Médias juifs antijuifs? Le Jerusalem Post confirme qu’Israël savait que le USS Liberty était américain

 

 

 

A 2004 transcript of an Israeli military tape
published in the Jerusalem Post supports the unanimous position of the
survivors and many high-ranking US officers that Israeli forces knew the
USS Liberty was an American ship, as they attempted to sink it.
The Liberty was the only ship of its kind at the
time, easily distinguishable for the huge satellite dishes mounted on
its deck and the bristling array of antennae which served as the spy
ship’s « ears. »The survivors, and the audio tape on which the transcript is based, are
presented in a new documentary which was broadcast on the Al Jazeera
America channel last week. The audio tape has never been heard before
by an American audience. The film « The Day Israel Attacked America » is directed and produced by British film maker Richard Belfield.Israel has long maintained, with official US government inquiries
agreeing, that the attack was a case of mistaken identity. However, a
growing chorus of critics, and the USS Liberty survivors themselves, say
the official reports are cover-ups of an incident in which American sailors were ruthlessly, deliberately attacked in order to draw the US into war with Egypt,
by blaming it for the loss of the ship with all hands. Israel was
engaged in the Six Day War with Egypt and other Arab states at the time.The attack, which commenced on June 8th, 1967 at 1:58 p.m. local time
with strafing runs by Israeli Mirage jet fighters, lasted for
approximately two hours, after seven to nine reconnaissance flights
over the Liberty by slow-moving Israeli patrol planes beginning at 5:30
a.m. Liberty survivors are unanimous in their conviction that the
attackers knew the ship was American, and that they were trying hard to
sink it. Expended over the course of the attack were over 800 rounds of
30mm cannon, air-to-surface rockets, heat-seeking missiles, napalm
bombs, and five torpedoes.In the documentary, during the course of the attack, at 2:14 p.m., 16
minutes after the first strafing run begins, voices of Israeli military
controllers are heard to say, as the timeline is counted in the
background:« To what state does she belong? » (Answer): « American »Supporting the authenticity of the tape, in 2004 the Jerusalem Post
published what it said was a transcript of Israeli military
transmissions directing the attack on the USS Liberty. In that
transcript, at precisely the same time, 2:14pm, the exchange translated
from Hebrew to English is reported: 

« Kislev, what country? » (Answer): « Apparently American. »

 

[Jerusalem Post archives, « Liberty revisited: the attack, » June 4, 2004, by Arieh O’Sullivan, article copy]

The Post transcript ends with this transmission. However, the attack continued
for another hour and a half. Twenty minutes after the indication of
positive identification, an Israeli torpedo boat approaches and fires
five torpedoes, one of which hits the starboard bow and nearly sinks the
ship.

Although the Israeli government maintains to this day that the Liberty
was mistaken for an Egyptian ship, the Israeli attack aircraft were
unmarked. The Liberty survivors and the many skeptics of Israel’s
« accident » explanation point out that open warfare was already taking
place at the time with Egypt, and there would be no reason to use
aircraft with its markings meticulously painted over.

The matching timeline substantiates the authenticity of the tape
broadcast, as raw audio with subtitled translation, by Al Jazeera
America. The match indicates that the tape broadcast by Al Jazeera, and
the tape on which the Jerusalem Post based its transcript, are the
same.

The translated transcript of the raw audio published by the Post was
made by a Post reporter who was allowed to listen to the tape. Even
prior to the attack, Israeli military personnel are heard questioning
whether the ship was American, at 1:53pm in the tape. In the Al Jazeera
translation of the tape Israeli military personnel are heard saying in
an intriguing exchange:

« Is it an American ship? » « What do you mean American? » « No comment. »

As the torpedo hits 20 minutes after a ground controller acknowledges the ship is American, a voice is heard casually saying:

« The torpedo is talking care of the ship now. »

