« Je ne suis pas Charlie » (Max Blumenthal & James Kleinfeld, 2015) sur la montée de la réaction philosémite, sioniste (BDS interdit, toute critique bâillonnée) et anti-islam en France. Un autre documentaire complètement ignoré par l’incompétente « Dissidence française », cette distraction par excellence qui prétend « faire le boulot » pour vous… Aucun des médias « dissidents » ne vous informe que Black Lives Matter et le Parti Vert canadien appuient BDS !

C’est que les médias « dissidents » préfèrent dénoncer sans cesse (comme le « dissident » Paul Joseph Watson, comme Eric Zemmour, comme le néocon David Horowitz, comme le candidat présidentiel Ted Cruz et comme les animateurs télé-poubelle Bill O’Reilly et Glenn Beck) le complot de « George Soros qui contrôle tout »–en particulier les groupes militants pour les droits civiques (Black Lives Matter), les écolos et la gauche en général. Théorie du complot dont le champion incontesté est le néocon Frank Gaffney, qui voit des complots islamiques partout, soit dit en passant…

 

Or n’oublions pas

Logiquement, donc, boycotter Israël implique de boycotter aussi cette vaste fumisterie appelée « Dissidence ». Laissons-les regroupés dans leur coin, à gueuler comme des imbéciles pour dénoncer les « illuminati » et George Soros.

 

VIDEO – JE NE SUIS PAS CHARLIE – MAX BLUMENTHAL AND JAMES KLEINFELD

VIDEO – THE REAL NEWS – INTERVIEW WITH BLUMENTHAL

VIDEO – MAX BLUMENTHAL DISCUSSES FILM ‘JE NE SUIS PAS CHARLIE’ (APR. 2016)

Is France Building an Apartheid State? Arabs and Muslims in France have found themselves in a permanent state of exclusion enforced by a regime of increasingly brutal repression. By James Kleinfeld, Max Blumenthal / AlterNet December 8, 2015

Est-ce que la France construit un Etat d’Apartheid ? (Trad. fr.) 9 décembre 2015

 

Voir aussi The Israel Lobby’s Growing Assault on Free Speech (2016)


The Israel Lobby’s Dangerous Agenda for the U.S.: Attack Free Speech and Criminalize Resistance With help from influential liberals, pro-Israel lobbyists push to define resisting Israeli apartheid as hate speech. By Max Blumenthal / AlterNet March 28, 2016

VIDEO – The Real News: The 51 Day War, with Max Blumenthal (Intégration désactivée sur demande)


 

BLACK LIVES MATTER APPUIE BDS :

Don’t Like Black Lives Matter? Get Ready To Lose Young Jews Like Us.

Pro-Israel Groups Smear the Movement for Black Lives for its Solidarity With Palestine Racial justice organizers say they won’t back down in the face of vicious attacks accusing them of « terrorist » sympathies.

In Britain, Black Lives Matter — But Jewish Lives Matter More

Black activists slam Israel lobby attack on Movement for Black Lives

Jewish pro-BDS group unconditionally endorses Black Lives Matter platform

Jewish pro-BDS group endorses anti-Israel Black Lives Matter platform

Explainer: Does the Black Lives Matter Platform Single Out Israel?

Jewish groups outraged after Black Lives Matter accuses Israel of genocide

Black Lives Matter accuse Israël de ‘génocide’ et soutient le BDS

In platform, Black Lives Matter accuses Israel of ‘genocide,’ backs BDS

Black Lives Matter Endorses BDS: Israel is ‘apartheid state’ committing ‘genocide’ Mais pour la gang de Infowars comme Paul Joseph Watson, ceux qui croient à un pouvoir juif hallucinent des choses qui existent pas, et Black Lives Matter est un complot de George Soros. Solution ; boycottez pas seulement Paul Joseph Watson mais aussi Égalité et réconciliation, qui fait de la grosse pub pour cette théorie vaseuse (ils usent de tous les prétextes pour attaquer Black Lives Matter, par exemple ils hésitent pas à diffuser des versions françaises des vidéos de Paul Watson sur le sujet). Attaquer Watson dans les commentaires sur ER pour dénoncer ses attaques contre les « antisémites » anti-israéliens, c’est s’exposer à des attaques de la part de plein de fanboys de Soral…

Black Lives Matter Lost Me With That Israel-Bashing Platform

Black Lives Matter activists claim Israel a brutal ‘occupying’ force

Jewish Allies Condemn Black Lives Matter’s ‘Apartheid’ Platform

Jewish Groups Condemn Black Lives Matter Platform for Accusing ‘Apartheid’ Israel of ‘Genocide’ Since Black Lives Matter took shape in 2013 to protest police killings of African Americans, Jewish groups across the country have struggled to strike the right tone in their responses to the movement.

Stop Being So Arrogant, White Jews. Black Lives Matter Is Not About You.

Boston protestors call on community relations group to retract criticism of Black Lives Matter platform

Jewish Groups Struggle to Both Criticize and Honor Black Lives Matter

Jews Must Fight for Black and Palestinian Freedom as We Fight for Our Own To many in the Movement for Black Lives, Jewish contributions to the civil rights and other liberation movements pale in comparison to the force Jews muster to defend Israel’s indefensible occupation of the Palestinians.

Hundreds of Jews march for ‘Black Lives Matter’ in New York

How Did Black Lives Matter Come To Charge Israel With ‘Genocide’?

What the Movement for Black Lives Teaches Us About the Appeal of BDS

The Jewish Activist Behind the Black Lives Matter Platform Calling Israel’s Treatment of Palestinians ‘Genocide

Black Lives Matter platform author defends Israel ‘genocide’ claim Ben Ndugga-Kabuye says there is a ‘structure of violent deaths that are state sanctioned’; denies ‘special connection’ with Palestinians.

American Jewish leaders grapple with anti-Israel Black Lives Matter

Black Lives Matter will defeat the Israel lobby (because the lobby can’t debate reality)

NeoCon Frank Gaffney: Black Lives Matter Working With ‘Islamic Supremacists’ To Incite Revolution

NeoCon David Horowitz: NBA And Hip Hop Prove That Black Lives Matter Are The Real Racists On croirait entendre les raclures soraliennes…

Torture-Advocate Alan Dershowitz: « Black Lives Matter Is Endangering The Fairness Of Our Legal System ». On croirait entendre la dissidence soral-alexjones-davidduke basher le politiquement correct… Mais non c’est un néocons juif qui parle.

VIDEO – RWW News: Glenn Beck Says Donald Trump Is Creating A Dangerous Black Lives Matter-Type Movement

VIDEO – Glenn Beck:  »Donald Trump Is Building His Own Black Lives Matter Movement! Full Interview 8/17/16

Alan Dershowitz: Black Lives Matter must rescind anti-Israel declaration

In Israel Too, Young Black Men Face Police Racism and Brutality Israel’s police force’s record of brutality and over-policing against Israelis of Ethiopian descent mean, just like their peers in the U.S., young black Israelis are growing up in an atmosphere of fear and intimidation.

Israel Will Deport Black Refugees to Africa Under New Policy

Pro-Palestinian activists accuse Israel of culpability in police slayings of black Americans

Black Nationalists Smeared, by Michael Collins Piper

Un mouvement de défense des noirs émerge en France (Alyssa Garcia) Critiques contre SOS Racisme Les collectifs anti-racistes sont très actifs sur les réseaux sociaux, explique Mehdi Mahammedi, l’un des signataires de la tribune publiée dans Libération pour demander que toute la lumière soit faite sur l’affaire Adama Traoré. «Les associations plus institutionnelles, comme SOS Racisme, ont perdu de leur crédibilité, poursuit-il. Universalistes, elles se détournent des causes particulières, comme la lutte contre l’islamophobie.» Brieuc Cudennec, conseiller à la Mairie de Paris et autre signataire de la tribune, n’est pas d’accord: «SOS Racisme reste une force, une protection pour tous et intervient sur de nombreux sujets de discrimination.»



