Waffen SS: le triomphe de la diversité

Une lettre de Boris Le Lay explique très bien les relations entre musulmans et nazis:

L’association Breizh-Israël est très active en ce moment. Son président vient d’envoyer une lettre au Maire de Carhaix, ville qui accueille le festival des Vieilles Charrues:

Lettre adressée au Conseil municipal de la ville de Carhaix, 29270 Finistère Centre, suite aux diverses manifestations pro palestiniennes. Elle a été expédiée aux 28 conseillers municipaux, individuellement et sera lue au cosneil municipal le lundi 26 Juin.

L’association entend vous communiquer les répercutions de cette action. Le président s’est mis en raltion avec l’opposition divers droite pour qu’elle agisse « dans le bon sens » vis à vis du maire.

Rosporden le 23 Juin 2006

A : Monsieur Christian Troadec

De : Monsieur Boris Le Lay

Objet : imposture pro-palestinienne

Ci joint: élément photographique figurant Amin Al Husseini, grand père de Leila Shahid, rencontrant officiellement Adolf Hitler

Cher Monsieur,

Depuis maintenant un certain nombre d’années vous participez en tant qu’élu à toutes sortes de manifestations en faveur de la Palestine. En tant que Porte-Parole de l’association loi 1901 « Breizh Israël », je tiens à vous faire part de notre mécontentement.

En tant qu’individu, vous êtes parfaitement libre de vous enticher de telle ou telle cause, tel ou tel sujet. En tant qu’élu, votre comportement fait office d’exemple. Vous n’êtes, une fois élu, plus un élu de gauche ou de droite, malgré vos amitiés politiques, mais le premier magistrat de tous les carhaisiens. Malgré cela vous avez supporté activement tout un attelage mêlant extrémistes de gauche, antisionistes et pour certains, des antisémites rabiques associant tous les fantasmes qui amalgament à tout va USA, « impérialisme américain » et capitalisme ou « ultra libéralisme » dans la vulgate néo-gauchiste, intrinsèquement lié au « Juif », personnage cumulant toutes les « tares de l’occident » et dont l’incarnation est l’état d’Israël.

Parmi la nébuleuse marxiste et antisioniste pour ne pas dire plus, qui gravite autour de votre commune, on retrouve Piero Rainero, président de France Palestine Solidarité pour la Bretagne. Cette fusion entre gauchisme, post marxisme et anti-sionisme est une vieille constante historique que l’on retrouve très fréquemment. Nous notons que vous avez reçu Madame Leila Shahid, petite fille du Grand Mufti de Jérusalem, Al Husseini, grand ami d’Himmler et d’Hitler (pour vous en convaincre, ci joint des pièces photograhiques attestant de nos propos). Madame Shahid était également une amie intime de monsieur Yasser Arafat. Yasser Arafat et Leila Shahid ont pour commun dénominateur le Grand Mufti qui s’allia aux nazis dont voici une petite synthèse historique :

Le rapprochement culmine pendant la guerre, avec la création au printemps 1943 de la première division des Waffen-SS musulmane bosniaque (Handzar), qui compte plus de 12 000 hommes. Le Mufti, installé à Berlin en 1941, passera en revue cette unité à de nombreuses reprises en Croatie, en France et à Bneuhammer, en Silésie. La division Handzar se rendra tristement célèbre, en perpétrant de nombreux crimes de guerre en Yougoslavie : massacres, viols, pillages, et incendies de villages entiers avec leurs habitants. Selon l’historienne Bat Ye’or, ses atrocités « choquèrent même les Allemands. Femmes, enfants, vieillards furent tués à coups de hache, empalés, enterrés vivants, suspendus à des crocs de boucherie, ensevelis dans des fosses sous la chaux vive après avoir été sauvagement mutilés ( 1 )».

De son côté, Hajj Amin Al Husseini publiera un pamphlet antisémite intitulé Islam und Judentum (« Islam et judaïsme ») et le distribuera aux soldats de la division Handzar. Le 28 novembre 1941 a lieu la rencontre tant attendue par Al Husseini, préparée par des entretiens préliminaires avec le dirigeant SS Himmler et le ministre des Affaires étrangères von Ribbentrop. La transcription de la conversation entre Husseini et Hitler a été publiée après la guerre.

Le grand Mufti commence par remercier le Führer pour la sympathie dont il a toujours fait preuve envers le monde arabe, et envers la cause palestinienne en particulier… Les pays arabes sont fermement convaincus que l’Allemagne va gagner la guerre. Les Arabes sont les « alliés naturels de l’Allemagne », ayant les mêmes ennemis que cette dernière, à savoir les Anglais et les Juifs… Ils sont donc « disposés à coopérer ».

