Abraham Foxman says that warning of consequences of talks’ failure raises likelihood of negotiations not succeedingRead more: ADL chief chides Kerry for boycott comments

Knesset member implies Kerry guided by ‘anti-Semitism’

Bayit Yehudi MK: Kerry pressure on Israel has anti-Semitic undertones

Kerry’s Brother: John’s Not Anti-Semitic, We’re Jewish

Netanyahu issues ultimatum ot Bennett: The prime minister and the Habayit Hayehudi leader have been at one other’s throats since PMO said settlers should be allowed to stay in future Palestinian state. Now the rift has reached new heights, with PMO branding Bennett ‘insolent’, demanding apology.(…) Netanyahu spoke with senior Likud members Wednesday, telling those gathered that he expected Economy Minister Naftali Bennett to apologize for the remarks he made at a security conference earlier in the week, when the economy minister insisted that « Israelis can’t live under Palestinian rule… because the Palestinians would kill them. »

Bennett attacks Kerry over boycott warning

Israeli Jews praying for failure of peace talks with the Palestinians and yet, we are told it is the Palestinians who don’t want ‘peace’…

Hardline Israelis hold mass prayer against peace talks

EU ambassador warns Israel of isolation Quand on les avertit qu’ils sont en train de s’isoler de la communauté internationale et que ceci renforce la campagne de boycott, ils nous accusent d’être antisémites et d’utiliser la menace de boycott pour faire pression sur eux! Et c’est nous les paranoïaques?

La Jordanie dit NON à la « Conspiration » de John Kerry Selon cette déclaration [statement], «La Jordanie traverse un moment historique dangereux». «C’est un complot américano-sioniste pour liquider la cause ‘palestinienne’ au détriment de la Jordanie.»

(Un complot est purement imaginaire et paranoïaque si c’est pas les juifs qui en sont victimes! Un complot existe pour vrai si et seulement si ce sont les juifs qui en sont victimes. C’est pourquoi Europe-Israel est très sérieux lorsqu’il condamne le « complot de Kerry » l’antisémite contre Israel, mais quand c’est les Jordaniens qui dénoncent le « complot de Kerry », Europe-Israel trouve ça ridicule et probablement antisémite!)

Steinitz: Abbas ‘most anti-Semitic’ leader in world

Pour un ministre israélien, Abbas est l’antisémite « n°1″

Panique à Jérusalem

Growing concern over BDS With calls to boycott Israel on the rise, reports say Israel considering hiring PR company

Israeli ministers discuss using lawyers and Mossad to fight BDS

mossad

Netanyahu: « ceux qui boycottent Israël sont antisémites. »

Netanyahu: Boycott supporters are modern anti-Semites

Netanyahu: BDS advocates are classical anti-Semites in modern garb

BDS founders are ‘anti-Semites,’ Netanyahu tells US Jewish leaders

U.S. Jewish leader: BDS is ’21st century form of 20th century anti-Semitism’

US rep: Netanyahu the ‘next King David’ Tea Party Republican Louie Gohmert believes the Israeli PM should use prayer gatherings to solve Israel’s many problems

Israeli PM Netanyahu backtracks on West Bank settlement comments Prime minister suffers backlash after suggesting settlers could live in future Palestinian state – Guardian

Transfer of funds for settlements stopped over allegations of misuse

Cracks in the Alliance: Is There Finally Daylight Between Israel and the US?

White House reportedly uneasy with Jewish lobbying in Congress

Au moins le gouvernement américain comprend qu’il y a un problème. Le Canada de Stephen Harper, lui, n’y voit pas le moindre petit problème.

 

“Special Relationship is a One-Way Street” in Favor of Israel: Jewish Dissenter Professor

“America’s Strategic Ally Bill”: But Which Americans Voted for This?

AIPAC’s open revolt against White House: Report

AIPAC GOES AFTER TOP DEM A recent letter attacking Democratic National Committee Chairwoman Debbie Wasserman Schultz is causing an internal brouhaha at the American Israel Public Affairs Committee, The Cable has learned. (…) That AIPAC was driving hard for new Iran sanctions legislation surprised no one. But its use of a right-wing blog to target a well-connected Jewish Democrat with a long history of support for Israel raised eyebrows among some current and former AIPAC officials. It also raised concerns that AIPAC’s open revolt against the White House’s Iran diplomacy could fray its relations with liberal Democrats on the Hill.


Qui est HAMAN?

 

 

 

 

VIDEO – Rav D.ynovisz: Qui est Amalek aujourd’hui? – Schmouel 35 – 14 Septembre 2011

 

Données de base sur le livre d’Esther (d’après Univers de la Bible)

 

Le livre d’Esther était lu lors de la fête juive dont il relate l’origine: la fête des Pourim. Il porte le nom de son héroïne, une jeune Juive devenue l’épouse de Xerxès, souverain de l’Empire perse (486-465 av. J.-C.). Sa position lui permettra d’éviter le massacre des Juifs. L’une des particularités de ce texte est l’absence totale de mention de Dieu.

 

 

http://1.bp.blogspot.com/-MR-xoB1riVI/TdbS5xFlaYI/AAAAAAAAA3g/GvCMJ3r3gT4/s1600/estherdanishtirsted1400.jpg

Haman, chef des Amalécites (descendant d’Amalek, l’ennemi archétypal des juifs, qui avait ironiquement de lointaines origines juives), était général des armées du roi Ahasvérus. Il conspirait supposément contre les juifs, mais Esther, grâce à sa ruse, retourna la situation contre lui et fit en sorte que Haman soit tué et que son corps soit, ironiquement, pendu, avec ses dix fils, au gibet qu’il avait préparé pour tuer les juifs. (Les historiens n’ont trouvé aucun fondement historique à ce récit très douteux. Rien n’indique qu’un Perse portant ou non le nom d’Haman ait effectivement tenté de massacrer les juifs.)

Ce n’est pas une scène de la Crucifixion mais bien une scène de la mort de Haman étendu sur une croix. Au Moyen-Age les juifs fêtaient Pourim en érigeant des effigies de Haman, souvent en l’associant au symbole de la croix, en le crucifiant ou en le pendant sur une potence en forme de croix. Des textes rabbiniques représentent Haman portant une croix (une « abomination ») sur ses vêtements. Ainsi, le Christ se trouvait confondu avec l’ennemi éternel des juifs! Des lois ont du être édictées afin d’empêcher les juifs de s’adonner à ces pratiques haineuses antichrétiennes et antichristiques.

 

 

Extraits de Reckless Rites – Purim And The Legacy Of Jewish Violence, p.68 et 157-158:

 

La première réponse de Radbaz , qui utilise le terme Kedushat ha-Shem (la sanctification du nom de Dieu), a laissé entendre que s’incliner devant Haman aurait pu être considéré comme un acte idolâtre, reflétant la tradition rabbinique selon laquelle Haman portait une image idolâtre sur sa poitrine. Abraham Saba, qui était comme Alashkar un exil d’Espagne, a également évoqué, dans son commentaire sur Esther, la tradition rabbinique concernant l’image idolâtre portée par Haman, ajoutant, toutefois, dans une veine plus contemporaine, que c’était « comme les rois Édomites [ndt : c'est-à-dire Chrétiens] dont les fonctionnaires arborent la croix abominable sur leurs vêtements, afin que quiconque les voit se prosterne ».) (…)

La croix comme abomination

 

Avant de procéder à d’autres cas de comportement indiscret vis-à-vis de la croix, permettez- moi de revenir sur le terme « abomination » et l’histoire de son utilisation par les Juifs comme un moyen de se référer cacophémistiquement (mon néologisme) à la croix. L’exemple le plus lointain que j’ai pu trouver se trouve à la fin des travaux midrashiques connus sous le nom de Pirkei de-Rabbi Eliezer (Les Chapitres de Rabbi Eliezer) qui, tel qu’indiqué plus haut, a été évidemment composée en Palestine au huitième siècle. Comme nous l’avons vu, l’auteur de l’œuvre tente implicitement, en racontant l’histoire de Pourim, de résoudre un des problèmes les plus épineux dans l’exégèse du livre d’Esther : Pourquoi Mardochée a-t-il refusé de se prosterner devant Haman ? Selon PRE, Haman « avait une « image » [ tzelem ] brodée sur son vêtement, et tous ceux qui se prosternaient devant Haman saluaient également à l’ « abomination » [ to'eva ], qu’il avait faite. Madochée a vu cela et n’a pas consenti de se prosterner devant sa « chose dégoûtante » [ shikutzo ], comme il est dit : « Mais Mardochée ne s’inclina point, ni ne fit révérence » ». L’auteur de ce midrash tardif transforme Haman en un évêque chrétien portant fièrement sur sa poitrine le signe de la croix, appelée du nom peu flatteur de la trinité des termes hébreux – tzelem to’eva, shikutz. Et bien que l’auteur midrashique résida apparemment dans les Omeyyades de Palestine, il sentait néanmoins la nécessité de lier l’ancien ennemi juré du peuple juif avec le symbole central du christianisme. (…)

 

Mais les Juifs ne se sont pas seulement engagé dans le discours sur le christianisme et ses symboles. Les mots s’étaient, depuis l’Antiquité tardive, reportés dans les faits, comme dans la pratique, interdite par la loi de Théodose de 408, de la fabrication d’une effigie d’un crucifié le jour de Pourim. Des siècles plus tard, les juifs convertis au christianisme dans l’Empire byzantin étaient requis non seulement de renoncer généralement à toute la loi hébraïque, ses coutumes et cérémonies, mais spécifiquement de « maudire ceux qui gardent la fête du soi-disant Mardochée … clouant Haman au bois, le mêlant ensuite à l’emblème de la croix et les brûlant ensemble ». Un tel serment pré-baptismal, datant de quelque part entre les huit et au début du dix-sept siècles, est venu jusqu’à nous depuis l’Orient byzantin. (…)

 

Comme Basnage, l’historien juif du dix-neuvième siècle Graetz a pu imaginer plus d’une explication de la loi de Théodose de 408 interdisant de se moquer du christianisme et de ses symboles lors de la fête de Pourim. « En ce jour », écrit-il, « les jeunes lurons [ lustige Jugend ] étaient habitués d’avoir à la main une effigie du pire ennemi des Juifs, Haman, sur une potence (gibet), et cette potence, qu’il était coutume de brûler, avait, soit par dessein, soit par accident, la forme d’une croix ». (Nous soulignons). Son contemporain, cependant, Ferdinand Gregorovius, l’historien de Rome né en Prusse, a présenté la question d’une façon un peu plus unilatérale. Gregorovius, contrairement à Graetz, appartenait à l’école qui avait tendance à considérer les Juifs comme étant eux-mêmes « responsables du mépris » dont ils faisaient souvent l’objet. Il est fortement étonnant, donc, qu’il a vu la loi de Théodose comme interdisant aux Juifs « de célébrer une certain fête [ Pourim ] au cours de laquelle ils étaient habitués à exprimer sournoisement leur haine pour le Sauveur crucifié ». Selon Gregorovius, au cours de cette journée, « ils représentaient Haman crucifié et … le brûlaient en effigie au milieu des cris et des festivités comme s’il était le Christ » (je souligne). Comme il l’a lui-même vu (et entendu) dans son imagination, il n’y avait pas deux manières d’aborder ce sujet. Les Juifs du cinquième siècle détestaient le Messie crucifié et donnaient une « expression rusée » à leur haine en l’évacuant « au milieu des cris et des festivités » le jour de Pourim.