LE PARTI VERT DU CANADA (GREEN PARTY OF CANADA) APPUIE BDS :

Green Party nominates Israel-critic Jill Stein for president

BDS movement endorsed by Canada’s Green Party

Green Party presidential candidate Stein: End military aid to ‘apartheid’ Israel

Canadian Green Party endorses BDS amid strong objection from leader Many in the party object to the measure, saying it ‘singles out Israelis,’ contains ‘anti-Semitic code words’ and is ‘polarizing’; party leader: ‘the party policy on this issue is a position I can’t support’; member who tabled resolution: ‘We took a brave stand for human rights.’

Les Verts du Canada votent en faveur du boycott d’Israël Lors d’une convention à Ottawa, les membres du parti approuvent le BDS malgré l’opposition de leur leader Elizabeth May

Canadian Green Party Votes to Support Boycott of Israel The resolution was opposed by party leader Elizabeth May, who said the vote was ‘a position that I can’t support.’

Israel Is Foolish to Get Down and Dirty With BDS Government intervention is hardly a recipe for success; Israel is better off leaving the fight against BDS to organizations that know how to do it.

La présidente des Verts canadiens pourrait démissionner après un vote pro-BDS

Greens in crisis as May mulls quitting over BDS vote

Head of Green Party in Canada may resign over vote to support BDS

Elizabeth May could quit as Green Party leader this month ‘Broken-hearted’ May says boycott Israel policy has her on verge of stepping down as leader

Jewish groups livid after Green party passes BDS motion

Sur ce blog:

 

 

 

 

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur « Je ne suis pas Charlie » (Max Blumenthal & James Kleinfeld, 2015) sur la montée de la réaction philosémite, sioniste (BDS interdit, toute critique bâillonnée) et anti-islam en France. Un autre documentaire complètement ignoré par l’incompétente « Dissidence française », cette distraction par excellence qui prétend « faire le boulot » pour vous… Aucun des médias « dissidents » ne vous informe que Black Lives Matter et le Parti Vert canadien appuient BDS !

Palestine: Peace Not Apartheid (2007), New York Times Bestseller. Le livre « négationniste » de Jimmy Carter a soulevé l’ire des organisations juives sionistes et mémorielles

Les organisations juives ne pouvaient attaquer l’ouvrage pour son contenu, alors ils l’ont attaqué pour ce qu’il ne contient pas. Ils l’ont affublé de l’étiquette de « négationniste », parce qu’il raconte l’histoire du foyer juif sioniste en Palestine sans mentionner une seule fois l’Holocauste! (Suivant cette logique, les mémoires de guerre de Churchill, de Gaulle, et bien d’autres, sont forcément « négationnistes » eux aussi.) Mais Carter n’a pas écrit un livre sur Israël et le sionisme en Palestine, il a écrit un livre sur la Palestine! Le crime de la pensée de Carter est d’avoir mis la Palestine et pas Israël au centre de son ouvrage!

Rappelons que Carter n’appuie pas le boycott d’Israël mais seulement le boycott des colonies illégales israéliennes—une position en rien différente de celle de tous les présidents des États-Unis, qui ont toujours (du moins jusqu’à récemment) condamné la colonisation illégale et les implantations illégales israéliennes—mais apparemment, pour le lobby juif, juste ça c’est déjà trop. Pour le lobby juif, cela prouve que Carter est antijuif.

PDF – Jimmy Carter – Palestine: Peace not Apartheid

p.4: Historical Chronology :

Jews Suing Jimmy Carter over Palestine book represented by ‘Dancing Israelis’ Lawyer

Dans The Holocaust in American Life (p.216-224), Peter Novick fait état de la joute en coulisse dans les années 70 entre Jimmy Carter (qui, comme Wiesenthal, voulait élargir la notion d’Holocauste afin d’y inclure au moins 5 millions de victimes non juives—pour un total de 11 millions) et Elie Wiesel (qui tenait catégoriquement à maintenir la spécificité uniquement juive de l’Holocauste). Carter a bien sûr perdu son pari face à Wiesel. Voici un extrait de la lettre que Wiesel a écrite en opposition à Carter:



(WIESEL, Elie. 2010. And the Sea Is Never Full: Memoirs, 1969-…)

 

Michael Collins Piper, The Golem

Chapter Thirteen 

Jimmy Carter’s « Jewish Problem »:
The Not-So-Secret Long-Time War Against Jimmy Carter
by Israel and its Powerful Lobby in Washington