Dans sa réponse, Hitler témoigne sa sympathie au Mufti, mais refuse d’engager des troupes allemandes supplémentaires au Moyen-Orient, pour renforcer l’Afrika Korps de Rommel. Toutefois, il promet à Husseini, « qu’une fois que la guerre contre la Russie et l’Angleterre sera gagnée, l’Allemagne pourra se concentrer sur l’objectif de détruire l’élément juif demeurant dans la sphère arabe sous la protection britannique (2)». Après cette entrevue, le Mufti restera l’hôte de l’Allemagne, participant à la propagande nazie à travers les programmes de Radio Berlin à destination des pays arabes. Dans ses émissions, il incite les Arabes à « tuer les juifs » et fait l’éloge de la « solution finale ». « Si, à Dieu ne plaise, l’Angleterre était victorieuse, les juifs domineraient le monde», déclare-t-il ainsi le 11 novembre 1942. «Mais si l’Angleterre et ses alliés sont vaincus, la question juive, qui constitue pour nous le plus grand danger, sera définitivement résolue. »

Obnubilé par la « question juive », Al Husseini intervient à plusieurs reprises pour mettre en échec des projets visant à échanger des juifs contre des prisonniers ou de l’argent. Lorsque Adolf Eichmann envisage d’échanger des prisonniers de guerre allemands contre cinq mille enfants juifs, et d’envoyer ces derniers en Palestine, avec l’accord du gouvernement anglais, Husseini proteste personnellement et obtient finalement gain de cause : les enfants juifs seront exterminés dans les chambres à gaz en Pologne (3).

Le Mufti a développé une activité intense pendant la guerre, pour empêcher que des rescapés juifs ne parviennent en Palestine, alors même que les artisans de la Solution finale étaient prêts à sauver des enfants juifs, contre de l’argent ou contre des prisonniers de guerre. Contrairement à ce qui a parfois été soutenu (4), il ne fait aucun doute que le Mufti était parfaitement informé de la politique d’extermination des juifs, et qu’il l’approuvait sans réserve. Ceci ressort notamment des relations suivies qu’il a entretenues avec plusieurs dirigeants nazis, parmi lesquels Heinrich Himmler, von Ribbentrop et Adolf Eichmann, pour lequel Al Husseini éprouvait une admiration sans borne. Dans son journal intime, il qualifie ainsi ce dernier de «joyau sans prix» et de « plus grand ami des Arabes».

Les contacts entre Al Husseini et Eichmann sont apparus au grand jour lors du procès d’Eichmann, qui s’est tenu à Jérusalem en 1961. Lors de ce procès, le procureur général Gideon Hausner a produit des documents établissant que le Mufti avait été reçu au début 1942 par Adolf Eichmann, qui lui avait fait un exposé sur la « solution finale ». « Le Mufti fut si fortement impressionné qu’il demanda aussitôt à Himmler de désigner quelqu’un de l’équipe d’Eichmann en tant que son conseiller personnel, pour l’aider à résoudre définitivement la question juive en Palestine, une fois qu’il serait réinstallé dans ses fonctions par la victoire de l’Axe. Eichmann accepta cette offre (5) ». Selon un témoin du procès de Nuremberg, le Mufti aurait même rendu visite personnellement à Adolf Eichmann à l’intérieur du camp d’extermination d’Auschwitz, et « incité les gardes faisant fonctionner les chambres à gaz à travailler avec plus d’ardeur (6)».

Yasser Arafat (de son vrai nom Rahman Abdul Rauf al Qudwa al Husseini) ayant vécu adolescent chez le mufti se considérait comme son fils spirituel et le qualifiait encore en 2002 de « héros de la cause palestinienne ». Ainsi dans le quotidien en langue arabe de Londres, le « Al Sharq Al Awsat » il affirme ce qui sera repris par le quotidien « Al Quds » le 2 août 2002 : « Nous ne sommes pas l’Afghanistan. Nous sommes le Grand Peuple, ont ils réussi à remplacer notre héro Hajj Amin Al Husseini ? ». Il n’est pas inutile de savoir qu’en 1944, après avoir visiter Auschwitz, le Grand Mufti Al Husseini déclarait : « J’irai le cœur léger dans ma tombe sachant que 5 millions de Juifs ont été tués».

Parmi ses autres exploits, Yasser Arafat envoie le 2 Avril 1969, deux représentants du FATAH à Barcelone lors du congrès de l’internationale nazie pour obtenir de l’armement et des financements. Il obtiendra l’envoie de conseillers militaires dont Ali Bella, alias Eich Altern, ancien responsable des Affaires Juives de la Gestapo pour la Galicie (région de Pologne ou des centaines de milliers de Juifs ont été exterminés). Qui plus est en 2004, Yasser Arafat ne reniait pas son appartenance à l’organisation dénommée « Frères Musulmans ».