In the Jerusalem Post transcript of the tape, no mention is made of a
torpedo hitting the ship, although a torpedo hole is clearly visible in
the ship’s damage. The official Israeli Defense Forces report on the
attack acknowledges the launch of torpedoes 25 minutes after the fact
that the ship is American is mentioned (« IDF History Report: The Attack on the ‘Liberty’ Incident. »)

After the torpedo hits, torpedo boats circle, machine-gunning the ship
with armor-piercing projectiles for another 40 minutes. At 3:15 p.m., as
lifeboats are lowered into the water, the Israelis pull up at close
range and proceed to machine-gun the lifeboats. This is a full hour
after confirmation has been given that the ship is American.

Sexual innuendo is heard in describing the actions of the Israeli
military as the Liberty crew fights fires and tends to the wounded.
Thirty-four US sailors were killed. As the attack controllers mull
using napalm one asks « Do we screw her? »

The Post and Al Jazeera tape are but a small part of the volumes of
evidence that Israel knew what it was doing that has yet to be released.
Steve Forslundan,
who was an intelligence analyst for the 544th Air Reconnaissance
Technical Wing at Offutt Air Force Base in Omaha, states that the
real-time intelligence he was reading as the day progressed:

« made specific reference to the efforts to direct the jets to the
target which was identified as American numerous times by the ground
controller. Upon arrival, the aircraft specifically identified the
target and mentioned the American flag she was flying. There were
frequent operational transmissions from the pilots to the ground base
describing the strafing runs. The ground control began asking about the
status of the target and whether it was sinking. They stressed that the
target must be sunk and leave no trace. »

 

USS Liberty scale size profile in comparison to Egyptian ship which Israel maintains it was mistaken...

USS Liberty scale size profile in comparison to Egyptian ship which Israel maintains it was mistaken for.
http://www.gtr5.com/

Prior to the airing of « The Day Israel Attacked America, » a long list of
public figures, including those of highest US military rank, have
backed the survivors’ contention that the Israelis meant to sink the
Liberty knowing full well that the ship was American. These include Secretary of State Dean Rusk, who held that office at the time of the incident, Director of the NSA Admiral Bobby Ray Inman, US Senator Adlai Stevenson, and Chairman of the Joint Chiefs of Staff Admiral Thomas Moorer. Moorer concluded in his own investigation:

« In attacking the USS Liberty, Israel committed acts of murder
against U.S. servicemen and an act of war against the United States. »

Of the Israeli account, Secretary of State Rusk said in his memoirs:

 

« I didn’t believe them then, and I don’t believe them to this day. »

NSA Director Bobby Ray Inman grants an interview in the film.

In 2007, in the article « New Revelations in Attack on American Spy Ship, »
the Chicago Tribune ran interviews of US intelligence officers who were
following the Mediterranean radio traffic in real time, who said Israel
was deliberately attacking an American ship. Air Force Capt. Richard
Block, who was commanding an intelligence wing of more than 100 analysts
and cryptologists monitoring Middle Eastern communications on the
island of Crete, told the Tribune:

« The pilots said, ‘This is an American ship. Do you still want us to
attack?’ And ground control came back and said, ‘Yes, follow orders.' »

For its part, the official Israeli report holding that the attack was a
« tragic accident » centers around the claim no flags were visible on the
ship, which is vociferously denied by the survivors, who say they were
flying multiple flags, in a proper breeze for unfurling. The other
central Israeli claim is that orders were given that any ship observed
traveling above a certain speed, 20 knots, was to be considered a
hostile warship. The IDF report states that the Liberty was observed
sailing at 28 knots. However, the report itself notes that the Liberty
was not capable of such speeds, and calls it « astounding » that two
different measurements of the speed were « incorrect » (page 12, IDF History Report.)

 

Cover page of official Israeli government report on USS Liberty attack.