 

La loi de Théodose de 408 évoquée par ces trois chercheurs informait les gouverneurs des provinces, tel que mentionné plus tôt, qu’ils devaient « interdire aux Juifs de mettre le feu à Aman en souvenir de sa peine (châtiment), dans une certaine cérémonie de leur festival, et de brûler avec une intention sacrilège une forme faite pour ressembler à la sainte croix au mépris de la foi chrétienne, de peur qu’ils ne souillent le signe de notre foi avec leurs moqueries ».

-

 

Radbaz’s first reply, which used the term kedushat ha-shem (the sanctification of God’s name), implied that bowing before Haman could have been considered an idolatrous act reflecting the rabbinic tradition according to which Haman had worn an idolatrous image on his chest. Abraham Saba, like Alashkar an exile from Spain, also referred, in his commentary on Esther, to the rabbinic tradition concerning the idolatrous image worn by Haman, adding, however, in a more contemporary vein, that this was « like the Edomite (Christian) kings who have their officials wear the abominable cross on their clothing, so that whoever sees them would bow down ».) (…)

The Cross As Abomination

 

Before proceeding to other instances of indiscreet behavior vis-a-vis the cross, let me return to the term « abomination » and the history of its use by Jews as a means of referring cacophemistically (my neologism) to the cross. The earliest instance I have been able to find occurs in the late midrashic work known as Pirkei de-Rabbi Eliezer (The Chapters of Rabbi Eliezer), which as noted earlier, was evidently composed in eighth-century Palestine. As we have seen, the work’s author implicitly attempts, in retelling the story of Purim, to solve one of the thorniest problems in the exegesis of the book of Esther: Why did Mordecai refuse to bow down to Haman? According to PRE, Haman « had an ‘image’ [tzelem] embroidered on his garment, and anyone who bowed down to Haman bowed also to the ‘abomination’ [to'eva] which he had made. Mordecai saw this and did not consent to bow down to his ‘disgusting thing’ [shikutzo], as it is said, ‘But Mordecai bowed not, nor did him reverence’. » The author of this late midrash transforms Haman into a Christian bishop who proudly wears upon his chest the sign of the cross, referred to by the uncomplimentary trinity of Hebrew terms — tzelem to’eva, shikutz. And although the midrashic author apparently resisded in Umayyad Palestine, he nonetheless felt the need to link the ancient arch-enemy of the Jewish People with the central symbol of Christianity. (…)

 

But Jews did not only engage in discourse about Christianity and its symbols. Words had, since late antiquity, carried over into deeds, as in the practice, prohibited by the Theodosian law of 408, of burning a crucified figure on Purim. Centuries later, Jewish converts to Christianity in the Byzantine empire were required not only to generally renounce every Hebrew law, custom, and ceremony, but to specifically « curse those who keep the festival of the so-called Mordecai … nailing Haman to wood, and then mixing him with the emblem of the cross and burning them together. » Such a prebaptismal oath, dating from some time between the eight and early seventeen centuries, has come down to us from the Byzantine East.(…)

 

Like Basnage, the nineteenth-century Jewish historian Graetz was able to imagine more than one explanation for the Theodosian law of 408 prohibiting mockery of Christianity and its symbols on Purim. « On this day », he wrote, « the merry youths [the lustige Jugend] were accustomed to hand in effigy the arch-enemy of the Jews, Haman, on a gallows, and this gallows, which it was the custom to burn, had, by design, or by accident, the form of a cross. » (emphasis added). His contemporary, however, Ferdinand Gregorovius, the Prussian-born historian of Rome, presented the matter in a somewhat more one-sided way. Gregorovius, in sharp contrast to Graetz, belonged to the school of scholarship that tended to regard the Jews as being themselves « responsible for the contempt » with which they were often held. It is sharply surprising, therefore, that he saw the Theodosian law as forbidding the Jews « to celebrate a certain festival [Purim] at which they were accustomed to give sly expression to their hatred for the Crucified Saviour. » According to Gregorovius , on that day, « they represented Haman as crucified and… burned him in effigy amidst shouts and revelry as if he were Christ » (emphasis added). As he saw (and heard) it in his imagination, there were no two ways about it. The Jews of the fifth century hated the crucified Messiah and gave « sly expression » to their hatred by venting it « amidst shouts and revelry » on the day of Purim.

 

The Theodosian law of 408 alluded to by all three of these scholars had instructed the governors of the provinces, as mentionned earlier, to « prohibit the Jews from setting fire to Aman in memory of his past punishment, in a certain ceremony of their festival, and from burning with sacrilegious intent a form made to resemble the saint cross in contempt of the Christian faith, lest they mingle the sign of our faith with their jests. »

 

 

 

Why Crucify Haman? 

Artistic representations of the Purim villain shed light on medieval Jewish and Christian interpretations of the holiday.

By Menachem Wecker

According to Martin Luther‘s 1543 essay « On the Jews and Their Lies, » Jews demonstrate their « bloodthirsty » and « vengeful » character in their love of the Book of Esther.

Luther, a priest who initiated the Protestant Reformation and a known opponent of Jews and Judaism, also said the Book of Esther should be ignored for being « too Jewish » and packed with « too much heathen corruption. » The 18th century German Bible scholar Johann David Michaelis took Luther’s attack on Mordecai and Esther one step further, by protesting Haman’s execution without a fair trial.

 

Luther and Michaelis were not the only ones to think that the Persian Jews in the Book of Esther should have turned the other cheek to Haman.

In Michelangelo’s depiction in the Sistine Chapel, « The Punishment of Haman » pays Haman the theological compliment of crucifying him. Though the Jewish (and literal) reading of the Book of Esther is that Haman is the evil antagonist, Michelangelo seems to imply the opposite: Haman’s attempt to kill the Jews was justified, and the fact that the Jews persecuted and killed Haman makes him like Jesus.

 

Haman’s Cross to Bear

Similarly, a miniature in the collection of The Hague, from around the year 1430, shows a bejeweled Esther kneeling before Ahasuerus begging for the lives of her fellow Jews. Ahasuerus, flanked by attendants and a bearded man, who might be Mordecai, extends his golden scepter to Esther. The story progresses from the left, where Esther kneels, to her right, where a near-naked Haman is crucified behind the seated scribe.

The artist or artists who created the work, referred to as the Azor master, would have been familiar with the fourth century Vulgate, Jerome’s Latin translation of the Hebrew scriptures, which used the word crux to refer to the gallows which Haman created for Mordecai, and which Haman was later hanged upon.

 

The word the Hebrew Bible uses for the gallows, etz, more properly refers to a tree, though Hebrew versions of the Gospel of Matthew (controversial in their own right because there are no surviving versions from Matthew’s lifetime) also use the word etz in reference to Jesus’ crucifixion.

 

Jerome’s translation may have derived from the reference to Haman’s crucifixion in the Septuagint, which originated a few centuries earlier–initially by rabbis, who were forced to produce the translation, and later retranslated over time by Christian scholars. In addition, the first century Jewish historian Josephus‘ account of the Purim story has Haman prepare a cross for Mordecai, and in Josephus’ version Haman’s death is by crucifixion. The fourth century monk Evagrius, who lived in Constantinople, implied in his writings that Jews of his time considered Haman’s death a crucifixion.

 

A number of medieval Christian authorities were certain that Jews acted upon the belief that Haman, like Jesus, was crucified. For example, the early fifth-century Theodosian Codex, a set of Roman laws, insisted that Jews abstain from « celebrating a certain feast » during which they « very shrewdly » showed their « secret hatred of the crucified Savior » by representing their enemy Haman as a crucified man and burning his effigy amidst « great shouting and frenzy just as if he were Christ. »(…)

Représentation contemporaine de la pendaison d’un Haman aux habits couverts de symboles nazis

 

http://www.radioislam.org/islam/english/jewishp/iran/jewish-children-beating-and-hanging-haman.jpg

 

http://failedmessiah.typepad.com/.a/6a00d83451b71f69e2016763b59187970b-400wi

Pourim 2012

 

http://media.silive.com/southshore/photo/10652021-large.jpg

 Pourim 2012

 

Monday, March 05, 2007

 

It’s so good to be Home for the Holiday Season… you know, the holiday season! The time people dress up, give out candy, (get drunk) and decorate the front of their homes. Yep… sure you know what I mean. They decorate them with beautiful biblical scenes. You know what I mean. The scenes that sort of look like this:

 

Ahh, it’s so good to be Home. So what biblical scenes did your neighbor set up?

Labels: Photos, Pinchas, Purim

Full post and comments…

 

 

http://kopjik.files.wordpress.com/2009/12/2mahmoud-as-haman.jpg

FLASHBACK (2011)

3/4/2011 – U.S. Groups to Celebrate Purim At Iran’s UN Mission American Jewish groups plan public reading of the Book of Esther at the Iranian UN Mission in NYC to send a message to Ahmadinejad: You won’t win.

 

 

 

 

 

 

Tuesday, March 06, 2012

Purim 2012: Kill the “Anti-Semites”

By Michael Hoffman

On Purim 1994 Brooklyn-born Israeli settler Baruch Goldstein slaughtered 40 Palestinians while they prayed in Hebron.

On Purim 2003 the U.S. invaded the sovereign nation of Iraq, officially to eliminate illicit weapons of mass destruction but in reality to neutralize a possible Iraqi threat to the Israeli government. Nearly 5,000 dead Americans and a trillion dollars later and Iraq has been totally neutered, just as the Israelis and their American agents had hoped, notwithstanding the damage to the US economy and our service men and women.

In the run-up to Purim 2012, which begins on Wednesday evening March 7, Senator John McCain has called for a deficit-ridden America to undertake a multi-million dollar bombing of Syria, while Senator Joseph Lieberman, speaking at the Israeli lobby’s AIPAC conference, demanded a U.S. attack on Iran if the government of that Persian nation will not stop its non-existent nuclear weapons program. The German philosopher G.W.F. Hegel observed that the only thing we learn from history is that we learn nothing from history.