Leila Shahid, ancien Porte Parole de l’autorité palestinienne en France et reçue par vous récemment déclarait suite à la parution de son livre, dont vous avez supporté la publicité et dans lequel elle reconnaissait être la petite fille du Grand Mufti de Jérusalem : « Si le Mufti avait été un criminel, il aurait été condamné ». Nous vous laissons seul juge de pareils propos négationnistes. Elle oublie de préciser que les Britanniques ont voulu le faire comparaître devant le tribunal de Nuremberg, mais qu’il fut exfiltré par les Français sur ordre de De Gaulle dans le cadre de sa politique étrangère pro-arabe.

L’autorité palestinienne que vous défendez possède une télévision publique, celle là même que vous souhaitez voir financer par les impôts européens. On peut y entendre le 10 septembre 2004 : « Le Prophète a dit : la résurrection n’aura pas lieu tant que les musulmans ne combattent pas et tuent les juifs. ».

Ainsi monsieur le Maire, vous avez fait et continuez de faire la promotion de représentants notoirement antisémites comme le prouvent les éléments que nous vous soumettons. Qui plus est s’est déroulé sur votre commune le 10 Juin 2006 un « repas palestinien » avec Olivier Besancenot, Porte Parole de la Ligue Communiste Révolutionnaire dont le passif est assez éloquent et dont nous allons brièvement vous rappeler certains hauts faits.

La LCR s’affiche en 2004 au Forum Social de Londres au coté du parti politique trotskiste anglais le « Socialist Workers Party ». Ces derniers ont inspiré l’événement et ont invité notamment Tariq Ramadan, Frère Musulman, tel Yasser Arafat, et lui aussi petit fils d’un fanatique tristement célèbre, Hassan Al Bannah fondateur de la dite secte intégriste des « Frères Musulmans ». Le SWP anime une liste électorale, « Respect » ou se côtoient militants d’extrême gauche et Frères Musulmans. Les responsables de la LCR s’affichaient donc aux cotés d’un certain député, George Galloway, chassé du Labour car trop extrémiste, qui commence chacun de ses discours par un vibrant « Salam Aleikum ». Egalement présente, Salma Yaqoob, islamiste radicale qui n’hésite pas à expliquer que la lutte contre le terrorisme est une guerre « raciste », « islamophobe ». Les victimes espagnoles, américaines, irakiennes, indonésiennes, indiennes et anglaises des attentats à la bombe apprécieront. Nous attendons toujours de voir en quoi la pratique d’une religion a un rapport quelconque avec une appartenance raciale, donc physique et non spirituelle.

La JCR suit le même chemin et la collaboration avec l’islamisme est désormais à l’ordre du jour comme le prouve leur Webmaster, Yaris Papathéodorou, qui en plus du site de la LCR, anime d’autres sites pro-islamistes amalgamant tout refus du port du voile dans l’espace public comme « raciste et islamophobe ». Besancenot figurait aux cotés de Salma Yaqoob et de Galloway à ce fameux forum ou lors du discours, on compara Falloujah à « Stalingrad » ou Bush était sensé incarner un nouvel Hitler !

Ce maelström dans lequel vous vous débattez, Monsieur Christian Troadec, peut encore être illustré par la prise de position d’un des leaders du mouvement « altermondialiste », le philippin Walden Bello qui expliqua à Beyrouth qu’il ne fallait pas faire la fine bouche face aux méthodes des kamikazes palestiniens et irakiens compte tenu que les USA et les israéliens étaient « l’incarnation de l’empire du sang, de la terreur et de la cupidité».

A cela s’ajoute les initiatives de vos amis politiques dans la région nantaise et qui vise au boycott des produits israéliens. Je vous rappelle que nuire à une personne en raison de son appartenance, raciale, ethnique ou nationale est ce que l’on nomme du « racisme ». Vouloir nuire à l’ensemble des israéliens parce qu’israéliens s’apparente à cette définition. Parmi les instigateurs :

« Association France Palestine Solidarité – Pays de Loire Gaza Jérusalem – Club des Palestiniens de Nantes – Ligue des Droits de l’Homme 44 -GASPROM, Association Islamique de l’ouest de la France – Association culturelle Musulmane de Nantes Nord – Agir contre le Chômage, Les Alternatifs, Ligue Communiste Révolutionnaire, Union Démocratique Bretonne(UDB) ».

Pourquoi ne pas boycotter les produits palestiniens puisque la population de ce pays a porté au pouvoir des fanatiques islamistes issu du HAMAS qui visent officiellement à détruire l’état d’Israël ? Ne sentez vous pas là comme une incohérence ou un « deux poids, deux mesures » ?