John F. Kennedy was not the only American president to face the wrath of the Israeli lobby in America. As president, and in the years following his four years in the White House (particularly in recent times), JFK’s fellow Democrat, Jimmy Carter, has also been a target of Israel and its powerful advocates on American soil. And now, the Israeli lobby is mad at Jimmy Carter—yet again. The former president—a winner of the Nobel Peace Prize—is under fire from the Israeli lobby for comments he made in a new book focusing on the Palestine problem.
The title of Carter’s book alone inflamed friends of Israel. Carter’s use of the term « apartheid » in the title Palestine: Peace Not Apartheid effectively compares Israel’s ongoing treatment of the Christian and Muslim Palestinian Arabs to the former policy of racial separation (known as « apartheid ») in South Africa, long since dismantled.
And as anyone who has followed the mass media at any given time during the last 50 years knows full well, the concept of « apartheid » has never had a favorable review. So Carter’s use of the term to describe Israel’s policies is a pointed one and it sparked heated frenzy in pro-Israel circles.
In his book, the ex-president also pointed a finger at the influence of the Israeli lobby, saying, « Because of powerful political, economic, and religious forces in the United States, Israeli government decisions are rarely questioned or condemned. » This comment alone was angrily condemned by Zionist voices as reflecting an old-fashioned « anti-Semitic-conspiracy theory. »
Carter also riled supporters of Israel by suggesting that « Israel’s continued control and colonization of Palestinian land have been the primary obstacles to a comprehensive peace agreement in the Holy Land. »
Speaking on behalf of a high-level clique of Democratic Party fundraisers focus on generating Jewish campaign contributions to the party’s coffers, U.S. Congressman Steven J. Israel, a glib New Yorker with presidential aspirations, denounced Carter, attacked the Palestinians and added that the Nobel Peace Prize winner’s concerns don’t reflect the direction of the Democratic Party. « It reflects the opinion of one man, » asserted Israel.
This is not the first time that the former president has come under fire for his criticisms of Israel. Following the most recent Israeli assault on Lebanon, Carter upset Israel’s partisans when he said, « I don’t think Israel has any legal or moral justification for their massive bombing of the entire nation of Lebanon. »
But the truth is that Carter’s problems with Israel and its American lobby go back to virtually the earliest days of his presidency—a point that many Americans have never really understood. In fact, as far back as March 2, 1978, little more than a year after Carter was sworn in as president, The Wall Street Journal was already noting that even though Carter had just won 75% of the Jewish vote in the presidential election, « various events and occurrences » in Carter’s administration had « disturbed Jews. » The Journal pointed out that many key leaders in the American Jewish community were « rethinking their commitment to Jimmy Carter » and that some were even « talk[ing] privately about a betrayal’ [of Israel by Carter]. » The article in the Journal was titled, quite directly, « Jimmy Carter’s Jewish Problem. »
The American Zionists were disturbed that Carter had put pressure on Israel to stop colonizing occupied Arab territories and had made the decision to sell advanced warplanes to Egypt and Saudi Arabia. Carter had also dared to use the term « homeland » in reference to Palestinian aspirations—something that, in those days (and even still)—was considered a major offense to Israel’s geopolitical demands upon the world.
Citing the harsh words about Carter by several top Jewish Democrats, the Journal said that this criticism « could mean a great deal, » pointing out that San Francisco developer Walter Shorenstein, one of the Democratic Party’s major fundraisers—and a well-known supporter of Israel—had gone so far as to ask: « Is Israel being sold down the river by [the Carter] administration? »
These questions were being raised as early as 1978, as noted, and by the spring of 1980, when Carter was seeking renomination and re-election, the war against Carter by Israel and its partisans was well under way. Things were so bad, from Carter’s perspective, that—according to veteran journalists Andrew and Leslie Cockburn—Carter was heard to tell senior political advisors in a private meeting in the family quarters of the White House that « If I get back in, I’m going to fuck the Jews. »
According to the Cockburns, writing in a little-noticed passage in their 1991 book, Dangerous Liaison: The Inside Story of the U.S.-Israeli Relationship, Carter’s anger at Israel and its American supporters stemmed not only from increasing attacks on Carter from that corner, but, in particular, from the fact that Carter had discovered—through intercepts made available to him by the National Security Agency—that Israeli Prime Minister Menachem Begin was interfering in American domestic political affairs. Begin had been overheard advising New York Mayor Ed Koch on how to undermine Carter’s reelection hopes.
In fact, Koch later went on to endorse Carter’s Republican challenger, former California Gov. Ronald Reagan, whose own early rise in both the entertainment industry (and later the political arena) came as a consequence of his close relationship with financial forces and organized crime interests who were prime movers behind the Israeli lobby in America. For more on Reagan’s little-known criminal Zionist connections— something not discussed in the mass media—see the shocking new book, Supermob, by investigative journalist Gus Russo.
In addition, former Secretary of State Henry Kissinger—who became a key advisor to the Reagan campaign (and later the Reagan White House, just as he advises George W. Bush today)—was huddling with the Israeli ambassador to the United States, urging Israel to « organize forces in the U.S. and Israel » against Carter.
In the end, with Israeli lobby forces and financial contributors coalescing at the highest levels around Reagan, Carter was dislodged from the White House. Since then, Carter has won many accolades for his frank talk about the Middle East, defying the mass media and the Israeli lobby in the process.
As a consequence of his forthright criticisms of Israel, Carter has even been branded a « Holocaust denier. »Yes, that’s the formal word from a professor of religion touted by the mass media as the world’s leading authority on « who’s a Holocaust denier and who isn’t. » No less than Deborah Lipstadt—a hard-looking, mean-tongued agitator ensconced at Emory University in Georgia—announced in a commentary in the Jan. 20, 2007 issue of The Washington Post that the former president was guilty of Holocaust denial.
Let it be noted, though, that Lipstadt didn’t say directly that « Jimmy Carter is a Holocaust denier, » but she did accuse him, in her specific words, of « almost ignoring the Holocaust, » and noted that this was « minimalization of the Holocaust, » which, she asserted, « gives inadvertent comfort to those who deny its importance or even its historical reality, in part because it helps them deny Israel’s right to exist. »
In fact, the most cursory review of Lipstadt’s book, Denying the Holocaust—in which she defines « Holocaust denial »—indicates that, in Lipstadt’s definition, « minimalizing the Holocaust » is indeed a key facet of Holocaust denial. So Lipstadt was saying that Carter was indeed a « Holocaust denier. »
The record shows that Lipstadt not only includes questioning the numbers of Jews who died in World War II to be a form of « Holocaust denial, » but she also even includes questioning whether Germany bore primary guilt for instigating World War I—that’s the first world war, not World War II—to be a form of denying the Holocaust. Now Carter has been thrown in the briar patch for his literary indiscretion of not having given the Holocaust the recognition Lipstadt claims it is due.
Lipstadt—like many in the leadership of the organized Jewish groups in America—was angry about Carter’s aforementioned book, Palestine: Peace Not Apartheid, and in her commentary in the The Washington Post, Lipstadt let loose with her rantings against Carter.
Among other things, Lipstadt alleged that Carter « has relied on anti-Semitic stereotypes in defense » of his book and in his responses to his critics and that Carter had « repeatedly fallen back on traditional anti-Semitic canards. » Lipstadt noted that Carter « reflexively fell back on this kind of innuendo about Jewish control of the media and government, » although, Lipstadt added gratuitously, as if to sound « objective, » that perhaps it was « inadvertent » on the part of the former president.
Before Lipstadt added her two cents, Carter had (as we have seen) already been repeatedly tarred as an « anti-Semite » who was promoting « anti-Jewish conspiracy theories, » but it was Lipstadt who introduced the « H » word into the angry frenzy over Carter’s book, which—despite the opposition, or perhaps precisely because of it—ended up on The New York Times best-seller list for weeks.
Lipstadt was not the only big name hitting Carter. Abe Foxman, chief of the Anti-Defamation League (ADL) of B’nai B’rith—the powerful lobby for Israel and a de facto arm of Israel’s intelligence service, the Mossad— slammed what he called Carter’s « anti-Israel bias. »
The ADL published full-page advertisements accusing Carter of « propagating myths about Jewish power. » Foxman said that it is « particularly disturbing and dangerous that someone like Jimmy Carter » is contributing to an atmosphere in which, Foxman contended, « anti-Jewish conspiracy theories » were rampant. Carter’s remarks, in defense of his book from attacks by Jewish organizations, according to Foxman, were « playing with fire. »
Amazingly, despite Carter’s efforts to assure the Jewish community that he was not a Jew-hater, including a public address at Brandeis University where he said that he had erred in using language in his book suggesting that he believed the Palestinians were justified in using terrorism to strike back at Israel for its misdeeds, the Jewish Telegraph Agency reported to Jewish readers all across America and around the world that Carter « did little to assuage many of the critics. »
To add insult to injury, high-powered international political consultant Jennifer Laszlo Mizrahi—founder of the Israel Project and a longtime figure in the Zionist Organization of America—published a blistering attack on Carter saying that he practiced « reverse discrimination » because he favors the darker-skinned Christian and Muslim Palestinians over the « light-skinned » Jews of Israel. Mizrahi even complained that Carter had supported—as she described him— »the dark-skinned President Hugo Chavez »—for president of Venezuela over « a better-qualified and more experienced light-skinned candidate. »
According to this Zionist spokeswoman—who has been hailed by Forward, a distinguished Jewish newspaper, as one of the 50 most powerful Jewish Americans—Carter was supposedly practicing this « reverse discrimination, » as a way to  » [purge] himself before his God from the racist sins of his youth. »
The very idea that a Zionist leader would accuse Carter of anti-white racism demonstrates how hysterical Carter’s critics have become. And the truth is that the ranks of eminent Jewish Americans who have added Carter to their enemies list continues to grow day by day.
The irony is that Carter’s book is hardly the anti-Semitic screed those critics suggest. If anything, Carter is only saying what he has been saying—and what millions upon millions of well-meaning people have been saying—for years: that Israel should stop oppressing and discriminating against the Muslim and Christian Palestinians and that Israel should return to its official pre-1967 borders. And that is hardly calling for Israel to be wiped off the map, as many of Carter’s critics are implicitly suggesting he advocates.
That a former United States president—who remains highly regarded internationally and who is admired by many Americans for his candor—is now speaking out so forcefully regarding Israel’s misdeeds (and of its malign influence, through its American lobby, on the conduct of U.S. foreign policy making) is a positive development indeed.
However—like JFK before him—Jimmy Carter faces strong opposition. And it is worth noting, too, for the historical record, that yet another Democratic president (no less than Bill Clinton) very clearly ran afoul of Israel during his presidency. In the chapter which follows we will examine Bill Clinton’s own « secret war with Israel. »[END OF CHAPTER]

 

Michael Collins Piper
Carter se dit d’accord pour le droit au retour des juifs en Palestine, mais demande: à quand un droit égal accordé aux Palestiniens de revenir sur les territoires d’où ils ont été chassés par Israël?