Ancient Race War Revived

J.D. Longstreet on the website of the “Save America Foundation: Patriots in Action” states: “Before Iran was renamed Iran it was Persia. The rift between the Jews and the Persians is not new. It goes back many centuries…It is impossible to read the book of Esther this week, especially, and not see the parallels between an ancient Jew approaching a great potentate asking for help to save the lives of the Jewish people. One can only hope Obama reacts as did King Ahasuerus and that Obama and Netanyahu can both enjoy a few of those famous “Haman’s Ear” cookies in celebration of the special occasion when the Jews were saved and Haman, the evil prime minister of Persia, did not succeed in his plot to kill all the Jews… » 

On Sunday March 4 Herb Keinon wrote in the Jerusalem Post: “Netanyahu…will meet with US President Barack Obama on Monday to discuss how to stop a Persian tyrant interested in killing Jews. The meeting is just two days before Purim, a holiday retelling a similar tale, involving a Persian tyrant intent on killing Jews thousands of years earlier. Do not be surprised if Netanyahu somehow connects those two dots during public comments he will make in Washington.”

Why are we not surprised that, according to Israel National News, during the three hours that President Barack Obama spent with Israeli Prime Minister Binyamin Netanyahu in the White House on March 5, “Netanyahu took the opportunity to draw a parallel between the narrative in the Book of Esther – wherein the wicked Haman seeks to destroy the Jewish people throughout the Persian Empire – with Israel’s modern day conflict with Iran…Iran is geographically Persia and the Iranians are descendants of the ancient Persians.”

A race war thousands of years old is invoked in deliberations of the President of the United States concerning our nation’s war policy. The modern nation of Iran is identified with the ancient nation of Persia by the Israeli Prime Minister and his supporters in the Zionist press and American “patriot” right wing. The high Persian official Haman is likened unto the officials of present day Iran. This would be little more than Grade B schlock movie fare were it not invested with international gravitas before our very eyes. The ancient racial stereotyping against which the rabbis and the media howl when applied to “the Jews,” is freely applied to the Iranians in the name of Israeli national survival and self-defense.

This contemporary racial targeting becomes more ominous when we consider that Haman was identified as part of the nation of Amalek which God ordered annihilated. In Christian teaching, the nation of Amalek is no longer mentioned. This belief is in accordance with the Bible at Deuteronomy 25:17-19 “to blot out the memory of Amalek from under Heaven.” Since Amalek is gone from the face of the earth and Bible-believers are to blot out his memory, those who keep the memory alive are in violation of God’s prophetic will. This defiance emanates from the Babylonian Talmud, which envisions an on-going war with Amalekites who are defined by 21st century rabbis as the anti-semites among us, meaning anyone who thwarts Zionism or Judaism.

In addition to the grave threat of extermination that this warped belief presents to the dehumanized people of Iran, it is also a warrant for the murder of all the opponents of Talmudic Judaism and the apartheid “State of Israel” who are classed as “anti-Semites,” whether or not they are Iranian.

“Amalek was the first anti-Semite”

Rabbi Eliezer Melamed is a leader of the violence-prone Israeli settler movement and the head of Yeshivat Har Bracha in the occupied West Bank of Palestine. He is esteemed as an authority on rabbinic law. His major works include his legal treatise, Pininei Halacha. Melamed uses his weekly column in the Israeli newspaper Basheva to advocate attacks (“vengeance”) on Palestinians by the Israeli government and the military: « We don’t aspire to private vengeance, but to state vengeance led by the Israel Defense Forces and all the systems of government. » (Cf. Haaretz, March 18, 2011).

Rabbi Melamed has declared that those who worship Jesus Christ are idolaters: « …they (Christians) still embrace idolatry, believing that ‘oto ha’ish’ [Jesus] is god and the messiah, who will be resurrected to redeem the world… This delusion that Jesus is the mashiach (messiah) is indeed a false belief. As we learned from the words of the Rambam (Moses Maimonides, Laws of Kings 11:4): ‘Jesus the Christian, who thought he was the Messiah… was the subject of a prophesy in the Book of Daniel (11:14): ‘…also the renegades of your people will exalt themselves to fulfill the vision – but they will stumble.’ Could there be a greater stumbling block than this [Jesus]?” (Emphasis supplied).

For Purim 2012, Rabbi Melamed has made the following declaration: 

“Although the main mitzvah of wiping-out Amalek rests upon the community in general, every individual Jew is also obligated to fulfill this mitzvah. Therefore, if one comes upon an Amalekite and has chance to kill him, but does not – he has annulled this mitzvah (Sefer HaChinuch, 604). Amalek was the first anti-Semite…Today, the seed of Amalek has been lost; however, if (it) becomes clear that a certain person is an Amalekite, following in their ways, it would be a mitzvah (blessed deed) to kill him (see Kol Mevaser 2:42)…Only after evil is eradicated from the world can there be complete joy. Thus on Purim, after the obliteration of Haman and his sons, happiness is especially great.” Cf. Rabbi Eliezer Melamed, « Amalek: War Against the Root of Evil, » Israel National News, Feb. 28, 2012 (emphasis supplied). 

Rabbi Melamed then creates an escape clause in case some people might be horrified at the notion of killing anyone labeled an “anti-Semite”: “…if an Amalekite decides to take upon himself the fulfillment of the Seven Mitzvoth of Noah’s Sons, according to Jewish law, there is no longer an obligation to kill him…” 

The “Seven Mitzvoth of Noah’s Sons, according to Jewish law” (i.e. Talmudic law and successive halachos derived from it), decree death for idolaters. In Judaism worship of Jesus Christ is defined as avodah zorah (idol worship). « Anti-semitic » Amalekites and those who worship Jesus are subject to death. They can only escape capital punishment by accepting the Seven Mitzvoth of Noah’s Sons and denying that Jesus is God. This is what it means to “take upon” the “Seven Mitzvoth of Noah’s Sons” (Noachide Laws): the messiah status and divinity of Jesus Christ must be denied. The U.S. Congress is on record (Public Law 102-14) recommending the enactment of these misnamed “Noah” laws (in Orthodox Judaism the patriarch Noah is derided as a low character; cf. Judaism’s Strange Gods [2011] p. 108). 

Purim Bacchanal: Judeo-Dionysiac debauchery

Like other pagan religions based on concepts derived from the ancient worship of strange gods which Yahweh abominates (Exodus 20:2-3), the pagan anti-Yahweh religion of Judaism venerates the god Dionysus in his incarnation as Bacchus, during the drunken Bacchanal conducted during Purim, when intoxicated Judaic men dress up as women, Arab terrorists (complete with mock suicide bomb belts), clowns and various animals.

Dionysius’ most common cult name in Greek was Bakch(e)ios; in Latin Bacchus, from which is derived the name of a drunken revel, the “Bacchanal.” The rites of Dionysus feature wearing masks, cross-dressing, impersonation and illusion. Walk the streets of Mea Shearim in Jerusalem or the Williamsburg section of Brooklyn, New York during Purim and you will observe these rites being enacted. Dionysiac festivals in ancient times were accompanied by public drunkenness. Alcoholic intoxication is condemned by the Bible in Proverbs 20:1; 23:20; Romans 13:13; Ephesians 5:18; I Cor. 6: 9-10. Everyone from Rick Santorum to Patrick J. Buchanan refers to the civilization that originally gave rise to Europe and the United States of America as “Judeo-Christian.” They apply this term out of blatant disregard for the fact that Purim, one of the religion of Judaism’s holiest days, commands alcoholic intoxication and is marked by masquerading and cross-dressing. 

In the Babylonian Talmud (BT) we read:

Rava said: One must become so intoxicated on Purim that he cannot distinguish between “Cursed is Haman” and “Blessed is Mordechai.” Rabbah and Rav Zeira celebrated the Purim feast together. They became intoxicated. Rabbah arose and slaughtered Rav Zeira. The next day, Rabbah prayed for mercy on Rav Zeira’s behalf and revived him. The following year, Rabbah said, “Let master come, and we will celebrate the Purim feast together.” Rav Zeira answered, “Not every time does a miracle occur.” (BT Megillah 7b).

In the preceding Talmudic account, a great « sage » of the Gemara declares that Judaics must get blind drunk on Purim. Another « sage » obeys and becomes so intoxicated that he slaughters another rabbi, and yet the killer merits having his resurrection wish agreed to by God: the rabbi who was killed by the drunk comes back from the dead. What part of this Judeo-Dionysiac debauchery and nonsense rightfully comprises a hyphenated partnership with Christians as represented by the term “Judeo-Christian”? (2 Cor. 6:14).

The “positive” side of Purim drunkenness: “Basic happiness is revealed”

“Although in general drunkenness is disgraceful, nevertheless, its positive sides cannot be ignored. As a consequence of intoxication, basic happiness is revealed, expressing physical, unrestrained joy, filled with power and vitality. Normally, however, the lust and depravity of drunkenness obscures its positive side, and as a result, it causes wildness and numerous obstacles. But on Purim, when we drink and take joy in the salvation of Hashem, remembering the miracle that was done by means of the feast, the positive sides of drinking are revealed.” –Rabbi Eliezer Melamed (Israel National News, March 3, 2012).

Alexander Hislop penned a best-selling book, The Two Babylons, which is a staple volume in some Protestant households. It is full of quotes and illustrations purporting to show that Roman Catholicism is allegedly a religion imbued with paganism. Most of these same Catholic-despising Protestant households are stubbornly yoked to one degree or another with the Talmud of Babylon and its rabbis, and will not acknowledge or seriously consider books that document that Judaism is a Babylonian belief system which uses the Bible only as a cover for its heathen madness and occult delusions.

As in 2003 under the administration of Republican President George W. Bush, in 2012 under the administration of Democrat President Barack Obama, pagan Purim continues to set the agenda for our nation’s foreign policy.


Michael Hoffman is the author of the 1100 page textbook, Judaism Discovered, and a condensed paperback version intended for the general reader, Judaism’s Strange Gods. He is a former reporter for the New York bureau of the Associated Press and the editor of Revisionist History, a hard copy newsletter published six times a year. 

Copyright©2012 www.revisionisthistory.org  •  All Rights Reserved

Today’s On the Contrary column is made possible by donations from readers and the sale of Michael Hoffman’s books, newsletters and recordings.