En soutenant la mouvance rouge/verte, vous prenez un chemin dangereux, dangereux pour vous et votre réputation. Soit vous agissez en conscience et vous faites le partenaire de l’antisémitisme virulent et alors vous devrez en assumez toutes les conséquences morales, soit il s’agit d’un péché par ignorance et alors votre position pourra évoluer. En tant que Porte Parole de l’association « Breizh Israël », je tiens à vous informer que pas un de vos administrés ne sera pas au courant des choses exposées dans cette lettre (qui ne représente qu’une infime partie de la réalité), de votre engagement –peut être malheureux des suites d’un manque de connaissances historiques- aux cotés d’antisémites notoires et de fanatiques pro-islamistes.

Nous interpellons solennellement le conseil municipal de Carhaix pour que la vérité historique soit de rigueur sur les agissements conjoints de l’extrême gauche et de l’arabo-islamisme radical parrainer jusqu’à lors officiellement par le maire de Carhaix. Nous sommes convaincus qu’un débat sur le bien fondé des menées pro palestiniennes s’ouvrira et que les conseillers prendront toute la mesure de l’enjeu ici présenté et qu’ils appelleront à ce que ce genre de dérives graves prennent un terme.

Monsieur Le Lay, Président de l’association « Breizh-Israël »

Annexes et Sources

1. Bat Ye’or, Juifs et chrétiens sous l’islam. Les Dhimmis face au défi intégriste, Berg international, 1994, pp. 209-210.

2. Cité par K. Timmerman, op. cit., p. 109.

3. Cet épisode est relaté par Paul Longrear et Raymond McNemar, « The Arab/muslim nazi Connection», cité dans K. Timmerman, op. cit., p. 110.

4. Ainsi, Henry Laurens écrit que « l’arrivée [du Mufti] en Allemagne coïncide avec le début de la solution finale et jusqu’ici on n’a pas trouvé de preuves archivistiques démontrant qu’il ait eu connaissance de ce qui se passait alors » (Le Retour des exilés, la lutte pour la Palestine de 1869 à 1997, Robert Laffont, 1998, p. 560).

5. Gideon Hausner, Justice à Jérusalem, Flammarion, 1976.

6. Cette accusation a été formulée par un des adjoints d’Eichmann, Dicter Wisliceny, lors de son procès à Nuremberg. Voir B. Lewis, Sémites et antisémites, p. 200.

7. Nouvel Observateur, article « Les gauchistes d’Allah »

Deux peuples, deux terres, mais un partage de valeurs communes comme l’enracinement, la défense de valeurs spirituelles et l’attachement à l’identité de nos peuples respectifs.

http://www.dreuz.info/2012/06/quand-la-lutte-contre-lislamisation-se-teinte-dantisemitisme-et-brouille-les-pistes/

Suite à cet article, Ronan Le Gall, représentant d’Adsav m’a contacté pour préciser les points suivants, et clarifier l’amalgame entretenu par le site Breiz Atao. J’ai pensé raisonnable et honnête de publier son communiqué :

je suis cité dans cet article (JPG : pour être exact, Le Gall est cité dans un commentaire dont la responsabilité revient à son auteur). On reprend et exagère mes propos tenus à Madame Tasin samedi dernier, avant l’agression des musulmans. (JPG : pour être encore plus exact, c’est riposte laïque, dans un compte rendu de cette réunion, qui affirme ce que notre commentateur a repris)

Et par un fabuleux tour de magie, on en arrive à une fabuleuse déduction: nous serions antisémites. rien de moins. c’est quand même un peu fort. cela relève de la diffamation.

Le site Breiz Atao, géré par un seul et unique individu (Boris Le Lay) n’a ABSOLUMENT rien à voir avec Adsav, le parti que je représente ou le mouvement Jeune Bretagne.

Cordialement, Ronan Le Gall

Des identitaires bretons créent Breizh Israël
June 6th, 2006 · Commenter (3 Commentaires)

Le communiqué qui suit a été largement répandu auprès de la presse ces derniers jours. Une rapide enquête a permis d’établir que ses auteurs peuvent être considérés comme des proches du mouvement Adsav qui représente en Bretagne l’extrême-droite identitaire et nationale-sioniste (il y a quelques années, un dirigeant de ce groupuscule avait été poursuivi pour racisme après avoir diffusé un texte anti-palestinien outrancièrement excessif).

“BREIZH ISRAËL est née

Suite aux évolutions géopolitiques globales, une initiative heureuse vient de voir le jour avec la création de l’association « Breizh Israël ». Cette association entend mener une action de fond, s’inscrivant dans la durée en Bretagne pour un rapprochement entre nos deux peuples.