Jimmy Carter: Netanyahu has Abandoned Two-state Solution in Favor of Greater Israel
Jimmy Carter says Netanyahu has turned his back on peace
Jimmy Carter Blames Netanyahu for ‘Zero Chance’ of Two-State Solution

En fait Carter est très conciliant lorsqu’il demande à Israël de revenir à ses frontières de 1967, car cela leur laisserait une portion de territoire considérable. Mais pour Israël, ce sont les « frontières d’Auschwitz »–c’est l’Inconcevable qui menace de se reproduire encore une fois! (« Never Again! »)
Bibi: the 1967 lines are ‘Auschwitz Borders’ By Frank Dimant CEO, B’nai Brith Canada
Once again, the United States is applying significant pressure on Israel to advance the Middle East peace process. Not satisfied with Israel’s freeing of over a hundred Palestinian terrorists with blood on their hands, Israel is called upon, once again, to accept the 1967 armistice lines, better known to informed Mideast observers as the “Auschwitz Lines”, as the basis for a starting point to the peace talks.
Ceux que le PDG de la B’nai Brith appelle « des observateurs informés », c-à-d ceux qui qualifient les vieilles frontières israéliennes de 1967 de « frontières d’Auschwitz », ce sont LES POLITICIENS ET ANALYSTES SIONISTES ISRAÉLIENS LES PLUS EXTÉMISTES! C’est connu dans la société israélienne que ceux qui tiennent ce discours en Israël ce sont les politiciens les plus à droite (incluant également plusieurs analystes qui se disent « de gauche » mais qui suivent quand même les idées radicales pro-colonisation normalisées par la droite).

Jimmy Carter condamne Israël et appelle Washington à reconnaître Hamas

Recognize Hamas as legitimate ‘political actor’: Jimmy Carter (JNS.org) – The United States and the European Union should recognize that the Hamas terrorist organization “is not just a military but also a political force,” former US president Jimmy Carter wrote in article published by Foreign Policy magazine last Tuesday.
“Hamas cannot be wished away, nor will it cooperate in its own demise. Only by recognizing its legitimacy as a political actor – one that represents a substantial portion of the Palestinian people – can the West begin to provide the right incentives for Hamas to lay down its weapons,” Carter stated in an opinion piece co-written with former Irish president Mary Robinson.
While the authors acknowledged Hamas’s “indiscriminate targetting” of Israelis, they focussed their criticism on Israel during the latest conflict.
“There is no humane or legal justification for the way the Israel Defence Forces are conducting this war,” they wrote. “Israeli bombs, missiles and artillery have pulverized large parts of Gaza, including thousands of homes, schools, and hospitals.”
Carter has been criticized by many in the Jewish community for his 2006 book Palestine: Peace Not Apartheid, which criticizes Israel’s presence in the West Bank. Carter has also been criticized for meeting with Hamas officials and calling for an end to the blockade of Gaza.

President Carter: Israel – Not Hamas – Is to Blame for War Says Failure to Recognize Hamas Is the Core Problem

Jimmy Carter: ‘Being Called Worst President Is a Compliment Coming from Warmonger McCain’

Obama’s real problem with Netanyahu The White House views Netanyahu as a foot soldier in the service of the extreme-right branch of the Republican Party. They long ago came to the conclusion that Sheldon Adelson – the casino magnate who blew $100 million on his efforts to oust Obama – does not work for Netanyahu, but rather Netanyahu works for Adelson. (…) The problem is that Netanyahu has become a domestic political enemy of the president and his party. This is a misstep of historical proportions, as it places Israel outside of the American consensus for the first time since the 1950s. This is also a problem in practical terms. Supposing the Democrats hold on to Senate control – the White House will remember where the Israeli government had positioned itself in this battle. Supposing the Democrats cede control of the Senate – the president would lose his grip on domestic issues, and focus on foreign affairs, as many of his predecessors have done. Thus Israel would meet Obama again, this time as wounded president. After all, it has happened to us in the past, with a certain Jimmy Carter.

Jew-Hater Jimmy Carter Announces ‘Cancer Spread to My Brain’ and Then Attacks Israel Again, By Shlomo« Cancer punishes those who support Palestinians »

NEWSMAX – Jimmy Carter: From Nobel Prize to ‘Terrorist’ Ties

Who is Jimmy Carter but a thorn in Israel’s side? Now that you see Jimmy Carter’s close association with the United Nations, would you feel comfortable inviting him into your own home? Would you trust his “wisdom” and his ideas for “peace?” For a man of God to associate with such Godless an entity as the United Nations, an entity designed to govern Henry Kissinger’s description of the coming new “World Order,” is troubling indeed and down right scary. May God bless Israel. May God bless Benjamin Netanyahu for his strength and courage for standing against evil.
Selon certains commentateurs juifs israéliens néocons, comme Earl Cox (JPOST), partisan de Bibi Netanyahou, Carter ferait partie du grand « complot unusien »! Voilà un cas patent d’inversion typique du complotismes néocon, obsédés par l’Onu et l’islamogauchisme.

Better Not Mention Palestine  New No. 1 Rule in Hollywood: Don’t utter the “P” word if you want to keep your career alive, by Michael Collins piper

Sur ce blog:

Des rabbins jugent que le cancer de l’antijuif Jimmy Carter est une punition divine pour ses péchés contre Israël et les juifs

Le jeu des devinettes: qui a dit « Si je suis réélu, je vais foutre les Juifs »?

Carter: « Les Palestiniens sont traités comme des animaux »

Jimmy Carter révèle qu’Israel a 150 armes nucléaires

France et Angleterre: la gauche antijuive? En Angleterre, une purge des « éléments antijuifs » du parti Travailliste (Labour) est exigée par les organisations juives, dans le cadre d’une tentative de putsch contre le chef du Parti, Jeremy Corbyn. En France, le gouvernement socialiste est accusé par les extrémistes juifs de cautionner le « négationnisme » de l’Unesco; Guillaume Weill-Raynal démontre la malhonnêteté des accusateurs.

Les nouveaux « nationalistes » vont tomber en amour avec le projet de Bibi: entourer Israël de hautes clôtures pour protéger la cité et sa haute culture contre les hordes barbares d’animaux sauvages. Comme disait Zemmour, « ça ne me gêne pas ». Bibi pourra citer l’exemple de Calais pour se justifier et narguer l’Europe.

Bibi l’a dit et ceux qui voient des complots partout sont d’accords: c’est toujours la faute des nazis! Pour les complotistes Israël est nazi, pour Bibi c’est la Palestine et les arabes musulmans qui sont nazis. Pour les complotistes Hitler a créé Israël grâce à la Shoah, pour Bibi la Palestine veut envoyer Israël aux fours dans une seconde Shoah…

La colonisation des consciences américaines: La guerre médiatique israélienne aux États-Unis. Vostf de « The Occupation of the American Mind » (Eng Sub 2016). Narré par Roger Waters, l’homme que le lobby juif pro-israélien qualifie de « leader du mouvement antijuif mondial ».