Cover page of official Israeli government report on USS Liberty attack.
http://www.gtr5.com

As for the « why » of the attack, a non-governmental committee chaired by
Admiral Moorer, which included former U.S. ambassador to Saudi Arabia
James E. Akins, theorized that the attack was intended to be blamed on Egypt,
thereby drawing the US into Israel’s Six Day War with Arab states in
1967. Supporting this were the facts that the Israelis clearly wanted
the ship to sink, and that they used unmarked fighter aircraft.

Coincidentally, according to Admiral Lawrence Geis, who was commander of
the US Mediterranean fleet on that day, the Sixth Fleet was undergoing a
nuclear-armed drill at the time, in which warplanes were armed with
live nuclear weapons. Geis said that he was ordered by Secretary of
Defense Robert McNamara to recall flights of US fighter aircraft sent to
assist the Liberty, twice, because President Lyndon B. Johnson in fact wanted the Liberty to sink, with all hands.
It is speculated that Johnson then would have sent nuclear-tipped
bombers into Egypt to retaliate for the sinking of the Liberty.

USS Liberty survivors still hold a commemoration event in Washington DC
every year, and have pledged to try to continue to as long as any of
them remain alive. The film is briskly-paced, with interviews of the
survivors taking center stage.

The interviews recall harrowing moments as the Israeli Air Force and
Navy conducted its organized and prolonged attack, after many previous
hours of low-pass flyover surveillance in which Israeli pilots flew low
enough to actually wave at American sailors.

Survivor Larry Weaver recalled an Israeli Air Force Nord 2501 circling the ship, and told former ABC News investigative reporter James Bamford:

« It had a big Star of David on it and it was flying just a little bit
above our mast. I was actually able to wave to the co-pilot. He waved
back and actually smiled at me – I could see him that well. There’s no
question about it. They had seen the ship’s markings and the American
flag. They could damn near see my rank. »

In charge of the official US Navy Court of Inquiry report which drew the
conclusion that the attack was an accident was Admiral John S. McCain,
Jr., father of John McCain, the US senator and former presidential
candidate.

The survivors continue to demand that the government acknowledge that Israel knowingly attacked an American ship.

 

Recent USS Liberty commemoration ceremony.

Recent USS Liberty commemoration ceremony.
Richard Belfield

Previous production credits held by producer and director Richard
Belfield include National Geographic TV, Discovery Channel, and Arts and
Entertainment Network.

 

Documentary, The Day Israel Attacked America (Upload at Daily Motion)


VIDEO – The Day Israel Attacked America (NEW DOCUMENTARY)


VIDEO – EN VERSION FRANÇAISE: Le jour où Israël attaqua l’Amérique (documentaire Al Jazeera)

Attaque du USS Liberty en 1967 : les enregistrements audio montrent qu’Israël voulait vraiment couler le navire américain et tout son équipage

(V.F.de : New Evidence Proves Israel Attacked USS Liberty With Orders to Kill 294 Americans)

ALTERINFO.NET

Il n’est pas dans nos habitudes de relayer les articles d’Al Jazeera, mais celui-ci mérite sans doute une exception. En effet, près de 50 ans ont passé depuis l’attaque du navire américain USS Liberty par l’aviation et la flotte israéliennes. Pourtant la version officielle, matérialisée par Wikipedia par exemple, continue de parler de l’ »incident du USS Liberty » et de la confusion avec un bateau égyptien. Près de cinq décennies plus tard, commence-t-on à voir poindre quelques éléments de vérité dans les médias « dominants » occidentaux ?

* * *

De nouveaux éléments présentés lors d’un reportage exclusif d’investigation d’Al Jazeera sur les attaques israéliennes contre le USS Liberty qui tua [en 1967] 34 Américains prouvent qu’il ne s’est pas agi d’une erreur. Depuis 1967, la « version officielle » veut qu’Israël ait malencontreusement cru pendant plusieurs heures que le navire américain était en fait égyptien. Israël s’est ensuite excusé auprès des Etas-Unis, et durant plusieurs décennies on nous a fait croire que c’était la seule raison pour laquelle les avions de chasse et les lance-torpilles israéliens avaient lancé des roquettes, des missiles et des torpilles sur une cible américaine pendant deux heures.