Face à la montée de l’islamisme en Bretagne (récente expulsion d’un imam à Brest), aux actions menées par des associations telles « France Palestine Solidarité » ou encore de groupes diffus proches de la mouvance dieudonniste, nous avons décidé de réagir et de pointer du doigt la collusion entre les éléments anti-bretons et anti-juifs. Nous notons également une fusions selon le principe de l’alliance objective entre la gauche radicale et l’arabisme via la lutte très médiatiquement correcte du « peuple palestinien ». Ceci aboutit à la plus grande confusion qui créé dans les esprits un amalgame malheureux qui voudrait que le peuple palestinien devrait par nécessité recevoir le soutien du peuple breton. La société française suit les inclinaisons qui lui sied, en revanche en Breizh (bretagne) cette dérive philo palestinienne au profit de la gauche ultra radicale et de l’islamisme ou de l’arabisme ne saura être tolérée.

Cette agitation-propagande revêt divers aspects dont la diffusion de tracts appelant au boycott des produits israéliens, mesure aussi arbitraire qu’infâme compte tenu du fait qu’on ne saurait réduire les israéliens à un seul état d’esprit politique qui justifierait de sanctionner collectivement leur économie. Nous citons ici certains éléments participants à cette action en Loire Atlantique :

Association France Palestine Solidarité – Pays de Loire Gaza Jérusalem – Club des Palestiniens de Nantes – Ligue des Droits de l’Homme 44 -GASPROM, Association Islamique de l’ouest de la France – Association culturelle Musulmane de Nantes Nord – Agir contre le Chômage, Les Alternatifs, Ligue Communiste Révolutionnaire, Union Démocratique Bretonne(UDB)

Notre association entend donc développer un partenariat entre communauté juive de Breizh (Bretagne), de France mais aussi avec Israël. Cela passera par une résistance déterminée aux éléments de la mouvance anarchiste, gauchiste, vert/rouges, radicaux de gauche, de partis politiques tels l’UDB, le PCF, la LCR, appuyée ponctuellement par la JCR et autres associations d’agitation.

Partant du postulat que la logique massificatrice et auto destructrice prônée par la mouvance d’extrême gauche ou de « l’autre-mondialisme » (« altermondialisme ») est explicitement hostile à tout redressement national breton, partant du postulat que ces éléments sont également hostiles à tout redressement national juif, partant du postulat qu’elle fait le jeu des éléments de substitution ethno-culturels arabo-musulmans, partant du postulat qu’en Breizh (Bretagne) il ne saurait y avoir qu’une seule et unique règle, la règle bretonne, partant du postulat qu l’Europe n’a vocation qu’à être judéo-chrétienne, nous annonçons donc notre entrée sur le terrain de l’action.

Selon la logique mise en œuvre par la gauche radicale qui vise à l’alliance objective avec les éléments arabistes, islamistes pseudo-modérés, et africanistes de tous ordres, afin de réaliser leur sa pulsion suicidaire, les bretons entendent donc répondre par une étroite collaboration avec le peuple juif, pour la défense du combat israélien, pour la survie de l’état hébreux, étant attendu que les bretons sont en droit de réclamer pour eux mêmes comme pour les juifs un état national fort.

Qui plus est, partant du constat que les ennemis de cause juive sont les mêmes que les ennemis de cause bretonne, notre action se justifie pleinement.

Notre association se dotera d’ici à quelques semaines d’un site internet.

Le Bureau de l’association comporte 5 membres donc un président, un vice-président, un secrétaire général, un trésorier et un porte parole.

Pour le Bureau de l’association « Breizh Israël », Kevin Ar Meur, Porte Parole.

COMMUNIQUE DE BREIZH-ISRAEL

lundi 14 août 2006.

Breizh Israel rend hommage a l’etat hebreu pour son courage et sa determination
Optique bretonne et europeenne

L’operation israelienne menee avec vigueur par Tsahal en territoire libanais a permis d’amoindrir de maniere significative l’intolerable presence des milices islamistes appuyees , sinon commandees, par Teheran. Cette operation qui precede l’attaque de l’Iran par l’alliance occidentale dans les prochains mois, dans une optique similaire de neutralisation preventive de la menace en vue d’aneantir les potentialites nucleaires du regime islamo-totalitaire iranien, est donc un succes tactique. Desormais il sera difficile pour Teheran de s’aventurer dans une ouverture de second front au nord d’Israel sans une base solide pour d’eventuelles attaques terroristes d’autant que l’ONU et ses grands inquisiteurs ne pourraient plus restes l’arme au pied sans reagir face a de possibles incursions terroristes en Sud Liban.