***

 

 

Sur ce blog:

Saint Baruch Goldstein et le massacre de la Pourim à la mosquée de Jérusalem

Pourim 2011 et l’attaque atlanto-sioniste en Libye

La guerre en Irak: une célébration de Pourim

Le sacrifice sanglant de Pourim 2012

Devoir de mémoire, devoir de vitrifier l’Iran

Le mouvement juif néoconservateur: du trotskyisme au bellicisme sioniste

Pourim: l’ennemi traditionnel, grand vainqueur de la Seconde guerre mondiale

Ce qu’est le judaïsme selon Gilad Atzmon

Le rabbin Meir Kahane, fondateur du groupe terroriste Jewish Defense League, en héro de bande dessinée

Un milliardaire à la tête de l’empire médiatique de Rupert Murdoch (NewsCorp) met en garde contre la « nuit de cristal » qui vient par la gauche: le mouvement Occupy, parce qu’il s’en prend au 1% des plus riches du monde, lui rappelle « les persécutions nazies envers les juifs »

« Tout le monde est antijuif — à part les sionistes » selon Stephen Harper

À quand une purge mondiale des individus considérés anti-juifs? Assassinats extrajudiciaires et menaces de mort d’Israël contre ses ennemis perçus ; l’Iran dit avoir reçu une enveloppe portant le sceau d’Israël contenant des insectes morts accompagnés d’une lettre menaçant les « ennemis d’Israël » d’extermination au moyen d’armes biologiques (virus)

L’accord iranien est « Munich » et « Obama est Chamberlain », selon l’Organisation sioniste américaine (ZOA)

Le groupe Stern (Lehi) a tenté d’assassiner le président Truman; selon Victor Ostrovsky le Mossad a déjà tenté de tuer le président George Bush, qui disait « Je ne suis qu’un petit homme isolé qui se bat contre la puissance politique d’un millier de lobbyistes du Capitole »

Le jeu des devinettes: qui a dit « Si je suis réélu, je vais foutre les Juifs »?

Gog, Magog et le « Scroll of Bush »

Notre première liste d’antisémites

Seconde liste d’antisémites

Rothschild et JFK: les liens de l’avocat « montréalais » Bloomfield (à la tête de Permindex) avec le clan Rothschild

Ariel Scheinermann, dit « Sharon », en enfer après plusieurs années de retard… Couvert de malédictions kabbalistiques, associé au légendaire ennemi des juifs Amalek, tout comme Kissinger et d’autres juifs américanisés… Même lui n’aura pu satisfaire les colons israéliens qui l’attaquèrent pour avoir « bloqué » l’expansion des colonies illégales

Le jeu des devinettes: à qui donc aurait bien pu profiter la mort d’Arafat?

Yasser Arafat, ou « Haman l’Amalécite », assassiné par le Mossad?

Chavez n’est plus: les nationalistes et les socialistes du monde entier savent à qui profite la mort de ce grand homme

Chavez menacé par Israël

Staline lucide

Le « méchant » Vlad Poutine en remplacement du « méchant » Mahmoud Ahmadinejad?

Maudite boisson! Le sérum de vérité alcoolisé pousse Tenet à désigner les coupables juifs néocons

Humour juif? Complots partout? Selon le rabbin Antelman, le mondialisme oligarchique est un « complot communiste illuminati pour détruire les Juifs et le judaïsme »

Médiats juifs anti-juifs? CNN et le NY Times mentionnent l’arsenal nucléaire d’Israël

Un autre grand comique juif, Sheldon Adelson, qui s’autoproclame « le juif le plus riche du monde », appelle à bombarder l’Iran avec du nucléaire, donnant ainsi raison à Jack Straw

Les États-Unis semblent en avoir marre de devoir toujours couvrir Israël et prendre le blâme pour ses activités criminelles, lèvent le voile sur l’espionnage international israélien

« Je larguerais Israël demain matin! » dit au Congrès le professeur Michael Scheuer, ancien directeur de l’unité

Inversion accusatoire: Israël furieux que les États-Unis n’aient pas étouffé la nouvelle concernant les bombardements israéliens en Syrie

Ovadia Yossef, grand rabbin sépharade d’Israël, ira déverser sa haine en enfer

Médiats juifs antijuifs? Trop de « complots juifs » dans les séries télé états-uniennes, selon l’ambassade d’Israël aux États-Unis

Le jeu des comparaisons: des ressemblances entre la période actuelle et celle d’avant l’accession d’Hitler au pouvoir

Encore une fois… comment le B’nai Brith peut-il parler d’une montée sans précédent de l’antisémitisme alors que personne ne critique le fait que le nouveau vice-président de la Fed est un ancien de la banque centrale d’Israël?

Un sinistre canadien dénonce le complot onusien-médiatique contre Israël

Le complot islamo-gauchiste contre l’Occident. Par l’humoriste juif Daniel Pipes

Rupert Murdoch dénonce la « guerre contre les Juifs »

« Le terroriste de Boston un extrémiste de droite qui lisait des journaux conspirationnistes, négationnistes et anti-juifs » – Psychiatrisation et criminalisation du journalisme d’enquête et des théories du complot: bientôt des campagnes dans les écoles pour détecter les cas-problèmes et « sensibiliser » les jeunes au problème du conspirationnisme et autres « maladies mentales »… Vos idées et votre « santé mentale » sous haute surveillance

Maîtres du monde, maîtres de l’humour: Netanyahou accuse le New York Times et Haaretz de donner le ton de la campagne anti-Israël à travers le monde

Pendant que les internationalistes du Congrès juif mondial attaquent les partis d’extrême-droite européens, Israël n’a aucune crainte de s’allier à eux pour combattre ensemble un prétendu péril musulman… La Palestine n’étant qu’une « cause islamiste à peine voilée »!

« La pire variété d’antisémitisme qui soit »: L’antisionisme, cible prioritaire des extrémistes juifs

Au risque de déplaire aux promoteurs de l’antisémitisme: le problème n’est pas le judaïsme, c’est le sionisme international

L’antisionisme de gauche plus dangereux que la vieille école antisémite?

Israël considère les organisations de défense des droits humains comme des « agents étrangers »

Criminaliser la critique de l’entité sinistre

Harper et la criminalisation de la critique « excessive » d’Israël

Le sionisme contre l’ONU

Les massmédias anti-juifs? Netanyahou caricaturé le jour de la mémoire de l’Holocauste

Médias juifs antijuifs? « Une affaire profondément juive », commente un journal juif au sujet de l’arrestation du milliardaire juif et « roi du fond spéculatif » Steven A. Cohen, fondateur d’un des plus importants fonds spéculatif au monde

La ligue de diffamation déclare Roger Waters « antisémite »

Tuerie de Columbine: c’était pas des nazis

Coup de filet de l’IRS contre l’évasion fiscale vers les banques israéliennes Police anti-corruption ou anti-juive? Deux politiciens juifs de Montréal, incluant le premier maire juif de Montréal, arrêtés par l’unité permanente anti-corruption de la Sûreté du Québec

Police anti-corruption ou anti-juive? Le grand rabbin ashkénaze d’Israël, qui remerciait Bush pour la guerre en Irak, arrêté pour fraude et blanchiment d’argent

Guerres sionistes et Option Samson: vers la délivrance ultime

Le Vatican dénonce: Israël encourage la haine envers le christianisme — Si les Juifs veulent le respect, qu’ils respectent les autres

L’Holocauste sacro-saint: élément de culte de quelle religion mondiale?

La réincarnation à la sauce matérialiste-hollywoodienne ou hébraïque, au secours du Shoa-business et des forces antichristiques

De la séparation

Jérusalem occupée par l’anti-Christ

Jésus Christ contre l’ethno-théo-ploutocratie israélite

Chabad et l’ère messianique reaganienne

NY Times: Sans ennemi extérieur à combattre, Israël est voué à l’éclatement

Les soldats juifs avaient l’ordre de « nettoyer Gaza »

Selon le Grand rabbin orthodoxe sépharade Ovadia Yosef, « les Gentils n’existent que pour servir les Juifs » et ce sont des ânes

Le rabbin Shapira, auteur d’un livre qui approuve le meurtre des non-juifs, est soutenu par une douzaine de rabbins israéliens importants

Le rabbin Dov Lior: « Le sperme des Non-Juifs donne naissance une progéniture cruelle et barbare »

Un mandat d’arrêt émis contre le rabbin Dov Lior pour incitation au meurtre des non-juifs déclenche la colère de centaines de fanatiques

Un rabbin autorise de voler les récoltes et d’empoisonner l’eau des Palestiniens

Rabbi Yosef: il est interdit de soigner un non-juif le jour du Shabbat

La morale juive: un mythe?

La plus pieuse armée au monde

Saint Baruch Goldstein

Propos honnêtes de gens qui ne le sont pas

Torah du Roi: petit manuel d’exterminateur

Célébrer le meurtre des Palestiniens est une Mitzvah (bonne action), déclare un rabbin d’une colonie illégale

Un autre disjoncté appelle à la destruction du monde arabe

God’s Jewish Warriors

Sénateur Schumer: « Il faut étrangler économiquement » la Palestine car « ils ne croient pas en la Torah »

Célébrer le meurtre des Palestiniens est une Mitzvah (bonne action), déclare un rabbin d’une colonie illégale

Les Arabes seraient chassés méthodiquement de Jérusalem

Un rabbin sioniste [Dov Lior, un zélé de « La Torah des Rois » selon qui « le sperme des Goyim engendre une progéniture barbare et cruelle »], appelle ses compatriotes à se préparer à reconstruire le prétendu temple sur les ruines du Dôme du Rocher!

« Les Palestiniens et leur gouvernement doivent périr », déclare un rabbin orthodoxe israélien influent

Le militaire qui a vidé son chargeur sur une écolière palestinienne jugé non-coupable

Nouveaux robots tueurs d’Israël: l’ONU inquiet

Gog, Magog et le Scroll of Bush

Et si la Torah se substituait à la loi israélienne?

Rebâtir le Temple, restaurer les sacrifices, pour instaurer l’ère messianique

L’antisionisme de gauche plus dangereux que la vieille école antisémite?

 

Posted in Non classé | Commentaires fermés

Arnaque à la Shoah: plus de 57 millions de dollars

 

VIDEO – FLASHBACK 2010 : Arnaque à la Shoah plus de 42 millions de dollars détournés

VIDEO – FLASHBACK 2010: Holocauste: Escroquerie et fausses victimes des Nazis

Un employé de la conférence de restitution aux victimes de l’Holocauste (Conference on Jewish Material Claims Against Germany) a été inculpé en 2013 pour une fraude de plus de 57 millions de dollars.