En Israël, traiter ses ennemis politiques de « nazis » est chose courante, voire banale. Ce qui n’empêche pas les extrémistes d’être plus que jamais réellement en train de s’emparer du pouvoir.

Les archives états-uniennes de sécurité nationale déclassifient 50 documents révélant qu’Israël, pour obtenir la bombe atomique, a dû mentir effrontément à l’administration Kennedy résolument opposée à la course à l’armement nucléaire et chimique au Moyen-Orient

Le grand rabbin Yitzhak Yossef, fils du célèbre défunt grand rabbin Ovadia Yossef, rappelle qu’en principe les non-juifs ne devraient pas pouvoir vivre en Israël, et cautionne l’assassinat préventif des « terroristes », les controversés assassinats extrajudiciaires d’Israël dénoncés même par les États-Unis. Loin d’être une anomalie, ce type de discours témoigne–au même titre que la ségrégation dans les maternités–du racisme de l’ensemble de la société israélienne.

Encore un coup des médias antijuifs? Le grand complot antijuif est partout, jusque dans le journal télé de France2 et son reportage sur BDS selon Roger Cukierman, même jusque dans les scandales de Dominique Strauss-Kahn et de Laurent Fabius (sang contaminé) selon Bernard-Henri Lévy

L’Europe et surtout la Suède antijuives? L’Union européenne condamne les colonies illégales israéliennes, permet l’étiquetage obligatoire de leurs produits. Tout est en place pour le faux Armageddon prophétisé par le sionisme chrétien, prédisant l’avènement d’une Europe antijuive faisant la guerre à Israël.

Un sénateur a déclaré en 2002 devant le Congrès états-unien que les attaques du 11 septembre étaient une punition divine visant les États-Unis pour avoir été trop durs et exigeants envers Israël. Il critiquait l’administration Bush qu’Israël trouvait trop proche des pétromonarchies arabes et qui posait à Israël des « conditions inacceptables », comme le rappelait l’ancien général du renseignement pakistanais Hamid Gul, récemment décédé, qui dénonçait le Mossad et la CIA comme véritables auteurs du 11 septembre. Certains demandent: le 11 septembre était-il une « surprise de septembre » israélienne pour Bush? Le mouvement pour la vérité du 11 septembre est une imposture! En posant ex cathedra le dogme de l' »Inside Job » il a défini les paramètres du débat: ou bien vous croyez la version gouvernementale (« officielle »), ou bien vous dites que c’était un complot de l’État américain (« Inside job », un concept de Jared Israel), mais surtout ne dites jamais que c’est Israël! « BLAMEZ BUSH, CHENEY OU UN VAGUE « ÉTAT PROFOND », MAIS SURTOUT NE BLAMEZ JAMAIS ISRAËL! TOUT LE MONDE SAUF ISRAËL! »

L’administration Obama antijuive? Israël dénonce les propos de l’ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapiro, qui s’inquiète du « deux poids deux mesures » systématique d’Israël dans son traitement des droits des juifs et des non-juifs dans les territoires occupés. (En référence aux récentes violences de colons juifs envers des Palestiniens.) Le département d’État renchérit en décidant que l’étiquetage obligatoire des produits des colonies illégales est acceptable et n’est pas synonyme de boycott.

ENCORE UNE FOIS… Pire qu’en 2012, la dépopulation de la Palestine va bon train… Châtiments collectifs contre les Palestiniens: conséquence de la culture de haine en Israël et de sa dissimulation par le puissant lobby pro-israélien international. Israel sera-t-il récompensé du Nobel de la paix? Le parrain Netanyahou « prévient » les Français que les terroristes vont frapper chez eux s’ils continuent à tolérer les manifestations « pro-Hamas »… Jimmy Carter, considéré antijuif pour son livre PALESTINE–PEACE NOT APARTHEID (qui a scandalisé la communauté juive pour avoir omis d’y mentionner la divine Shoah!!), accuse Israël de ne pas reconnaître le Hamas comme un acteur politique légitime.

De l’incohérence d’attribuer à Adolf Hitler et à l’Holocauste la paternité de l’État juif en Palestine: la « mémoire de l’Holocauste » n’a pris d’assaut la psyché américaine que dans les années 1960-70, dans la foulée du procès Eichmann et des guerres israéliennes. Les Sionistes les plus influents de l’époque ont eu grand peur que l’extermination des juifs d’Europe sonne le glas du sionisme. Quel intérêt peut-il y avoir à systématiquement assimiler le sionisme aux nazis? À faire croire que c’est toujours la faute aux nazis? Et à qui cela profite-t-il?

Bébé palestinien brûlé vif par des colons israéliens: Israël forcée de dénoncer le terrorisme juif, tente hypocritement de nous faire oublier le massacre de milliers de civils palestiniens, incluant femmes et enfants, commis par l’armée israélienne dans les dernières décennies. Des politiciens israéliens condamnant le racisme et le terrorisme juif menacés de mort par des juifs extrémistes.

Dans la série des terroristes juifs dont vous n’avez jamais entendu parler… L’organisation terroriste juive Honenu, qui prétend « défendre les Israéliens face aux agressions arabes », a-t-elle mis le feu à l’Église de la Multiplication à Jérusalem? Des suspects interpelés. Imaginez si c’étaient des arabes palestiniens ou des musulmans! Pendant ce temps, la United Church of Christ aux États-Unis rejoint le mouvement de boycott d’Israël

Hormis les médias juifs ou pro-palestiniens, personne ne parle du rapport américain déclassifié en février dernier confirmant l’existence du nucléaire israélien

Pire que la menace iranienne: la menace du boycott anti-Israël! Après la réunion secrète d’urgence organisée par le milliardaire juif Sheldon Adelson (parrain des Républicains) sur la menace que BDS représente pour les juifs, les puissants milliardaires juifs Adelson et Haim Saban (parrain des Démocrates) mettent en garde contre le « tsunami d’antisémitisme » qui suivra inévitablement la montée du mouvement BDS

Les médias européens antijuifs? Un reportage d’Arte lève le voile sur le combat politique et terroriste du messianisme juif extrémiste

La télé publique américaine antijuive? Dans la tête de Bibi Netanyahou le psychopathe : un nouveau documentaire de PBS décrit son obsession de l’éternel retour de la Shoah et de la menace nazie, et explique comment il a réussi à faire rendre la paix impossible et à s’aliéner la quasi totalité de la planète, incluant même son plus grand allié officiel, les États-Unis.

Avant de parler de boycott anti-Israël, une mise au point s’impose concernant le boycott des non-juifs par Israël

Héritage colonialiste oblige: malgré le changement de gouvernement le Canada maintient sa position et restera le meilleur ami d’Israël. Chacune des 6 résolutions de l’Onu contre Israël rejetées par le Canada.

Rappel: quand Lee Whitnum faisait trembler le lobby juif en traitant des membres du Congrès de « prostituées pour l’AIPAC » (lobby juif israélo-américain)

David Brog, le nouveau leader juif anti-BDS choisi par le milliardaire juif Sheldon Adelson, est le directeur de l’organisation sioniste chrétienne du télévangéliste John Hagee: Christians United For Israel

Pendant que le gouvernement canadien de Stephen Harper envisage une loi protégeant l’État juif contre les méchants boycotteurs, le milliardaire Sheldon Adelson, soi-disant « juif le plus riche du monde », magnat des casinos connecté au crime organisé, parraine la formation du nouveau gouvernement de Netanyahou comme il parraine (et contrôle) le parti républicain états-unien. Le nouveau gouvernement Netanyahou et le parti républicain d’Adelson sont à ce point identiques – judéomaniaques et anti-arabes, contre l’Iran, la Palestine et l’Irak – qu’on jurerait qu’ils ont été séparés à la naissance… L’Israélienne qui incitait publiquement à « tuer les mères des Palestiniens » est nommée ministre de la justice. Le ministre israélien qui avouait publiquement n’avoir « aucun problème à tuer des Arabes » devient ministre de l’éducation.