L’Europe croupion, l’Europe turque s’est contente de tirer sur l’etat hebreu grace a ses medias aux ordres dans ce qui fut une mise en scene aussi affligeante que maladroite pour discrediter Israel dans sa lutte contre la terreur. Malgre ce concert absurde ou derriere les discours humanitaires se cachaient le cynisme et la lachete des politiques europeens, il reste cependant des hommes et des femmes qui n’ont pas bu le calice du mensonge et de l’intoxication. Nombre d’europeens ont note le caractere partial et grotesque des conclusions mediatiques tirees a chaud, sans mise en perspective avec pour commun denominateur le recours a l’emotionnel contre le rationnel qu’induit la geopolitique. Que dire de la litanie des bilans de victimes soit disant civiles mais pourtant prevenues par l’armee israelienne par voie de tracts et dont on ne sait si elles sont effectivement innocentes compte tenu du fait que les combattants de guerillas ne portent aucun uniformes et qui plus est se cachent au sein de la dite population avec pour but le plus de degats collateraux susceptibles d’alimenter la propagande anti-israelienne.

Parmi ces europeens avertis et lucides, les patriotes bretons tiennent a signifier leur gratitude vis-à-vis d’Israel. Dans une optique nationaliste bretonne, la lutte engagee par l’etat hebreu s’apparente en tous points a la notre. La lutte israelienne de legitime defense face a l’avancee des masses musulmanes surexcitees contre l’occident rejoint le combat breton d’emancipation face a un etat francais pre-musulman. Victime de la même opprobre de la part d’un establishment ultra corrompu, le plus avec la Belgique, le peuple breton et ses defenseurs ne peuvent que comprendre le sentiment d’injustice qui saisit la communaute juive de France face a la triste mais evidente alliance qu’a choisi de nouer le gouvernement republicain avec la sphere islamo-arabe. Le point de vue breton existe et doit penetrer la vision de chaque Juif europeen afin que ceux-ci sachent que l’avenir reside dans une nouvelle conjugaison de possibles dont les questions ethno-europeennes sont parties prenantes et dont la resolution aboutira a un changement radical dans les relations euro-israeliennes.

Israel a besoin de l’Europe, l’Europe a besoin d’Israel

Israel est la pierre precieuse du peuple juif, il est son temple. Cependant si pour son maintien les Juifs du monde entier regardent d’avantage vers les USA, a terme dans une optique de longue duree , Israel et l’Europe doivent nouer un dialogue devant aboutir a une indefectible alliance.

L’Europe a besoin d’Israel de par son modele de societe qui inspire le respect et la fascination dans la realisation de l’objectif sioniste. Celui-ci doit alimenter la pensee de chaque patriote europeen. La foi, l’abnegation et l’esprit de sacrifice ont nourri l’effort juif pour l’erection de l’etat d’Israel. Cet esprit doit etre le meme pour l’erection d’une Europe regeneree. En retour, Israel ne peut seulement nouer d’amitie durable avec les seuls USA. De par la proximite geographique, de par l’evident lien qui unit les Juifs et leur passe et present europeen, de par l’heritage commun evident, Israel devra compter sur l’Europe, a condition que celle-ci se débarrasse des élites qui trahissent l’idéal europeen et occidental par une politique de suicide incarnee par une immigration afro-islamique catastrophique, un esprit munichois intolerable avec l’integrisme t le soutien actif aux etats et groupes anti-occidentaux. Ce pacte audacieux ne pourra etre noue qu’apres la revolution interne a l’Europe et qui suppose une prise de conscience des enjeux demographiques, culturels et geopolitiques induits par la denatalite europeenne, l’islamisation progressive de l’Europe de l’Ouest et le nihilisme culturel produit du gauchisme à papa et du multiculturalisme delirant d’une micro élite enfermée dans sa tour d’ivoire.

Une victoire tactique, mais un defi strategique

L’action israelienne ne peut cependant être pour les Européens et naturellement les bretons qu’une bonne nouvelle dans un environnement menacant. La France s’est contente, avec toute la médiocrité qui est désormais la sienne, d’aboyer sur un etat qui entend encore defendre sa substance, culturelle et spirituelle, tandis qu’elle-même tremble devant des bandes extra europeennes vetus de joggings et de casquettes et dont les actions sont pour l’heure encore du domaine du seul droit commun. Le défi est cependant entier car, pour Israel, une Europe paralysee par l’implantation musulmane massive supposerait d’ici a vingt ou trente ans un encerclement total. Pour les europeens Israel joue le role de sentinelle face a un monde arabo musulman qui globalement sera amenee a abattre chacun de ses regimes de type stato-national laic par des gouvernements revolutionnaires musulmans. D’ailleurs la paralysie amorcee par le discours pseudo pacifiste de Chirac et consorts a ete tres bien analyse par Abdelkarim Chankou, redacteur en chef du « detective marocain » qui lie le destin europeen a la question israelienne, decrivant en ces termes la situation du vieux continent : « D’autant que, il faut le dire, aucun pays européen, dans les mêmes conditions de combat, ne pourra tenir face au Hezbollah plus d’une semaine sans que le front intérieur ne s’ébranle comme un château de cartes. En fait, aucune armée européenne ne pourra s’attaquer à une milice islamiste sans que les communautés musulmanes et arabes établies dans les pays de cette armée ne se soulèvent et ouvrent un second front ».

