Rare témoignage du policier qui a procédé à l’arrestation des « Israéliens dansants » du 11 septembre

Le policier responsable de l’arrestation
des « Israéliens dansants » du 9-11, en entrevue
exclusive pour American Free Press

par Dave Gahary
American Free Press
23 septembre 2011
Scott DeCarlo
L’officier de police du New Jersey responsable de la capture de cinq Israéliens qui étaient en train de filmer et célébrer alors que les tours du World Trade Center étaient en train de brûler, a rompu son silence et convenu d’une entrevue exclusive pour American Free Press le 16 septembre. Les lecteurs d’AFP le savent sans doute, ce sont les mêmes Israéliens qui travaillaient pour Urban Moving Systems, une société écran du Mossad qui se trouve au coeur de l’implication israélienne dans les attentats du 11 septembre.

Le sergent Scott DeCarlo n’a jamais parlé aux médias au sujet de cette journée, à l’exception de deux apparitions de 30 secondes dans des vidéos sur Internet provenant de sources indéterminées. En fait, DeCarlo a confirmé que c’est la première et la dernière entrevue qu’il acceptera jamais d’accorder à ce sujet.

DeCarlo a révélé à AFP des détails cachés sur les événements du 11 septembre que les médias auraient dû mettre en lumière il y a 10 ans, sans parler de leur silence quasi-total en ce qui concerne l’implication d’Israël.

Même s’il n’était pas supposé travailler ce jour-là, de DeCarlo a quand même été appelé en service et « affecté à l’autoroute » pour prévenir la circulation d’entrer dans New York.

« Il avait reçu l’ordre « BOLO », c’est-à-dire « soyez à l’affût (Be On the Look Out) d’une camionnette particulière, peut-être chargée d’explosifs« , a expliqué DeCarlo, « qui était peut-être sur le point de détruire le pont George Washington. »

DeCarlo a expliqué: «Elle [la camionnette suspecte] était en train de venir vers nous, et j’ai saisi mon sergent [DeCarlo lui-même était patrouilleur à l’époque] et dit:« Hé, mec, c’est notre camionnette. «Ce n’était pas exactement la plaque d’immatriculation qu’on cherchait car un chiffre ne concordait pas, mais j’ai dit: « Ça doit être elle, elle est trop similaire ».

Il a poursuivi: «La camionnette était en train de sortir du Turnpike [du NJ] (fameuse autoroute à péage) et essayaient de prendre la Route 3. La circulation allait à deux miles à l’heure, donc nous nous sommes approchés à pieds en face de la camionnette, armes au poing, et elle s’est arrêtée.  »

Les cinq espions israéliens ont tous refusé de sortir du véhicule, alors DeCarlo a été contraint de recourir à la force.

« Nous leur avons demandé de sortir de la camionnette, mais ils ne nous ont pas écouté », a-t-il dit. « Donc, nous. . . leur avons passé les menottes et l’avons fait aussi vite que possible. »

AFP a demandé à DeCarlo pourquoi, selon lui, les Israéliens ont refusé de suivre ses ordres. DeCarlo était incertain, mais il a demandé à l’auteur, « avez-vous déjà eu une arme pointée sur la tête? »

DeCarlo a ensuite décrit ce qui s’est passé après avoir traîné les espions hors de leur camionnette. «Quand nous leur avons traîné hors de la voiture, l’un des gars, plutôt bavard, a déclaré: «Nous ne sommes pas vos ennemis, nous sommes votre ami. Nos ennemis sont vos ennemis,» a déclaré DeCarlo. « A ce moment, ils ont dit qu’ils venaient d’Israël. Ils répétaient: « Hé, nous sommes de votre côté. »

«Nous les avons mis dans des cellules de détention du police de l’État du New Jersey situées dans le Meadowlands Stadium, et c’est la dernière fois que je les ai vus », a-t-il dit. Peu après, le FBI aurait pris le relais. Les cinq Israéliens ont été détenus pendant 10 semaines, mais ont finalement été expulsé en Israël sur des accusations de violation des lois d’immigration. En novembre 2001, ils sont apparus à un talk-show de télévision israélienne pour parler du fait qu’ils ont été envoyés aux États-Unis « pour documenter l’événement. »

Le sergent DeCarlo a demandé à AFP de demander aux parties intéressées de ne pas communiquer avec lui.