« There Will Be A Hot Time In The Old Town Tonight! » Un projet de film de Michael Collins Piper, en réponse à l’abject « Inglourious Basterds » de Tarantino

Médias antijuifs? Sur les ondes de C-Span2, l’ex-agent du Mossad Victor Ostrovsky lève le voile sur l’influence du Mossad dans la politique étatsunienne

Médias juifs antijuifs? Selon Enderlin (France 2 à Jérusalem), cible favorite des extrémistes juifs, Israël tombe aux mains d’extrémistes juifs religieux alliés à la droite radicale pendant que la gauche plie bagage… Israël veut devenir une superpuissance pour conquérir le monde. Le documentaire de Charles Enderlin « Au nom du Temple », basé sur son livre, maintenant disponible sur youtube

Vers une Seconde Révolution américaine? Les administrations Obama et Netanyahou à couteaux tirés… boycott du discours de Netanyahou au Congrès par plus de 50 Démocrates, menaces, accusations de mensonge sur la place publique… Une première dans l’histoire des relations entre les États-Unis et Israël

L’ONU: antijuif et anti-américain? Une nouvelle résolution onusienne contre la militarisation de l’espace rejetée exclusivement par Israël et les États-Unis

La France antijuive? L’Europe antijuive? La gauche antijuive? Des hommes politiques français réagissent aux pressions des organisations juives. Roland Dumas : « Les États-Unis et Israël commandent la politique étrangère française. » Jean Glavany au « porte-parole du Likoud » Meyer Habib : « Parfois je me demande si vous êtes du Parlement français ou du Parlement israélien. » 339 députés français traités de nazis par des manifestants de la LDJ pour avoir voté une motion symbolique en reconnaissance d’un État palestinien. La mosquée d’Al-Aqsa régulièrement assaillie par des hordes de colons israéliens en colère sous protection policière israélienne, attisant la violence des deux côtés. Israël au fond n’a pas peur d’une Troisième Intifada, il la souhaite.

Médias juifs anti-juifs? La chaîne NBC révèle qu’un Israélien sur deux souhaiterait qu’une lettre contenant le virus Ebola soit envoyée au président Obama pour son anniversaire

Dans ses mémoires intitulées « Diary of a Foreign Minister », l’ancien ministre australien des affaires étrangères, Bob Carr, dénonce la domination malsaine du lobby juif sioniste international sur les affaires étrangères

Le groupe Stern (Lehi) a tenté d’assassiner le président Truman; selon Victor Ostrovsky le Mossad a déjà tenté de tuer le président George Bush, qui disait « Je ne suis qu’un petit homme isolé qui se bat contre la puissance politique d’un millier de lobbyistes du Capitole »

« Kerry a déclaré la guerre à Dieu! » Menaces de mort contre Kerry-Haman: c’est pas des musulmans! Les antijuifs de plus en plus décomplexés inquiètent… Mais qu’en est-il des menaces de mort à peine voilées proférées impunément par des juifs contre des hommes d’État?

Soulignons la semaine internationale de l’Apartheid israélien | Un documentaire dérangeant demande: Israel qui vit de ses ventes d’armes (testées sur des Palestiniens) a-t-il intérêt à faire la paix avec ses voisins? Qu’en pense le producteur hollywoodien ex-agent du Mossad et plus grand trafiquant d’armes israélien Arnon Milchan?

« Tout le monde est antijuif — à part les sionistes. » Plus israélien que les Israéliens, Harper resserre les liens de famille (pour ne pas dire incestueux) entre les États colonialistes et tentaculaires du Canada et d’Israël. Même les médiats juifs israéliens (comme le Jerusalem Post) sont restés bouche-bée de voir Harper s’abaisser à ce point, ne trouvant pas l’ombre d’une critique à formuler à l’endroit des politiques israéliennes

À quand une purge mondiale des individus considérés anti-juifs? Assassinats extrajudiciaires et menaces de mort d’Israël contre ses ennemis perçus ; l’Iran dit avoir reçu une enveloppe portant le sceau d’Israël contenant des insectes morts accompagnés d’une lettre menaçant les « ennemis d’Israël » d’extermination au moyen d’armes biologiques (virus)

Le cancer de la présidente de l’Argentine et le nouveau pape que Chavez aurait certainement démasqué

Chavez n’est plus: les nationalistes et les socialistes du monde entier savent à qui profite la mort de ce grand homme

Chavez maudit l’État juif

Ahmadinejad, Chavez et Kadhafi

Chavez menacé par Israël

L’avocat de la torture Alan Dershowitz convainc Obama d’empêcher un discours de Jimmy Carter à la convention Démocrate (2008)

Seconde liste d’antisémites

Première liste d’antisémites

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur Palestine: Peace Not Apartheid (2007), New York Times Bestseller. Le livre « négationniste » de Jimmy Carter a soulevé l’ire des organisations juives sionistes et mémorielles

51 Documents : Zionist Collaboration with the Nazis (L. Brenner, 1983). Un des rares livres sérieux pour comprendre de manière juste l’histoire réelle des relations entre sionistes et nazis, selon Michael Collins Piper. Relations qui ont pris fin dès 1936, rappelons-le.

Du même auteur, voir aussi :

PDF – Zionism in the Age of Dictators

Plus près de notre point de vue, ne pas manquer:

PDF – The Transfer Agreement and the Boycott Fever 1933

et

Pour des explications en français:

Du mythe des « nazis pro-Israël » et de ceux qui voient des complots partout…

 

Voici la traduction française d’un extrait du chapitre 3 (« Zionism is Judaism: The Foundation for a Global Jewish Imperium ») du livre de Michael Collins Piper THE NEW BABYLON: Those Who Reign Supreme, dans lequel il identifie les deux livres de Brenner comme des références sérieuses sur le sujet (contrairement au sensationnalisme tellement répandu sur internet):