Israel a donc la solidite pour tenir en echec un ocean de haine, mais la progression la plus terrifiante de l’ennemi est en Europe et ce n’est pas le republicanisme benet qui n’a plus guere de victoires a fete que celle de sa cinquieme colonne sportive qui pourra endiguer le bouleversement qui s’annonce. Entre un etat qui defend legitimement son peuple face a des egorgeurs fanatiques et une administration qui renie la moindre parcelle de droits a ses nations sans etat comme l’est la Bretagne et dont le climat insurrectionnel interne n’echappe a personne, les patriotes bretons ont fait leur choix et comptent pour amis et allies les israeliens et plus largement les Juifs du monde entier qui offre le plus bel exemple de ce que produit l’amour des siens et de sa Tradition nationale. Face a ce defi, Israel nous est un besoin evident et chacun de ses succes nous encourage a le soutenir et a s’inspirer de lui.

Pour le Bureau de Breizh Israel, Kevin Ar Meur, Porte Parole

Breizatao (Boris Le Lay) fev 2011:
(…) Boris Le Lay avait lancé en 2006 l’association Breizh-Israël et avait obtenu, à ce titre, une accréditation pour passer des communiqués sur le site de l’Agence Bretagne Presse, avant d’être suspendu pour avoir (cela semble se répéter) tenu des propos diffamatoires contre des élus. (…) Le fait que les attaques, signées sous des pseudonymes inconnus, soient ciblées en général contre des personnes et non contre des idées – souvent de gauche mais pas uniquement – a amené certains à se questionner sur les véritables intentions de Boris Le Lay, d’autant plus que le créateur de Breizh-Israël tient sur son nouveau site des propos clairement antisémites. La question qui trouble : Comment peut-on passer en quelques années de la création d’une association pro-Israël au lancement du site breizatao.com tenant des propos antisémites? (…)

http://www.fdesouche.com/111198-neo-nazis-vs-fdesouche-com
sur le très informé site antifa « Reflexes », on apprend que ce même Boris Le Lay était à l’origine président d’une association apparu en 2006 au nom sans équivoque de « Breizh-Israel ».

Dans un communiqué annonçant cette création, les buts de l’association étaient clairement exposés : « L’association Breizh Israël est née en mai 2006 pour faire valoir la solidarité des patriotes bretons avec leurs homologues sionistes… », « …pour un rapprochement des deux peuples… », et bien entendu l’incontournable « …face à la montée de l’islamisme en Bretagne… ». Une de leur très rare action (la seule en réalité) au court de leur très courte existence fut un contre rassemblement devant la préfecture de Quimper face à des organisations de soutien à la Palestine qui réclamaient la reprise de l’aide financière de l’Union Européenne à la Palestine après les élections de 2006 qui placèrent le Hamas à la tête l’autorité palestinienne.
Bien qu’habitués à une certaine confusion dans l’esprit de pas mal de nos « cas d’études », celui-ci nous semble un cas d’école. En effet comment peut-on passer en à peine deux ans de la création d’une association pro-Israël à la participation d’une autre clairement antisémite celle-ci. Sauf à penser que cela s’inscrirait dans le cadre d’une opération de manipulation destinée à recueillir des informations sur leurs ennemis… Mais nous laisserons cela aux adeptes de la théorie du complot et nous resterons sur notre analyse d’une grande agitation et perturbation intérieure [2]. »
suite

Annonce du journal officiel officialisant la création de l’association « Breizh-Israël » :

 

Je n’ai pas le lien mais je me souviens avoir lu que le plus grand parti ‘néo-nazi’ en Allemagne était tellement infiltré par les agents du gouvernement que les procureurs avaient de la difficulté à trouver un ‘vrai’ ‘neo-nazi’ dans le lot. Le Congrès Juif Canadien avait infiltré des groupuscules néo-nazi (symboles nazis, salut nazi, bottes, etc.) dans les années 60 afin de les faire grossir pour essayer de faire croire aux gens que le ‘néo-nazisme’ menaçait le Canada. 20 ans plus tard les services secrets canadiens ont fait la même chose avec un groupe nommé Heritage Front.