A moi l’argent de la shoah: le FBI élargit son enquête sur des fraudes à la Holocaust Claim Conference

A moi l’argent de la shoah! (suite)

 

 

Semon Domnitser Gets 8 Years for $57M Holocaust Claims Conference Fraud 

Closes Book on Case That Sparked Leadership Crisis

Semen Domnister, the former Claims Conference employee who was found guilty of leading a $57 million fraud scheme at the Holocaust restitution organization, was sentenced to eight years in prison.

Domnister, 55, was sentenced Monday in Manhattan federal court.

He was also ordered to forfeit $59,230 and pay restitution in the amount of $57.3 million.(…)

 


Fraudster Sentenced in $57M Holocaust Reparations Scam

21:50 06/11/2013

WASHINGTON, November 5 (RIA Novosti) – A former administrator at a New York non-profit that distributes reparation payments to survivors of the Holocaust has been sentenced to eight years in prison for running a $57 million scam that recruited Russian immigrants to pose as victims of the Nazis, the US Attorney’s Office said in a statement.(…)

 

 

Read As PDF  - Published reports indicate that he was also ordered to forfeit $59,230 and pay restitution in the amount of $57.3 million.

Since 2010, a total of 31 individuals have been charged with participating in the scheme to defraud the Article 2 Fund and Hardship Fund programs, which Domnister directed, according to the JTA.

Twenty-eight defendants pleaded guilty and three—Domnister, Luba Kramrish, and Oksana Romalis—were convicted in May after trial. Kramrishwas sentenced on September 20 to 37 months in prison, and Romalis is scheduled to be sentenced on November 26.

The fraud was discovered in 2009 and dated back to 1993. It involved falsifying applications to the Hardship Fund, an account established by the German government to provide one-time payments of approximately $3,360 to those who fled the Nazis as they moved east through Germany,

and the Article 2 Fund, through which the German government gives pension payments of approximately $411 per month to needy Nazi victims who spent significant time in a concentration camp, in a Jewish ghetto in hiding or living under a false identity to avoid the Nazis, as reported by the JTA.

As reported by The Jewish Voice in May of 2013, Claims Conference chairman Julius Berman expressed his appreciation to the U.S. Attorney’sOffice and the Federal Bureau of Investigation for their successful prosecutorial efforts. “Those who perpetrated this unthinkable fraud enriched themselves by abusing the historic effort to obtain a small measure of justice for Holocaust victims,” he said at the time.

In a May statement, Manhattan U.S. Attorney Preet Bharara emphasized,“We said we would not stop until we brought to justice those who committed these unthinkable crimes and today our objective was accomplished.”

According to the FBI and government prosecutors, the $57 million fraud scheme was masterminded by Russian-speaking Claims Conference employees and assisted by a network of runners and recruiters who submitted thousands of Holocaust restitution claims on behalf of people throughout North America who were not legally entitled to the funds.

“The web of conspirators—both former employees and many outsiders—used their knowledge of the organization’s work,” noted Berman, “in order to fabricate and approve false stories of suffering during the Holocaust for monetary gain.”

Greg Schneider, the Claims Conference’s executive vice president, said, “To have it all come to closure is extraordinarily important.

We’re obviously very happy that justice has been served, but focus on the needs of Holocaust survivors has always been our main priority.”

In the spring of 2012, 65-year-old Zlata Blavatnik was convicted of defrauding the Claims Conference out of $550,000. Blavatnik had pled guilty to the charge that she had “produced falsified documents for myself” and “helped others in the same office” to make fraudulent “reparation” payments.

According to the FBI, in exchange for kickbacks, the crooked employees – who were responsible for processing and approving truly legitimate applications, purposely approved close to 5,000 fraudulent applications, resulting in disbursements to applicants who did not legally qualify for the programs. At the time of Blavatnik’s conviction, Bharara thanked the Claims Conference for “their outstanding, ongoing assistance in identifying the participants in this scheme.”
Some of the schemers recruited other individuals to provide identification documents, such as passports and birth certificates, which were then falsely altered and submitted to corrupt inside contactsat the Claims Conference, who proceeded to process those applications.
When the applicants received their compensation checks, they held on to aportion of the money and passed the remainder back up the chain.
The Article 2 Fund makes monthly payments of approximately $400 to survivors of Nazi persecution who earn less than $16,000 per year, and either lived in hiding or under a false identity for a minimum of 18 months; lived in a Jewish ghetto for 18 months; or were forcibly confined for six months in a concentration camp or a forced labor camp.

 

 

HolocaustClaims Conference worker and ringleader Semen Domnister and dozens others falsified applications for German funds

Semen Domnitser, the former Claims Conference employee who was charged with leading a $57 million fraud scheme at the Holocaust restitution organization, was found guilty.(…)


 

Sur ce blog:

L’accord iranien est « Munich » et « Obama est Chamberlain », selon l’Organisation sioniste américaine (ZOA).

Hitler pour la paix, contre la guerre de Churchill

The Jewish War Of Survival

Le jeu des comparaisons: des ressemblances entre la période actuelle et celle d’avant l’accession d’Hitler au pouvoir

Pourim: notre ennemi traditionnel a gagné la Seconde Guerre mondiale

Devoir de mémoire, devoir de faire tomber l’axe Iran-Syrie-Liban

Les médiats juifs tels que le New York Times dissimulent les efforts des groupes juifs pour pousser l’Occident en guerre en Syrie pour lsraël; l’AIPAC confirme timidement son rôle de fauteur de guerres la veille de Roch Hachana, dit le « Jour du Jugement »; les groupes juifs craignent d’être associés à de tels efforts et soutiennent que c’est un devoir moral pour eux de prendre la parole, vu qu’ils s’y connaissent tellement en gazage; leur agent John Kerry (Cohn) dit qu’Assad est comme Hitler et Hussein; une victoire de « l’axe Téhéran-Damas-Hezbollah » gênerait fortement lsraël

Élément culte de quelle religion mondiale?

Les massmédias anti-juifs? Netanyahou caricaturé le jour de la mémoire de l’Holocauste

Une comique juive au parlement israélien: je ne voulais pas heurter la mémoire de la Shoah en dénonçant le cancer de l’immigration africaine en Israël

Posted in Non classé | Commentaires fermés

Un milliardaire à la tête de l’empire médiatique de Rupert Murdoch (NewsCorp) met en garde contre la « nuit de cristal » qui vient par la gauche: le mouvement Occupy, parce qu’il s’en prend au 1% des plus riches du monde, lui rappelle « les persécutions nazies envers les juifs »

S’en prendre aux 1% qui contrôlent le monde, ça rappelle ces fameuses « heures les plus sombres »?

Cela ne plaira pas aux organisations juives, qui ne tolèrent pas que l’on use impunément à tort et à travers du Saint Nom de l’Holocaute, la Shoah. C’est l’ultime souffrance, l’ultime crime contre l’humanité, on n’y réfère pas à tort et à travers!*

Les organisations juives voudraient pouvoir garder le contrôle sur l’épithète de « nazi » (utilisé pour attaquer quelqu’un en le traitant de « nazi »). Même quand c’est pour diaboliser un opposant quelconque en le « nazifiant », les maîtres du Récit sont mécontents, car cela tendrait à banaliser, voire profaner la Sainte Shoah. Personne d’autre que les dépositaires autorisés du grand Récit de la Shoah ne peut recourir à une telle comparaison, au risque de voir celle-ci se banaliser et perdre toute sa charge émotionnelle et son efficacité. Il faut les consulter pour savoir qui peut être traité de « nazi ».  Cela doit rester leur arme ultime par laquelle ils peuvent exercer une force de pression et de censure sur la vie culturelle et politique.**

Mais il est déjà trop tard: le fameux « point Godwin » a enlevé aux comparaisons avec le nazisme le peu de crédibilité qui leur restait ! (Merci Godwin!)

*Et ils prennent cela tellement au sérieux qu’en Israël ils ont banni récemment l’utilisation de l’épithète de « nazi », en raison de la « gravité extrême » d’une telle accusation. En effet, même aujourd’hui en 2014, les nazis on les chasse, on les traque, jusqu’à leur centenaire s’il le faut.

**Certains groupes comme les Femen jouissent d’une dérogation à cette règle et peuvent y recourir sans problème: elles ont la bénédiction des Oligarques, c’est-à-dire de la mafia juive de Russie et de l’Est européen, ainsi que de l’ensemble du complexe politico-médiatique occidental.

 

 

Un milliardaire américain compare les manifestations contre les riches à la persécution des juifs par les nazis Le milliardaire américain de la Silicon Valley, Tom Perkins, a créé la polémique sur les réseaux sociaux en comparant les manifestations contre les riches à la persécution des juifs par les nazis.


U.S. billionaire jeered for comparing 1% to Jews in Nazi Germany

Venture capitalist Thomas Perkins pens letter to editor warning of a progressive Kristallnacht, gets called an idiot. A wealthy American venture capitalist has come under fire for comparing criticism of the « successful one percent » to the plight of Jews in Nazi Germany. (…)

« Writing from the epicenter of progressive thought, San Francisco, I would call attention to the parallels of fascist Nazi Germany to its war on its ‘one percent,’ namely its Jews, to the progressive war on the American one percent, namely the ‘rich,’ » Perkins wrote.(…)

In his letter to the editor, Perkins took shots at those who are vilifying the rich. « From the Occupy movement to the demonization of the rich embedded in virtually every word of our local newspaper, the San Francisco Chronicle, I perceive a rising tide of hatred of the successful one percent, » he wrote.

He went on to describe the « outraged public reaction » to rising real estate prices and to the Google buses, and also mentioned « libelous and cruel attacks » in the San Francisco Chronicle against author Danielle Steel – Perkins’ ex-wife.

He concludes his letter: « This is a very dangerous drift in our American thinking. Kristallnacht was unthinkable in 1930; is its descendent ‘progressive’ radicalism unthinkable now? » (..)

Perkins sits on the board of Rupert Murdoch’s News Corp., which owns the Wall Street Journal.

[NOTE: Steel was born Danielle Fernandes Dominique Schuelein-Steel in New York City, the only child of Norma da Câmara Stone dos Reis and John Schulein-Steel. Her father was a German Jewish immigrant, a descendant of owners of Löwenbräu beer. (Wikipedia)]

 


Criticism of the super-rich is like the Holocaust, says super-yacht owning Silicon Valley billionaire in WSJ article that has sparked ridicule

A California multimillionaire has attracted ridicule after the Wall Street Journal published his letter comparing criticism of super-rich Americans to the Holocaust.

Venture capitalist Thomas Perkins, who is thought to be worth around $8billion, wrote to the paper from San Francisco, where a class war is currently brewing over rich tech employees who are driving up the city’s cost of living. (…)

Mr Perkins describing the hatred attracted by Google workers in San Francisco and an incident in which his former wife author Danielle Steele was branded a ‘snob’ in the San Francisco Chronicle in a row over the height of her hedge.