Pour le moment, cependant, nous devons faire une digression critique, en explorant la relation largement discutée entre l’Allemagne nazie et le mouvement sioniste. Cela a fait l’objet d’une telle quantité de mésinformation et de désinformation délibérée, propagée la plupart du temps par des gens bien intentionnés qui n’ont rien saisi de l’ « image d’ensemble ».
Tandis que certains ont souligné à juste titre que—pendant les premières années du régime nazi d’Adolf Hitler à tout le moins—le gouvernement allemand a collaboré avec des éléments du mouvement sioniste en Allemagne et ailleurs, ce point reste très mal compris, mal interprété.
Certaines personnes plus naïves et impressionnables ont déclaré que c’était la preuve que « Hitler était un sioniste » et que l’objectif central derrière la création du Troisième Reich était de conduire à la Shoah, pour qu’ensuite l’état sioniste puisse naître des cendres des morts. C’est une thèse bien vivante, mais qui résulte surtout d’une forte imagination couplée à un engrenage fantastique et fantaisiste d’une grande variété de forces et d’événements, pas nécessairement reliés entre eux, tombant en place l’un après l’autre pour réaliser l’objectif final: un État sioniste.
Bien qu’effectivement le régime national-socialiste en Allemagne ait d’abord formé des liens de collaboration ténus avec les sionistes en Europe et en Palestine, voyant cela comme un moyen idéal pour convaincre et pousser les Juifs à quitter l’Europe, ces liens se sont généralement désintégrés, pendant que les Allemands se rendaient à l’évidence, en temps de guerre, que la collaboration avec les Arabes antisionistes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient était beaucoup plus productive et profitable aux objectifs allemands. Alors, bien qu’il soit vrai que les Allemands ont collaboré avec les sionistes, cette affaire a été largement exagérée par des gens qui ne veulent pas ou qui sont tout simplement incapables de voir l’image géopolitique d’ensemble—autrement plus importante.
Remarquons également que nombre de ceux qui ont adopté la position selon laquelle « Hitler était un sioniste » ont souvent tendance à être des individus—aussi bien intentionnés qu’ils soient—qui évoquent cet argument afin de « prouver » qu’ils ne sont pas « antisémite », comme pour dire « Eh bien, même si je suis un critique d’Israël, je ne suis pas « comme Hitler », puisque, après tout, c’est Hitler qui a contribué à créer l’État d’Israël. »
Ceux qui disent cela ne parviennent pas à comprendre que l’élite du pouvoir juif et le mouvement sioniste se moquent de cette prise de position et considèrent toute personne qui ne ferait même que flirter avec cette théorie comme étant tout aussi mauvaise que ceux et celles qui sont des critiques ouverts, purs et simples, d’Israël, du sionisme et de l’agenda juif.
Les études les plus responsables sur la collaboration allemande-sioniste se trouvent dans les ouvrages de Lenni Brenner, un marxiste américain né juif orthodoxe, dont les ouvrages Zionism in the Age of Dictators et son plus tardif 51 Documents: Zionist Collaboration With The Nazis, remettent correctement la question dans son contexte. Cela n’a pas empêché les sensationnalistes de tordre la vérité.
Il y a aussi la légende selon laquelle « les banquiers juifs » ou « les banquiers sionistes » (expressions souvent utilisées interchangeablement) auraient financé Hitler. Cela n’est pas vrai.
James Pool, dans son ouvrage faisant autorité Who Financed Hitler? démontre le contraire.
Certes, un financier juif en Allemagne a donné de l’argent au parti nazi— avant la montée au pouvoir d’Adolf Hitler—mais ces fonds étaient destinés à aider l’opposition anti-Hitler à l’intérieur du parti, afin de stopper Hitler. Mais en dépit de ce fait, certains «patriotes» prétendent encore que « les Juifs ont soutenu Hitler ».
Plusieurs parmi ceux qui croient en de tels non-sens citent un document qui est un fraude flagrante d’origine obscure intitulé Hitler’s Secret Backers, soi-disant écrit par un certain « Sidney Warburg », l’un de ces « banquiers juifs. » Mais ce document, comme nous l’avons dit, est une fraude.
Le livre Wall Street And The Rise Of Hitler, de feu Dr. Antony C. Sutton, fait la promotion de cette théorie basée en partie sur le canular Warburg, et contribué à établir ce mythe durablement—au plus grand mépris de la vérité.
Des banques et des sociétés américaines ont effectivement travaillé avec le régime hitlérien, le plus souvent dans la suite des arrangements financiers remontant à des décennies, mais il cela ne faisait partie d’aucune conspiration pour mettre Hitler au pouvoir. L’affirmation selon laquelle la famille Bush aurait contribué à la montée d’Hitler est un autre mythe.
Kevin Phillips—nullement un admirateur de la dynastie des Bush—examine les circonstances réelles entourant le scénario Bush-Hitler dans son livre, Americain Dynasty: Aristocracy, Fortune, And The Politics of Deceit In The House Of Bush, et les met en perspective.
Une autre affirmation insensée—selon laquelle Hitler et la plupart des dirigeants nazis étaient en fait Juifs ou en partie juifs—a son origine principale dans un travail quasi impénétrable et tout à fait bizarre intitulé Adolf Hitler: Founder of Israel.
Malheureusement, à l’âge de l’Internet, ce volume, dont la plupart de ceux qui le citent ne l’ont jamais réellement lu, a été largement vanté, même par une poignée d’âmes autrement responsables qui veulent croire, semble-t-il, que Hitler faisait partie du « complot juif. »
Un écrivain de talent américain, Martin Kerr, a produit une étude faisant autorité, « Le mythe du grand-père juif d’Hitler », disponible sur Internet, qui examine toutes les théories et les méandres sur ce sujet et démolit complètement cette théorie. Mais, encore une fois, cela n’empêche pas les sensationnalistes de dire « ça doit être vrai: Hitler était un Juif et un sioniste. »
Bien que tout ceci ait été une digression saillante, elle était nécessaire, précisément parce qu’il circule énormément de mésinformation et de désinformation délibérée, sur Internet et dans des ouvrages divers parus au cours du dernier demi-siècle, au sujet des relations entre les nazis d’Adolf Hitler et l’agenda sioniste et juif.
Alors, malheureusement, afin de remettre l’histoire en accord avec les faits, il est essentiel de répondre à toutes ces sornettes.
Pour mémoire—reprenons le cours de notre analyse du sionisme et du judaïsme (en lien avec ce que nous connaissons aujourd’hui comme le Nouvel Ordre Mondial). On notera d’abord ceci: la vérité est que, au fil des années, il y a eu de nombreuses personnes—dont certaines ouvertement anti-juives—qui ont vu une certaine sagesse dans le sionisme en général.
Autrement dit, ils ont vu le départ des Juifs hors de leur pays et la concentration de la population juive dans un état appartenant à tous les Juifs (mais pas nécessairement en terre palestinienne arabe) comme un moyen de résoudre enfin le conflit séculaire entre les Juifs et tous les autres.
En 1922, Théodore Fritsch, un écrivain allemand anti-juif bien connu, reconnaissait son admiration pour l’idéologie sioniste:

Nous considérons toujours les sionistes comme les plus honnêtes des Juifs, parce qu’ils admettent. . . qu’il ne peut y avoir de mélange avec les populations non-juives, que les diverses races se dérangent mutuellement dans leur développement et leur culture. Nous demandons donc avec les sionistes « une séparation claire » et la fondation d’un dominion exclusivement juif. . . .

Dans la même veine, en 1921, l’auteur français Georges Batault a écrit dans Le problème juif:

Si le peuple juif reconstitué souhaite se classer en tant que nation parmi les nations, alors il est du devoir et de l’intérêt de chacun de l’aider à le faire. S’il envisage, au contraire, de s’organiser au niveau international afin de ruiner et de dominer les nations, alors il est du devoir de ces dernières de se lever et de l’en interdire.

Toutefois, Batault reconnaissait que, en définitive, les enseignements juifs professent que les Juifs en viendront à gouverner la terre dans son intégralité:

Et quant au résultat final de la révolution messianique, il sera toujours le même; Dieu renversera les rois et fera triompher Israël et son roi; les nations seront converties au judaïsme et obéiront à la loi, ou bien seront détruites et les Juifs seront maîtres du monde.