Richard Belfield, producteur et réalisateur britannique plusieurs fois primé pour ses films, vient de sortir un nouveau documentaire intitulé The Day Israel Attacked America (Le jour où Israël a attaqué l’Amérique) qui a été diffusé par la chaine Al Jazeera. Les enregistrements audio obtenus par Betfield permettent finalement de montrer que les survivants de l’attaque contre le USS Liberty avaient raison depuis le début.  Ces derniers ont toujours affirmé que l’intention d’Israël était de couler le bateau en tuant tout le monde à bord, de façon à pouvoir faire porter le chapeau à l’Égypte pour cette tragédie. Dans quel but ? Pour convaincre le Président Lyndon Johnson (et avec lui, le peuple américain) qu’il fallait déclarer la guerre à l’Égypte. C’est la définition même d’un « False-Flag » [opération sous faux drapeau – NdT], (comme pour le 11/9 ?).

Une fois de plus, une théorie de la conspiration se révèle être une véritable conspiration. On ne parle plus ici de paranoïa !

 « Voilà quelques mois, j’ai obtenu une copie d’enregistrements audio des attaques qui contenaient les conversations entre les pilotes de l’Air Force israélienne et les contrôleurs à la base aérienne. Ils n’avaient jamais été diffusés auparavant. Je suis allé parler à Al Jazeera, et après les avoir longuement étudiés, ils ont commandé le film. »

Richard Beltfield

Seize minutes exactement après le début de l’attaque, les forces israéliennes ont confirmé que l’USS Liberty était bien un navire américain. Ces conversations figurent dans le documentaire diffusé par al Jazeera.

« À quel État appartient-il ? » (réponse) : « L’Amérique. »

Les attaques ont pourtant continué pendant plus d’une heure et demie !

Et même cinq minutes avant que la première bombe ne soit lancée, on peut entendre un des pilotes de l’Air Force israélienne demander si c’est un bateau américain ou pas. Il ne faut pas être un génie pour comprendre pourquoi ces pilotes étaient extrêmement génés d’attaquer un navire soupçonné de battre pavillon américain sans un ordre direct et précis de le faire. Il me semble raisonnable de penser que dans le cas contraire, cette attaque n’aurait jamais eu lieu.

« C’est un navire américain ? »
« Que voulez-vous dire par ‘américain’ ? »
« No comment »

Vingt minutes après que le contrôleur aérien eut répondu « Américain » à la question du pilote lui demandant « A quel pays appartient ce navire ? », la première torpille frappa l’USS Liberty. On peut clairement entendre une voix qui confirme que la cible que l’on avait identifiée comme américaine à ce moment-là était sur le point d’être détruite.

« Le lance-torpilles va s’occuper de ce bateau »

Dès que la torpille heurta l’USS Liberty, les lance-torpilles encerclèrent le navire et commencèrent à le mitrailler pendant 40 minutes.
Lorsque l’équipage du USS Liberty mit ses canots de sauvetage à l’eau pour évacuer le navire, les Israéliens se rapprochèrent pour mieux abattre ces Américains qui essayaient de sauver leurs vies.

Voilà plus de 10 ans, un journaliste dénommé Arieh O’Sullivan, du Jérusalem Post, avait été autorisé à écouter ces mêmes enregistrements. Il avait publié une transcription de ces conversations entre les militaires israéliens qui dirigeaient l’attaque contre l’USS Liberty. Seize minutes après le début de l’attaque, exactement comme dans la bande-son obtenue par Al Jazeera, la transcription de O’Sullivan (traduite de l’hébreu en anglais) montrait exactement le même échange :

« Kislev, quel pays ? » (réponse) : « Apparemment, l’Amérique. »

Mais c’est là que se termine la transcription de O’Sullivan, publié il y a plus de 10 ans par le Jérusalem Post. Il y juste un tout petit problème : l’attaque s’est poursuivie pendant plus d’une heure et demie.