Venture Capitalist Compares Criticism Of The Rich To Nazi Persecution Of The Jews

One of the biggest themes emerging in the region right now is how wealthy tech workers are driving up real estate prices in the city, effectively pricing out the lower and middle classes. Recently, there have been a handful of instances of tech workers displaying clear ignorance of the wealth gap in the San Francisco area. For example, AngelHack CEO Greg Gopman was forced to apologize after calling the city’s homeless « trash » in Decemeber.

 

 

 

 

Rappel:

Obscene wealth: World’s 85 richest people have same wealth as 3.5 billion poorest

“Being Liberal will Destroy Israel”—Israeli Interior Minister

Racist Zionist State’s Immigration Policies Revealed in Detail

Scarlett Johansson, Israël, et les antisémites d’Oxfam, de BDS et de…

Scarlett, Oxfam part ways Johansson quits in protest of anti-Israel policy of charity organization, following SodaStream row

La publicité entourant cette petite controverse médiatique vise probablement à faire de Scarlett Johansson un modèle, surtout pour les jeunes juifs, afin qu’ils soient moins gênés de cracher sur les organisations humanitaires qui appuient la campagne BDS. (Et je dis « cracher » parce que cracher sur ceux qu’on n’aime pas, littéralement physiquement, c’est une authentique pratique juive israélienne qui est jamais passée de mode!)

Teacher avoids dismissal for stating ‘leftist’ views
Adam Verete’s position at the ORT school in Kiryat Tivon was in danger after a student accused him of expressing opinions ‘against the state.’Critiquez l’État et risquez de perdre votre emploi. C’est ça la « seule démocratie au Moyen-Orient »? Une démocratie qui a peur qu’on critique les politiques d’État?

Knesset member implies Kerry guided by ‘anti-Semitism’ Leur bêtise n’a décidément aucune limite. Ils réalisent pas que leur excès de zèle les discrédite aux yeux du monde. En 2014, ya pu grand monde qui les écoute et qui les prend au sérieux!

Bayit Yehudi MK: Kerry pressure on Israel has anti-Semitic undertones Ils vont toujours trop loin et n’ont aucun sens des proportions… disait le président Harry S. Truman.

Steinitz: Abbas ‘most anti-Semitic’ leader in world

 

Que disent les juifs sionistes lorsqu’on les surprend à vouloir dominer le monde en éliminant tout obstacle à leur suprématie?

Ils répondent qu’ils aimeraient bien contrôler le pétrole!

Quand les sionistes s’attaquent au conspirationnisme, ils aiment rappeller que la seule chose qu’ils ne contrôlent toujours pas complètement, c’est les réserves de pétrole! Et ce qui les enrage le plus c’est de savoir que ce sont les Arabes qui possèdent tout le pétrole! Ça les écoeure au plus haut point de devoir pactiser avec des pétromonarchies! Et cela « démontre » selon eux qu’ils ne dominent pas le monde (du moins pas encore!).

Juif.org: Vous avez dit conspiration ? Vous avez dit lobby ? Vous avez dit finance mondiale? Les conspirationnistes dénoncent la finance mondiale dont le pouvoir occulte serait immense. Les conspirationnistes parlent du « lobby », du complot mondial. Les conspirationnistes savent que l’argent du pétrole coule à flot.

 

 

Sur ce blog:

« Tout le monde est antijuif — à part les sionistes » selon Stephen Harper
Encore une fois… comment le B’nai Brith peut-il parler d’une montée sans précédent de l’antisémitisme alors que personne ne critique le fait que le nouveau vice-président de la Fed est un ancien de la banque centrale d’Israël?

 

Comment le B’nai Brith peut-il parler d’une montée sans précédent des sentiments « antisémites » alors que personne ne semble avoir remarqué que la nouvelle présidente de la Fed est juive comme ses prédécesseurs?

 

À quand une purge mondiale des individus considérés anti-juifs? Assassinats extrajudiciaires et menaces de mort d’Israël contre ses ennemis perçus ; l’Iran dit avoir reçu une enveloppe portant le sceau d’Israël contenant des insectes morts accompagnés d’une lettre menaçant les « ennemis d’Israël » d’extermination au moyen d’armes biologiques (virus)

 

Humour juif? Complots partout? Selon le rabbin Antelman, le mondialisme oligarchique est un « complot communiste illuminati pour détruire les Juifs et le judaïsme »


L’accord iranien est « Munich » et « Obama est Chamberlain », selon l’Organisation sioniste américaine (ZOA)

Notre première liste d’antisémites

Seconde liste d’antisémites

Médiats juifs antijuifs? Trop de « complots juifs » dans les séries télé états-uniennes, selon l’ambassade d’Israël aux États-Unis

Le jeu des comparaisons: des ressemblances entre la période actuelle et celle d’avant l’accession d’Hitler au

Un sinistre canadien dénonce le complot onusien-médiatique contre Israël

Rupert Murdoch dénonce la « guerre contre les Juifs » 

 

Mafia juive: L’éditeur en chef du Jewish Chronicle: « Pourquoi j’aime Rupert Murdoch »

 

« Le terroriste de Boston un extrémiste de droite qui lisait des journaux conspirationnistes, négationnistes et anti-juifs » – Psychiatrisation et criminalisation du journalisme d’enquête et des théories du complot: bientôt des campagnes dans les écoles pour détecter les cas-problèmes et « sensibiliser » les jeunes au problème du conspirationnisme et autres « maladies mentales »… Vos idées et votre « santé mentale » sous haute surveillance

Maîtres du monde, maîtres de l’humour: Netanyahou accuse le New York Times et Haaretz de donner le ton de la campagne anti-Israël à travers le monde

 

Pendant que les internationalistes du Congrès juif mondial attaquent les partis d’extrême-droite européens, Israël n’a aucune crainte de s’allier à eux pour combattre ensemble un prétendu péril musulman… La Palestine n’étant qu’une « cause islamiste à peine voilée »!

« La pire variété d’antisémitisme qui soit »: L’antisionisme, cible prioritaire des extrémistes juifs

Au risque de déplaire aux promoteurs de l’antisémitisme: le problème n’est pas le judaïsme, c’est le sionisme international


L’antisionisme de gauche plus dangereux que la vieille école antisémite? 

 

Israël considère les organisations de défense des droits humains comme des « agents étrangers »

Criminaliser la critique de l’entité sinistre

Harper et la criminalisation de la critique « excessive » d’Israël

Le sionisme contre l’ONU

Les massmédias anti-juifs? Netanyahou caricaturé le jour de la mémoire de l’Holocauste

 

Chavez aurait vite démasqué ce nouveau Pape casher infiltré dans le monde hispanique

 

Chavez menacé par Israël

 

Chavez n’est plus: les nationalistes et les socialistes du monde entier savent à qui profite la mort de ce grand homme


La surclasse internationale

Qui contrôle les États-Unis?


Qui contrôle la Réserve fédérale américaine?

Qui contrôle Goldman Sachs?

Qui contrôle le Council on Foreign Relations?


Qui contrôle les médiats?

Helen Thomas: « Le Congrès, la Maison Blanche, et Wall Street appartiennent aux sionistes »

Appel à tous les Juifs: quittez Israël immédiatement!

Médias juifs antijuifs? « Une affaire profondément juive », commente un journal juif au sujet de l’arrestation du milliardaire juif et « roi du fond spéculatif » Steven A. Cohen, fondateur d’un des plus importants fonds spéculatif au monde

Ben Shalom Bernanke sacré « Personne de l’année » par le Time

Forbes Israël fait des listes de milliardaires juifs… mais aucun Rothschild n’y figure, c’est bizarre non?

Coup de filet de l’IRS contre l’évasion fiscale vers les banques israéliennes

L’administration Obama attaque Goldman Sachs

Enquêter sur Goldman Sachs serait antisémite

La crise financière attise l’antisémitisme, selon la Ligue anti-diffamation

L’Anti-Defamation League derrière le Patriot Act

La ligue de diffamation déclare Roger Waters « antisémite »

La ligue de diffamation « couvrirait les malversations de l’élite financière »

Les grandes fortunes familiales qui contrôlent la finance et les affaires

The New Babylon: extraits

Les dessous de l’empire Rothschild

La montée du pouvoir financier juif Rothschild

Bush, Rockefeller, Rothschild et Hitler

Le jeu des comparaisons: l’islamisme radical est-il plus proche du « nazisme » ou des « Inglourious Basterds »?

Le complot islamo-gauchiste contre l’Occident. Par l’humoriste juif Daniel Pipes

Wikileaks révèle que Bilderberg craint le nationalisme… mais Infowars s’entête à répéter que Bilderberg a été fondé par un nazi

La secte de Jonestown

Le devoir de mémoire: source de motivation pour Alex Jones dans son combat, fondement du nouvel ordre

Tuerie de Columbine: c’était pas des nazis

Du mythe des « nazis pro-Israël » et de ceux qui voient des complots partout…

Le mythe des origines juives d’Hitler et de plusieurs membres importants du gouvernement nazi

Du mythe des nazis « pantins de la ploutocratie internationale »

Comment Hitler s’est servi de Schacht

Mise au point sur la désinfo qui circule sur Hitler, les nazis, le nouvel ordre mondial, Bilderberg, etc.

Coup de filet de l’IRS contre l’évasion fiscale vers les banques israéliennes

Contre le ZOG (« Zionist-Occupied Government »): À quand un mouvement « Un-Occupy »? Que les forces d’occupation se retirent

Des leaders nés!

Réunion Bilderberg 2010

Contre le ZOG: À quand un mouvement « Un-Occupy »? Que les forces d’occupation se retirent

« Au moins 139 des 400 plus grands milliardaires sont juifs » Non seulement ils l’admettent, ils le proclament!

Enron aussi?

Les zaffaires zont bonnnes…

Les rois du crime organisé, c’est pas les Italiens…

Les nazis ont fait la vie dure aux Rothschild, confisqué leurs avoirs

Affaire Vivendi: Edgar Bronfman Jr évite de peu la prison

« Rothschild du Nouveau Monde »: gibier de potence talmudiste, Edgar Bronfman Sr. en enfer. Son rôle dans la guerre en Irak et quelques autres de ses crimes moins connus

Le jeu des devinettes: qu’ont en commun Al Capone et la contrebande d’alcool durant la prohibition, Meyer Lansky et l’armement de tsahal, Jack Ruby et l’assassinat de JFK, la production d’anthrax à Grosse-Ile au Québec et la Seconde guerre mondiale, John McCain et Rupert Murdoch, la guerre contre le nationalisme québecois et le nouveau chef des finances du parti Libéral canadien?