Les admirateur d’Adolf qui trollent FDesouche sont peut-être payés par l’État? C’est peut-être quelque chose du genre même s’il existe quelques vrais ‘néo-nazis’ qui fantasment sur 3e Reich.

http://forums.france2.fr/france2/Election-presidentielle-2007/religieuse-hysterie-terrain-sujet_30241_82.htm

Mana9

Posté le 18-08-2008 à 04:08:30
Tiens vous faites la même faute que Boris Le Lay sur son blog, Pocker au lieu de Plocker…….Créateur de Breizh Israël en 2006 pour « lutter contre l’islamisme et les éléments anti-bretons et anti-juifs » Boris Le Lay clamait à l’époque la vocation  Judéo-chrétienne de L’Europe et avait organisé une manifestation de soutien à Israël….. Il est aujourd’hui hystériquement antisémite… Comprenne qui pourra ! En tout cas, l’incohérence de son parcours et la lecture de son blog ne laissent planer aucun doute sur la grande confusion mentale qui l’habite !

http://contre.propagande.org/pravda/modules/news/article.php?storyid=223
Le MDI est une organisation revendiquant l’ethnodifférentialisme, ouverte à tous ceux qui cherchent à se regrouper pour lutter contre le « sionisme », quelles que soient leurs origines. Le mouvement se structure autour d’un bureau composé d’une demi-douzaine de membres ayant chacun en charge un secteur d’intervention. Parmi ces derniers, nous retrouvons Boris le Lay, au poste de chargé des relations extérieures, girouette animatrice du blog « le réveil des indigènes » qui est passé sans transition de la défense des intérêts d’Israël en qualité de président de Breizh Israël à la haine du sionisme2. Afin de se parer d’une envergure nationale de façade, le mouvement désigne une petite dizaine de responsables d’antennes régionales et locales. L’implantation dans les quartiers semble être la priorité du mouvement. En septembre 2008, Banlieues anti-système (BAS) fusionne avec le MDI. Soumayya Sekhmet Fal est nommée à la tête du secteur banlieue et responsable des Jeunesses Kemi Seba dont l’objectif est de recruter et d’intégrer les jeunes des quartiers. Seyf Awa, quant à elle, rejoint la direction de la branche panarabe qu’elle coanime avec Siddiq Seth, « spécialiste » de la question palestinienne. Pour compléter le tableau, le MDI a également mis en orbite une branche panafricaine chargée d’animer le mouvement sur les problématiques identitaires noires. Au regard de la structuration du mouvement, l’objectif de conquérir les quartiers est indéniable. Pour l’instant, quelques cellules faméliques revendiquent leur existence dans un nombre très limité de communes. Cependant la capacité de mobilisation du MDI a été multipliée par cinq en deux ans. La stratégie employée est simple : agiter la théorie du complot, déverser sur la Toile des vidéos expliquant que le « sionisme » est à l’origine de tous les maux : crise financière, écrasement du peuple palestinien, humiliation des Arabes, néocolonialisme au Maghreb débouchant sur la déstabilisation de l’économie, le chômage des jeunes et l’émigration ; que les Juifs ont été les initiateurs de l’esclavage des Noirs… En parallèle, le MDI organise des meetings dans les quartiers, des prises de parole sauvages à Châtelet et des rassemblements lors de ses multiples comparutions judiciaires. Indéniablement, le discours du MDI s’est radicalisé alors que Siddiq Seth explique que « c’est parce que nous avons le même ennemi que nous allons nous unir et marcher ensemble quitte à faire couler notre sang jusqu’à la mort et éradiquer le sionisme dans nos pays respectifs(3) ».

http://www.planete-islam.com/showthread.php?16382-Les-Identitaires-%E0-un-colloque-commun-avec-l%92UMP-Riposte-La%EFque-et-un-juif-anti-nazi&s=b05a96451f25cce1f1ade21ad72b5f56&p=313020&viewfull=1#post313020
Boris Le Lay est catholique traditionaliste et un nationaliste breton, d’abord islamophobe et anti-immigration il a fait parti de groupes indépendantistes breton. Puis, dans l’optique d’une lutte contre l’arrivée massive d’immigrés africains (notamment musulmans: nous) qu’il considère comme une destruction de l’identité de son pays (il n’a pas tord) et une source de problèmes (il n’a pas tout à fait tord non plus) il a eu l’idée absurde de s’allier aux pires ennemis des musulmans: les sionistes.

Il a alors créé l’association « Breizh-Israel » (Breizh veut dire Bretagne en breton), et il a fait connaissance de juifs sionistes… Et là, réaction naturelle: il a vu que ce n’était que des pourritures et il s’est mis à les haïr.

Pas crédible! Cela ressemble plutôt à un type qui travaille en sous-marin pour les sionistes au sein du mouvement anti-juif, dont il est un expert aguerri.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.