L’amiral Thomas Moorer, qui a servi autrefois son pays dans l’État-major interarmes et comme chef des opérations navales, avait mis sur pied une commission indépendante pour enquêter sur ce qui s’était réellement passé avec l’USS Liberty. Les résultats de cette commission ont été rendus publics en 2003. En voici certaines des conclusions les plus frappantes :

  • Cette attaque par un allié des États-Unis fut une tentative délibérée de détruire un navire américain et de tuer tout son équipage.
  • Elle comprenait le mitraillage des sauveteurs et des canots de sauvetage.
  • La Maison-Blanche a délibérément empêché l’U.S. Navy de venir au secours du USS Liverty. C’est la première fois dans l’histoire navale qu’une opération de secours est annulée alors qu’un navire américain est attaqué.
  • Les survivants de l’équipage ont par la suite été menacés de procès, d’emprisonnement, ou pire, s’ils parlaient à qui que ce soit de ce qui leur était arrivé, et ont littéralement été « abandonnés par leur propre gouvernement. »

John Crewdson, un auteur et journaliste américain récompensé du Prix Pulitzer a publié en 2007 ce que l’ancien analyste de la CIA, Ray McGovern, avait qualifié de « compte-rendu le plus détaillé et le plus précis sur l’attaque israélienne » dans le Chicago Tribune et le Baltimore Sun. Ce qui devait arriver arriva : Crewdson fut licencié par le Chicago Tribune l’année suivante, après 24 ans passés dans ce journal. Lisez donc son article.

« Les messages israéliens interceptés le 8 juin 1967 ne laissent la place à aucun doute sur le fait que la mission des avions et des lance-torpilles israéliens, alors que la guerre des Six Jours faisait rage au Moyen-Orient, était précisément de couler l’USS Liberty. Je répète : il n’y a aucun doute – aucun – que les IDF (Israeli Defense Forces) avaient pour mission de détruire l’USS Liberty et l’ensemble de son équipage. »

Ancien analyste de la CIA, Ray McGovern

 

Aaron Nelson
10 novembre 2014

Titre original : De nouveaux indices montrent qu’Israël a attaqué le USS Liberty avec pour mission de tuer 294 Américains

Traduction : IlFattoQuotidiano.fr

 

 

 

Jews Upset Over New USS Liberty Documentary

Al Jazeera America diffuse un documentaire accablant pour Israël  « Le jour où Israël attaqua les États-Unis » : tel est le titre du documentaire-choc diffusé par l’antenne américaine de la chaîne d’information Al Jazeera. En 1967, durant la Guerre des Six-Jours, l’armée israélienne simula une attaque égyptienne contre un navire américain. Bilan: 34 morts et 174 blessés.

(…)  Révélation-clé du film : les extraits sonores des échanges entre militaires israéliens -faisant état de la nationalité américaine du navire- durant l’attaque. Informations également inédites : le chantage à l’antisémitisme exercé par Israël contre Johnson (responsable de la fuite de l’info auprès de Newsweek) afin d’étouffer progressivement l’affaire; l’identité des sayanim (collaborateurs étrangers des services secrets israéliens) au sein de la Maison Blanche durant la crise; la tentative israélienne d’amadouer Johnson en affaiblissant la critique croissante de la guerre du Vietnam via le contrôle de certains dirigeants juifs des mouvements pacifistes.

 

• American-Jewish cover-up proved U.S.-Israeli relationship stronger than killing and injuring of more than 200 Americans. By Dave Gahary — Last month, the American arm of the Arabic news network Al Jazeera (More…)

 
Behind the USS Liberty Cover-up

Maidhc Ó Cathail for Consortium News November 12, 2014

“The Day Israel Attacked America,” an investigation into Israel’s deadly June 8, 1967 attack on the USS Liberty at the height of the Arab-Israeli Six-Day War, was aired recently on Al Jazeera America.