Plus canadien que les Canadiens: Reichmann roi de l’immobilier

Police anti-corruption ou anti-juive? Deux politiciens juifs de Montréal, incluant le premier maire juif de Montréal, arrêtés par l’unité permanente anti-corruption de la Sûreté du Québec

Police anti-corruption ou anti-juive? Le grand rabbin ashkénaze d’Israël, qui remerciait Bush pour la guerre en Irak, arrêté pour fraude et blanchiment d’argent

« Nos excuses au Congrès juif, mais il y a une mafia juive. Et c’est la mafia financière… »

Blanchiment d’argent, corruption, trafic d’organes… c’est pas bon pour l’image de la communauté!

Une croquée de plus de 50 milliards de dollars

Le Madoff de Miami, Scott Rothstein: 50 ans de prison pour un Ponzi de 1.2 milliards de dollars

Le Madoff torontois Tzvi Erez et son Ponzi de 27 millions de dollars

Un autre Madoff de Miami

Les intérêts Rothschild derrière Donald Trump

 

 

Posted in Non classé | Commentaires fermés

Médiats juifs antijuifs? Pour l’Anti-Defamation League of B’nai Brith, même les médiats Rothschild doivent des excuses à Israël pour avoir attiré l’attention sur le lobby juif et son rôle dans l’impasse des relations irano-américaines

Une toute petite étoile à six pointes de trop dans une caricature… et c’est l’hystérie.

La caricature a été retirée et remplacée par des photos des chefs d’État Obama et Rouhani. Voici une capture d’écran du site The Economist avant la censure:

 

Quelques images tirées de la presse antisémite 

 

22 janvier 2014 | mounadil.wordpress.com

L’’Anti-Defamation League (ADL) est un importante organisation nord-américaine qui, comme la LICRA en France, en Suisse et en Belgique, a officiellement pour vocation de lutter contre le racisme (et surtout sa variante antisémite) mais consacre en réalité le plus clair de son temps à faire l’apologie de l’Etat prétendu juif et à le soutenir mordicus vaille que vaille.

Ce soutien passe par des publications et des prises de parole publiques à la radio ou à la télévision mais aussi par des canaux moins médiatisés que sont l’entrisme politique et les jeux d’influence auprès des élus et des administrations, ce qu’on appelle le lobbying.

L’ADL est en effet une pièce essentielle de ce qu’on appelle improprement le lobby juif aux USA alors que nous sommes devant un lobby sioniste.

Il n’est pas aisé de dénoncer ce lobby, même si ça reste un peu plus facile au Royaume Uni et aux Etats Unis qu’en France.

Peut-être parce que les deux puissances anglo-saxonnes n’ont pas eu pendant la seconde guerre mondiale le même rôle douteux que la France de Vichy ? Et que les élites y étaient moins perméables aux thèses nazies et n’avaient pas eu à se compromettre avec le Reich ? Que les citoyens britanniques et américains ressentent poins de culpabilité pour les malheurs subis par les Juifs ?

Il y a un peu de tout ça sans doute, à quoi il faut ajouter un goût pour la liberté d’expression mieux garanti juridiquement qu’en France.

Ce qui n’empêche pas les médias dans ces pays d’être attaqués par les organisations du lobby sioniste, moins dans le but d’obtenir une condamnation au tribunal que de les amener à licencier le journaliste ou dessinateur fautif, à retirer les photos, les écrits ou les dessins jugés tendancieux et de présenter des excuses à qui de droit.

Ces excuses qu’un certain Dieudonné a refusé de prononcer, refus qui lui a valu d’être évincé des grands médias audiovisuels ce qui aurait dû causer sa mort professionnelle.

En voyant les caricatures incriminées par l’ADL dans l’article ci-dessous, je n’ai pu m’empêcher de penser qu’aucune d’entre elles, pas même la plus anodine publiée par The Economist n’aurait pu être publiée en France. Une caricature qui, soit dit en passant, aurait aussi pu être incriminée pour ses clichés sur les Iraniens ou encore pour rappeler la façon dont les esclaves noirs étaient entravés dans les plantations d’Amérique

 

L’ADL à The Economist : Excusez-vous pour le dessin antisémite

Abe Foxman exige des escuses après l’indignation provoquée par le magazine avec une caricature sous-entendant un contrôle juif sur le gouvernement des Etats Unis

Yediot Aharonot (Sionistan) 21 janvier 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’Anti-Defamation League a exigé des excuses sans ambiguïté de la part du magazine britannique The Economist pour avoir publié un dessin qui a suscité des plaintes pour évocation d’idées reçues classiques de l’antisémitisme.

Le dessin qui illustre un article sur le programme nucléaire iranien montre un président US Barack Obama enchaîné au Congrès, cette institution étant représentée par le sceau du Congrès, alors qu’il essaye de se rapprocher du président iranien Hassan Rohani, qui est lui-même retenu par des ayatollahs et des militants qui brûlent de drapeau américain.

Le sceau du Congrès est basé sur le grand sceau des Etats Unis et, comme on le voit dans le dessin, il comprend un aigle qui tient des flèches dans une serre et un rameau d’olivier dans l’autre. Le véritable sceau contient plusieurs étoiles sur le bord et elles sont aussi présentes dans le sceau du dessin. Ce qui n’existe cependant pas dans le sceau authentique – mais est présent sur le dessin – est l’étoile de David qui sous-entend que le Congrès est contrôlé par des Juifs avec des motivations pro-israéliennes.

Dessin de The Economist

Dessin de The Economist

« The Economist ne peut pas réparer les dégâts infligés par la publication d’une image antisémite en se contentant de demi-mesures, » affirme Abe Foxman le chef de l’ADL dans une déclaration. « Il doit à ses lecteurs des excuses sans ambiguïté, qui non seulement reconnaissent la nature offensante du dessin mais explique aussi aux lecteurs pourquoi cette image qui sous-entend u cotrôle du Congrès par les Juifs était si scandaleuse et blessante. »

Le directeur de l’ADL a accusé The Economist de donner une tribune à des stéréotypes anti-juifs vieux de plusieurs siècles.

« Ce n’était rien moins qu’une représentation visuelle du vieux poncif antisémite du contrôle par les Juifs. Et il évoque en plus un autre classique de la mythologie antisémite – l’accusation de la double ‘loyauté des Juifs’ qui agiraient seulement dans l’intérêt d’Israël au détriment de leur propre pays. » écrit-il.

Foxman affirme que le dessin reflétait ce à quoi il faisait allusion quand il parlait des informations peu fiables du magazine sur Israël.

« The Economist a déjà un problème de crédibilité quand il est question d’Israël. Le fait que ce dessin ait franchi la barre éditoriale sans déclencher des signaux d’alarme pose de graves questions sur le jugement de la rédaction et la possibilité de l’existence d’un biais plus enraciné contre l’Etat juif. »

Le magazine a retiré la caricature de l’article lui-même, la remplaçant par une image composite figurant Rohani et Obama. Elle a été cependant maintenue bien en vue sur la page Moyen Orient du site internet.

Ce n’est pas la première fois que des publications britanniques sont accusées de se servir d’imagerie antisémite dans leurs illustrations. En 2002, le magazine New Statesman avait été condamné avec force pour sa couverture avec une image d’une étoile de David fichée au milieu du drapeau britannique, Le titre qui l’accompagnait disait : « Une conspiration casher ? »

Couverture du New Statesman

Couverture du New Statesman

 Un an plus tard, au plus fort de l’intifada, le journal The Independent avait publié une caricature du premier ministre de l’époque, Ariel Sharon, dans laquelle feu le dirigeant israélien était dépeint en train de dévorer un bébé palestinien.

Caricature de The Independent

Caricature de The Independent

La Press Complaints Commission britannique innocenté le journal de l’accusation d’antisémitisme après de nombreuses protestations venues d’Israël et d’organisations juives qui avaient affirmé que l’image invoquait l’ancienne accusation antisémite de crime rituel.

http://mounadil.wordpress.com/

 

 

Jewish Extremists Censor World’s Leading Financial Publication

ADL to Economist: Apologize for cartoon  Abe Foxman demands apology after magazine sparks outrage with caricature implying Jewish control of US government.

Times of Israel – Economist removes ‘anti-Semitic’ cartoon after criticism The implication, critics said, was that Jews control the US Congress, or that the legislative body functions under the direction of Israel. With the Stars of David superimposed over the Congressional seal being blue, the connection to Israel did not go unnoticed.
Honest Reporting, an NGO that monitors anti-Israel content in the media, issued a statement criticizing The Economist’s editorial staff for not picking up on the fact that the cartoon promoted anti-Semitism.
“Jewish control over governments, the media and the international financial system is a classic feature of anti-Semitism and the cartoon is, wittingly or unwittingly, promoting this trope,” the statement read.

“This falls firmly under the working definitions of anti-Semitism from both the US State Department and the EU, which specifically include:

Making mendacious, dehumanizing, demonizing, or stereotypical allegations about Jews as such or the power of Jews as collective — such as, especially but not exclusively, the myth about a world Jewish conspiracy or of Jews controlling the media, economy, government or other societal institutions.

ADL National Director Abe Foxman said in a statement, “The Economist cannot repair the damage of publishing an anti-Semitic image with only half-measures. They owe their readers a full-throated apology, which not only acknowledges the offensive nature of the cartoon but explains to readers why this image implying Jewish control was so outrageous and hurtful.”

 

Shades of Anti-Semitism in The Economist

Juif.org – The Economist: les Juifs contrôlent le Congrès des États-Unis

Cartoon Controversy The Economist magazine pulled a cartoon depicting President Obama as being shackled in his dealings with Iran. What does the Star of David in the image say about the author’s opinion?

 

Il faut savoir que le journal The Economist est contrôlé par des intérêts Rothschild d’Angleterre conjointement avec Pearson PLC via le Financial Times.

Wikipedia: The publication belongs to The Economist Group, half of which is owned by Pearson PLC via the Financial Times. A group of independent shareholders, including many members of the staff and the Rothschild banking family of England,[6] owns the rest.

C’est dire que même les médiats Rothschild doivent s’excuser auprès d’Israël s’ils ajoutent une petite étoile juive à un symbole américain officiel qui affiche déjà depuis longtemps des étoiles à 6 pointes…

 

 

Notez qu’avant d’être récupéré par Israël, le symbole de l’étoile à six pointes était avant tout un symbole magique, tout comme l’étoile à cinq ou sept pointes, utilisé dans divers contextes ésotériques à travers le monde et pas seulement dans la kabbale juive et la franc-maçonnerie!