AUDIO – 9-11 Cop Who Arrested Dancing Israelis Speaks

Scott DeCarlo

AFP PODCAST

In the first ever interview of its kind, AMERICAN FREE PRESS speaks with the police officer responsible for arresting the “Dancing Israelis” on September 11, 2001, who were caught filming and celebrating while the WTC burned and people died. Sgt. Scott DeCarlo reveals the details of that day, details the Zionist-controlled mainstream media conveniently overlooked. DeCarlo has promised that this is his first and last interview on the subject, in the hopes of quelling ongoing interest in his role that horrible day.

9-11 Cop Who Arrested The « Dancing Israelis » Breaks Silence

Scott DeCarlo

By Dave Gahary

The New Jersey police officer responsible for capturing five Israelis who filmed and celebrated while the World Trade Center towers burned has broken his silence, agreeing to a Sept. 16 exclusive interview with AMERICAN FREE PRESS.

As AFP readers are no doubt aware, these are the same Israelis who were working under the direction of Urban Moving Systems, a Mossad front company at the center of Israeli involvement in the Sept. 11 attacks.

Sgt. Scott DeCarlo has never spoken to the media about the details of that day except for two 30-second cameo appearances in Internet videos from undetermined sources. In fact, DeCarlo confirmed that this is the first, and last, interview he will ever grant in regard to this subject.

DeCarlo revealed to AFP hidden details about the events of 9-11 that mainstream media venues should have uncovered 10 years ago, if not for their near-total blackout of meaningful coverage where Israel is concerned.

Although not scheduled to work that day, DeCarlo reported anyway and “was posted on the highway” to prevent traffic from entering New York City.

“There was a BOLO, which is a ‘Be On the Look Out’ for a particular van, perhaps loaded with explosives,” explained DeCarlo, “that may have been on its way to destroy the George Washington Bridge.”

DeCarlo explained: “It [the suspicious van] happened to come our way, and I grabbed my sergeant [DeCarlo himself was a patrolman at that time] and said: ‘Hey, man, that’s our van.’ It wasn’t the exact license plate given reported—it was off by one numeral—but I said: ‘That’s gotta be it; it’s just too close.’”

He continued: “The van was coming off the [N.J.] Turnpike trying to get on Route 3. Traffic was rolling at two miles an hour, so we got in front of the van on foot, weapons drawn, and stopped it.”

All five of the Israeli spies refused to exit their vehicle, so DeCarlo was forced to get physical.

“We asked them to get out of the van, but they didn’t listen,” he said. “So, we . . . put them in handcuffs and did it as quickly as possible.”

AFP asked DeCarlo why he thought the Israelis refused to follow his orders. DeCarlo was unsure, but asked this writer, “You ever have a gun pointed at your head?”

DeCarlo then described what happened after the spies were dragged from their van. “When we removed them, one of the guys that was rather chatty said: ‘We’re not your enemy, we’re your friend. Our enemies are your enemies,’” DeCarlo said. “At that point they said they were from Israel. They kept saying, ‘Hey, we’re on your side.’”

“We brought them over to the New Jersey State Police holding cells in the Meadowlands Stadium, and that’s the last I saw of them,” he said. Shortly after that, the FBI reportedly took over. The five Israelis were held for 10 weeks, but were eventually deported to Israel on charges of immigration violations. In November 2001, they appeared on an Israeli TV talk show discussing how they were in the U.S. “to document the event.”

Sgt. DeCarlo asked AFP to request interested parties not to contact him.


VIDEO – PressTV Mark Glenn « Israeli agents filmed 911 destruction »

Sur ce blog:

Les documents du FBI sur les fameux « Israéliens dansants » arrêtés le 11 septembre 2001

Analyse du rapport du FBI sur les « Israéliens dansants »

Démystifier le 11 septembre: Israël et la tactique de l’erreur, par Alan Sabrosky (ancien dir. des études du US Army War College)

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.