Directed by British filmmaker Richard Belfield, the documentary confirms not only that the attack on the U.S. Navy spy ship was deliberate — an undisputed fact long accepted by all but the most shameless Israeli apologists — but reveals, perhaps for the first time, how Tel Aviv was able to induce the U.S. government to cover up an attack that killed 34 and injured 171 of its own seamen by a supposed “ally.”(…)

The documentary’s narrator said declassified Israeli documents now show that “they were going to threaten President Johnson with ‘blood libel’ — gross anti-Semitism — and that would end his political career.”

“Blackmail!” retired U.S. Navy admiral Bobby Ray Inman frankly summed up Israel’s strategy to deal with Johnson. “[T]hey know if he is thinking about running again he’s going to need money for his campaign,” said Inman, who from 1977 to 1981 directed the National Security Agency, the U.S. intelligence agency under whose aegis the USS Liberty had been dispatched to the eastern Mediterranean. “So alleging that he’s blood-libeling is going to arouse the Jewish donors.”

The Israeli government hired teams of lawyers, including close friends of Johnson, the narrator added, and began an “all-out offensive” to influence media coverage of the attack, leaning on them “to kill critical stories” and slant others in Israel’s favor.

“There was a campaign mounted to see what could be done about returning Johnson to his normal, predictable pro-Israeli position,” Hughes said.Continue reading… 

 

Al Jazeera America diffuse un documentaire accablant pour Israël  (…) Peter Hounam, interrogé dans l’extrait visible ci-dessus, est un journaliste d’investigation britannique qui défend la thèse d’un « accord secret entre Israéliens et Américains » pour faire couler l’USS Liberty (avec l’assentiment du président Lyndon Johnson) et imputer l’attaque à l’Égypte, pays alors ennemi d’Israël et allié des Soviétiques. L’homme avait réalisé en 2001 le premier documentaire de qualité sur le sujet : intitulé Dead in the Water et diffusé par la chaîne BBC 4, le film révélait aux télespectateurs l’existence d’un plan top-secret israélo-américain conçu en 1966 et dénommé « Projet Cyanide ». L’objectif: le renversement du président égyptien Gamal Abd-el-Nasser.(…)

(SAMPLE CHAPTER)

 

02/29/2008 Phil Tourney with Mark Glenn, Host Michael Collins Piper, re: Liberty Hour and Jim Ennes, approx 46 mins. CLICK HERE (Source: USS Liberty 2006-2012 Audio interviews ; Complete 2003-2010 Audio Archive + The Liberty Hour)

À propos du vidéo Misssing Links: dans la partie sur le USS Liberty, la parole est donnée à Jim Ennes qui dit que c’est évident que l’attaque était délibérée. Jim Ennes est un cas très particulier: il est incroyablement envieux de Phil Tourney, qui a été trois fois président de l’Association des survivants, alors que lui ne l’a jamais été. De plus Tourney a écrit souvent des articles sur le net et il avait jusqu’à récemment une émission de radio très populaire sur le réseau Republic Broadcasting Network (RBN), consacrée au USS Liberty. Non seulement Ennes est envieux mais il accuse Tourney et tous ceux qui s’associent à lui d’être des “antisémites” “anti-américains”. Vous pouvez le lire par vous-mêmes sur le site de Jim Ennes: http://www.gtr5.com. Il condamne en bloc RBN, le journal American Free Press (AFP, ex-The Spotlight), l’émission de radio du USS Liberty (co-hôte Mark Glenn, excellent auteur-animateur radio), etc. En fait, Missing Links démontre des signes d’antisémitisme non-fondé pourtant Ennes n’a pas cru bon d’inclure Prothink et Missing Links dans sa mise en garde. Ennes invite à se tenir loin de ces gens, pourtant au même moment il était invité des dizaines de fois à l’émission de Daryl Bradford Smith, qui fait maintenant partie de sa liste des méchants antisémites, avec son site iamthewitness.com (The French Connection).