 

 

 

 

 

L’influence israélienne sur l’État américain: un mythe?

Video surfaces of Rep. Michael Grimm heaping praise on rabbi accused of bribery Rabbi Yoshiyahu Pinto and the New York politician are under investigation by the Israeli and US governments, respectively. The feds say Grimm took illegal donations from members of Pinto’s congregation.

Rep. Michael Grimm called an influential Israeli rabbi he has been accused of blackmailing an “inspiration” to his his congressional campaign in a bizarre 2010 television interview that also featured claims the religious leader predicted the 9/11 attacks in New York.

Grimm is currently under investigation for alleged campaign finance irregularities, including charges leveled by former Rep. Anthony Wiener that he sought to extort Rabbi Yoshiyahu Yosef Pinto in 2010. Grimm has denied the claims, but the federal investigation has also prompted a related inquiry in Israel, where Pinto aide and top Grimm funraiser Ofer Biton is also facing corruption charges. Pinto is embroiled in a corruption scandal of his own, having been accused of bribing a top Israeli police official.(…)

During the interview, Grimm sat next to Ben Zion Suky, another Pinto aide who has also been identified as a witness in the Pinto case. The interview took an odd turn when Suky described in Hebrew how Pinto foresaw 9/11. “The rabbi asked us, what are these buildings,” Suky said. “And we told him, these are among the tallest buildings in the United States. And the rabbi told us, and as I tell you this I’m shaking, I’m so emotional, the rabbi said, a disaster a huge disaster involving planes will happen here. And he was soon proven right. The Rabbi has powers that I can’t explain. Has he made mistakes? I haven’t seen that at all.”(…)

Suky has donated to Grimm, House Majority Leader Eric Cantor, and to Weiner, who returned his money. He was one of the administrators of Rabbi Pinto’s yeshiva in Manhattan and has been linked to the porn industry.

Video: Rep. Grimm Praises Rabbi Who Backer Claims Predicted 9/11

Cantor Tied to Controversial Rabbi at Center of Probe

Plot thickens in Rabbi Pinto graft affair More witnesses to testify in Rabbi Pinto graft affair, including mystery forth man. Meanwhile, Ynet reviews the main protagonist in complex story which ties together a rabbi, a congressman and porn distributer

US Involvement in Rabbi Pinto Corruption Case Revealed FBI investigation into Congressman led to corruption allegations against top Israeli officers.

US congressman ‘got half a million dollars from Israeli rabbi’s followers’ FBI investigation puts Republican congressman with assistant of influential Rabbi Pinto; assistant now facing embezzlement charges

FBI probe into Rep. Michael Grimm’s campaign finances tied to Israeli investigation into rabbi Israeli investigators are looking into charges that Rabbi Yoshiyahu Pinto bribed an anticorruption official, but have refused to share information that the FBI is seeking for the probe into the Staten Island Congressman.

Rabbi Pinto probe sparks tensions between FBI and Israel Police Israeli police refuse to provide FBI information for its probe on N.Y. Congressman Michael Grimm.

EXCLUSIVE: FBI arrests pal of Rep. Michael Grimm on charges of election fraud related to donations

 

 

Que disent les juifs sionistes lorsqu’on les surprend à vouloir dominer le monde en éliminant tout obstacle à leur suprématie?

Ils disent qu’ils aimeraient bien contrôler le pétrole!

Quand les sionistes s’attaquent au conspirationnisme, ils aiment rappeler que la seule chose qu’ils ne contrôlent toujours pas complètement, c’est les réserves de pétrole! Et ce qui les enrage le plus c’est de savoir que ce sont les Arabes qui possèdent tout le pétrole! Ça les écoeure au plus haut point de devoir pactiser avec des pétromonarchies! Et cela « démontre » selon eux qu’ils ne dominent pas le monde (du moins pas encore!).

Juif.org: Vous avez dit conspiration ? Vous avez dit lobby ? Vous avez dit finance mondiale? Les conspirationnistes dénoncent la finance mondiale dont le pouvoir occulte serait immense. Les conspirationnistes parlent du « lobby », du complot mondial. Les conspirationnistes savent que l’argent du pétrole coule à flot.

 

 

Sur ce blog:

Encore une fois… comment le B’nai Brith peut-il parler d’une montée sans précédent de l’antisémitisme alors

Médiats juifs antijuifs? Trop de « complots juifs » dans les séries télé états-uniennes, selon l’ambassade d’Israël

Médiats juifs antijuifs? CNN et le NY Times mentionnent l’arsenal nucléaire d’Israël, qui explique pourquoi ses voisins se sont dotés d’armes chimiques

« Rothschild du Nouveau Monde »: gibier de potence talmudiste, Edgar Bronfman Sr. en enfer. Son rôle-clé dans la guerre en Irak…

Le jeu des devinettes: qui donc pourrait bien s’être mis en tête qu’il faut briser à tout prix l’unité des peuples nordiques, germano-perses, celtes et scandinaves, c’est-à-dire indo-européens, autrement dit Aryens?

L’accord iranien est « Munich » et « Obama est Chamberlain », selon l’Organisation sioniste américaine (ZOA

Humour juif? Complots partout? Selon le rabbin Antelman, le mondialisme oligarchique est un « complot communiste illuminati pour détruire les Juifs et le judaïsme »

Le jeu des devinettes: qui a dit « Si je suis réélu, je vais foutre les Juifs »?

Inversion accusatoire: Israël furieux que les États-Unis n’aient pas étouffé la nouvelle concernant les bombardements israéliens en Syrie

Comment le B’nai Brith peut-il parler d’une montée sans précédent des sentiments « antisémites » alors que personne ne semble avoir remarqué la judéité de la nouvelle directrice de la Réserve Fédérale

Les médiats juifs tels que le New York Times dissimulent les efforts des groupes juifs pour pousser l’Occident en guerre en Syrie pour Israël

Les médiats juifs désignent Obama comme bouc émissaire du scandale d’écoute électronique par la NSA, pour faire pression sur lui et son administration afin que l’option militaire soit envisagée dès maintenant en Syrie et en Iran

« Je larguerais Israël demain matin! » dit au Congrès le professeur Michael Scheuer, ancien directeur de l’unité de traque de Ben Laden à la CIA

Israël peut bien disparaître, on s’en moque

Le président Obama sur la même ligne que Michael Scheuer à propos d’Israël

Devoir de mémoire, devoir de faire tomber l’axe Iran-Syrie-Liban

Devoir de mémoire, devoir de vitrifier l’Iran

L’ancien responsable de l’Unité de traque de Ben Laden à la CIA estime que l’Islam radical est une menace imaginaire

L’ancien directeur de l’unité de traque de Ben Laden à la CIA, Michael Scheuer accuse Israël de détenir le Congrès et d’entraîner les USA vers le désastre d’une guerre contre l’Iran

Le devoir de mémoire: source de motivation pour Alex Jones dans son combat, fondement du nouvel ordre mondial pour le B’nai Brith

Après JFK et Obama, au tour de l’Onu de demander à Israël d’ouvrir ses installations nucléaires aux inspections

Les États-Unis semblent en avoir marre de devoir toujours couvrir Israël et prendre le blâme pour ses activités criminelles, lèvent le voile sur l’espionnage international israélien

Maîtres du monde, maîtres de l’humour: Netanyahou accuse le New York Times et Haaretz de donner le ton de la campagne anti-Israël à travers le monde

Un autre grand comique, propriétaire et éditeur d’un journal juif américain, soutient qu’il ne prônait pas vraiment l’assassinat d’Obama

Médiats juifs anti-juifs? Sans ennemi extérieur à combattre, Israël est voué à l’éclatement

Médiats juifs antijuifs? Le directeur des organisations internationales pour le congrès juif mondial et l’ex directeur de la branche états-unienne du WJC, Shai Franklin: « oui il existe un lobby juif »

Médiats juifs antijuifs? Netanyahou caricaturé le jour de la mémoire de l’Holocauste

Médias juifs antijuifs? Ils disent où va l’argent des universités

Médiats juifs antijuifs? Un Tweet d’une correspondante de la BBC à Washington réfère au pouvoir et à l’argent du lobby juif

Médiats juifs antijuifs? Le Washington Post rapporte que le virus Flame serait, comme Stuxnet, une cyber-arme us-israélienne contre l’Iran

Médiats juifs antijuifs? « Une affaire profondément juive », commente un journal juif au sujet de l’arrestation du milliardaire juif et « roi du fond spéculatif » Steven A. Cohen, fondateur d’un des plus importants fonds spéculatif au monde

Police anti-corruption ou anti-juive? Le grand rabbin ashkénaze d’Israël, qui remerciait Bush pour la guerre en Irak

Police anti-corruption ou anti-juive? Deux politiciens juifs de Montréal, incluant le premier maire juif de Montréal, arrêtés par l’unité permanente anti-corruption de la Sûreté du Québec

Police anti-juive? En association avec B’nai Brith Canada, le Jewish Tribune se porte à la défense de Pamela Geller et de son combat contre l’Islam, blâme la police pour l’annulation de son cirque de haine commandité par la LDJ

Une comique juive au parlement israélien: je ne voulais pas heurter la mémoire de la Shoah en dénonçant le « cancer » de l’immigration africaine en Israël

États-Unis: Le National Council of Churches, les Églises luthériennes, méthodistes et unitariennes réclament une enquête sur l’aide financière et militaire à Israël

La CIA voit le Mossad comme sa pire menace en matière de contre-espionnage

“Ils menacent de sanctions et de représailles militaires tous ceux qui émettent des doutes sur la Shoah et le 11 septembre » — Président Ahmadinejad

Inversion accusatoire : l’empire israélite accuse l’Iran d’être « la plus grave menace pour la paix dans le monde »

L’Iran ne croit pas la fable convenue du 11 septembre ; les États-Unis en mal de casus belli l’accusent d’avoir monté le coup

Forbes Israël fait des listes de milliardaires juifs… mais aucun Rothschild n’y figure, c’est bizarre non?

Qui domine les États-Unis?

Les médiats sous contrôle

The New Babylon – extraits

Rothschild et JFK: les liens de l’avocat « montréalais » Bloomfield (à la tête de Permindex) avec le clan Rothschild documentés par un auteur québécois

Bush, Rockefeller, Rothschild et Hitler

La montée du pouvoir financier juif Rothschild

L’empire mondial anglo rêvé par Rhodes: marionette des Rothschild?

Israël, B’Nai Brith… serait-ce le KKK de la Maison des Rothschild?

 

Posted in Non classé | Commentaires fermés