www.gtr5.com: Anti-Semitism and the Anti-American Apologists

The USS Liberty Memorial web site abhors the racist and extreme positions taken by antiSemitic, Holocaust denial, conspiracy theorist and other such groups which often seek to identify with us and to usurp our story as their own. We have no connection with and do not support or encourage support from any of these groups including National Alliance, National Vanguard, The New Order, National Socialists, The French Connection, Liberty Lobby, American Free Press, Republic Broadcasting, USS Liberty Radio Hour, Storm Front or other such groups. We wish harm to no one and encourage social justice and equality for everyone; we seek only accountability for the criminal acts perpetrated against us and can do that without help from hate-mongers.

Ennes a essayé de saboter l’émission du USS Liberty sur les ondes de RBN, or c’était la première initiative à réussir à faire connaître la cause du USS liberty au grand public (plus tard des congressistes comme Cynthia MCkinney y feront référence en lien avec la flotille vers Gaza). Combien savent que James Ennes est un ancien agent des services secrets?

 

 
 
USS LIBERTY, 11 septembre…
Mêmes fauteurs de guerre israéliens, même objectif de Troisième guerre mondiale, même méthode sous fausse bannière.


Sur ce blog:

Les auteurs du récent ouvrage sur la vicieuse attaque israélienne délibérée et non-provoquée contre le USS Liberty, menacés par des agents sionistes

USS LIBERTY : In Memoriam

REMEMBER THE USS LIBERTY!

USS LIBERTY, 8 juin 1967: attaque israélienne sous fausse bannière

Opération « cyanure » – Discours de Phil Tourney, Survivant du USS LIBERTY

L’affaire Lavon et le USS LIBERTY

Attaque israélienne délibérée contre le USS LIBERTY: 42 ans aujourd’hui. Est-ce seulement une coïncidence si l’incident du Musée de l’Holocauste est advenu exactement durant la semaine de l’anniversaire du USS Liberty?

Les US avertissent Israël: un autre USS LIBERTY ? n’y pensez même pas !

David Duke: Terrorisme israélien contre les États-Unis

L’attaque de la Flottille de la Liberté: un miroir du USS LIBERTY

Phil Tourney, survivant de l’attaque israélienne délibérée contre le USS LIBERTY: l’amiral John McCain Sr est responsable du « cover up »

La famille McCain et l’attaque du USS LIBERTY

NADER TACKLES MCCAIN ON MOST COVERED-UP EVENT IN HISTORY

McCain et les guerres pour Israël

John McCain: représentant par excellence des intérêts d’Israël

Un esclave des Bronfman-Rothschild, John McCain, menace Poutine: « Cher Vlad, le #printemps arabe s’en vient dans un quartier près de chez vous »

Le jeu des devinettes: qu’ont en commun Al Capone et la contrebande d’alcool durant la prohibition, Meyer Lansky et l’armement de tsahal, Jack Ruby et l’assassinat de JFK, la production d’anthrax à Grosse-Ile au Québec et la Seconde guerre mondiale, John McCain et Rupert Murdoch, la guerre contre le nationalisme québecois et le nouveau chef des finances du parti Libéral canadien?

« Rothschild du Nouveau Monde »: gibier de potence talmudiste, Edgar Bronfman Sr. en enfer. Son rôle dans la guerre en Irak et quelques autres de ses crimes moins connus

11 septembre: les détails techniques ne sont que des détails, il importe bien plus de savoir qui sont les ultimes responsables et pourquoi ils l’ont fait. Et c’était pas les nazis!

11 septembre et tout le reste: c’était pas les musulmans!

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.