En France, durant la Seconde Guerre mondiale, il y avait une vaste opposition à l’influence juive, non seulement dans le régime de Vichy dans le sud de la France, un régime indépendant qui a collaboré avec l’Allemagne nazie, mais également même dans la zone occupée par les Allemands dans le Nord de la France.
(Parenthèse intéressante: beaucoup de gens aujourd’hui, en particulier des Américains mal informés, voient la France de Vichy comme les « méchants » qui étaient « antisémites » et la France occupée par les Allemands comme les « bons gars » qui « détestaient les nazis et s’opposaient à leurs vues antisémites », cependant la vérité est que l’opposition au pouvoir juif et à l’influence juive était très répandue dans toute la France et cela malgré toutes les légendes de la Seconde Guerre mondiale.)
En tout état de cause, un écrivain a parlé de ces préoccupations chez les Français, c’est Gabriel Malglaive, dont le livre Juif ou Français? publié en 1942, explique quelles ont été les mesures prises dans la France de Vichy afin de limiter le pouvoir juif. Il dit que ces mesures visaient quatre objectifs principaux:

1. Résolument exclure les Juifs du gouvernement. . . . Ce fut la première tâche et relativement la plus simple, car cela ne concernait seulement qu’un petit nombre. . . ;
2. Combattre leur influence intellectuelle, combattre tout appui à leur intrusion dans l’État et toute extension de celle-ci, et les exclure à cette fin des professions libérales, de l’enseignement, de la presse, etc;
3. Éliminer leur suprématie « économique et financière », leur prépondérance dans tous les domaines de l’industrie, du commerce, du marché boursier et des banques, c’est-à-dire déjudaïser ce domaine qui avait été le leur. Agir de telle manière à ce qu’ils ne tiennent plus le pouvoir de l’argent, le plus redoutable, car s’ils l’avaient gardé, ils auraient conservé en pratique tous les autres pouvoirs;
4. Finalement éliminer leur pouvoir occulte en les tenant éloignés des corporations et sociétés, en purgeant. . . la presse et les agences à travers lesquelles ils ont établi une propagande rusée et [leur] censure de facto. . .

En fin de compte, écrit-il, ce que lui et tant d’autres ont considéré comme « le problème juif » appelle à une « solution juive. » Ironie du sort, dit Malglaive, à l’avenir les grandes puissances du monde, y compris même le peuple juif, seront forcés de reconnaître « l’existence de la nation juive », et par conséquent de délimiter un territoire qui serait remis à la nation juive.
Ceci, bien sûr, correspond en fait à ce que nous connaissons aujourd’hui comme « le sionisme ». Le résultat serait, dit Malglaive, que dès lors, « tous les Juifs du monde posséderont légalement et officiellement la nationalité juive que leurs cœurs ont toujours secrètement réclamé. » La question, conclu-t-il, est de savoir « si souhaitant régler le problème humainement nous voulons cesser d’être provoqués par les Juifs, ou si, en continuant ainsi à prendre des demi-mesures, nous nous résignons à un règlement partiel et donc malheureux de cette question ». (LIRE LE RESTE…)

VERSION ORIGINALE EN LANGUE ANGLAISE:

Chapter 3 (« Zionism is Judaism: The Foundation for a Global Jewish Imperium ») from the book THE NEW BABYLON: Those Who Reign Supreme, by Michael Collins Piper:

« For the moment, however, we must make a critical digression, to explore the much-discussed relationship between Nazi Germany and the Zionist movement. This has been the subject of so much misinformation and deliberate disinformation, much of it spread by well-meaning folks who don’t understand the “big picture.”

While there are those who have correctly pointed out that—during the early years of the Nazi regime of Adolf Hitler—the German government actually collaborated with elements of the Zionist movement in Germany and elsewhere, this point has been largely misunderstood and misconstrued.

Some more naive and excitable folks have declared this to be proof that “Hitler was a Zionist”and that the entire purpose of the creation of the Third Reich was setting in place the Holocaust so that a Zionist state could emerge from the ashes of the dead. This is quite a lively thesis, but one which essentially relies on a lot of imagination coupled with a fantastic and fanciful dependence upon a wide variety of forces and events—not necessarily connected—falling into place in order to achieve the final goal: a Zionist state.

While the National Socialist regime in Germany did initially form some loose collaborative efforts with Zionists in Europe and Palestine, seeing this as an ideal way to convince and persuade Jews to leave Europe, these ties generally disintegrated as the Germans recognized, during wartime, that collaboration with the anti-Zionist Arabs in North Africa and the Middle East was far more productive for German goals. So while there is truth that the Germans did collaborate with the Zionists, the matter has been largely overstated by persons who are unwilling or simply incapable of looking at the much-larger—and far more important—geopolitical picture.

Let it also be said that many of those who have adopted the stance that “Hitler was a Zionist” often tend to be individuals—however well-meaning they may be—who use that term to “prove” that they aren’t “anti-Semitic,” as if to say “Well, even though I’m a critic of Israel, I’m not ‘like Hitler’ since, after all, it was Hitler who helped bring about the state of Israel.”

Those who tout this line fail to understand that the Jewish Power Elite and the Zionist movement scoff at this stance and consider anyone who even flirts with this theory to be just as bad as those others who are outright, open critics of Israel, Zionism and the Jewish agenda.

The most responsible studies of German-Zionist collaboration can be found in the work of Lenni Brenner, an Orthodox Jewish-born American Marxist, whose Zionism in the Age of the Dictators and his later volume, 51 Documents: Zionist Collaboration With the Nazis, correctly put the matter in context. This has not stopped sensationalists from twisting the truth.

There is also the legend that “The Jewish bankers” or “The Zionist bankers” (used often interchangeably) financed Hitler. Not true.

James Pool, in his authoritative work, Who Financed Hitler? demonstrates quite the contrary.

In one instance a Jewish financier in Germany did give money to the Nazi Party—prior to the rise to power of Adolf Hitler—but those funds were designed to help Hitler’s intra-party opposition, to stop Hitler. But despite this fact, some “patriots” still say that “The Jews backed Hitler.”

Many of those who worship at the altar of this nonsense cite a flagrantly-fraudulent document of shadowy origins entitled Hitler’s Secret Backers, ostensibly written by one “Sidney Warburg,” one of those “Jewish bankers.” But this document, as we’ve said, is a fraud.

The late Dr. Antony Sutton’s Wall Street and the Rise of Hitler has promoted this theory, based in part on the Warburg travesty and has given further institutionalization to this mythology—the truth be damned.

American banks and corporations did work with the Hitler regime, usually a continuation of previous financial arrangements going back decades, but this was not part of any grand conspiracy to bring Hitler to power. The claim that the Bush family was integral to the rise of Hitler is another myth.

Kevin Phillips—no admirer of the Bush dynasty—examines the actual circumstances surrounding the Bush-Hitler scenario in his book, American Dynasty: Aristocracy, Fortune, and the Politics of Deceit in the House of Bush and puts the facts in proper perspective.

Another nonsensical claim—that Hitler and most of the top Nazis were actually Jews or part Jewish—has its primary origin in a virtually impenetrable and quite bizarre work entitled Adolf Hitler: Founder of Israel.

Sadly, in the age of the Internet, this volume, which most of those who quote it have never actually read, has been widely touted, even by a handful of otherwise responsible souls who want to believe, it appears, that Hitler was part of “the Jewish conspiracy.”

A talented American writer, Martin Kerr, has written an authoritative study, “The Myth of Hitler’s Jewish Grandfather,” which can be found on the Internet, which examines all of the theories and meanderings on this topic and lays the theory to rest. But, again, that doesn’t stop the sensationalists from saying “it must be true: Hitler was a Jew and a Zionist.”

While all of this has been a distinct digression, it’s been a necessary one, precisely because there is so much misinformation and deliberate disinformation regarding the relationship between Adolf Hitler and the Nazis and the Zionist and Jewish agenda that has littered the Internet and published works throughout the last half century.

So, unfortunately, in order to bring history into accord with the facts, it is critical to address the nonsense.

For the record, let us return to our course of analysis—the issue of Zionism and Judaism (vis-a-vis what we know today as the New World Order). And we shall note this: the truth is that, over the years, there have been many people—admittedly anti-Jewish—who saw some wisdom in Zionism generally.

That is, they saw the departure of Jews from their lands and the concentration of the Jewish population in a state all the Jews own (although not necessarily in Arab Palestine) as a means of finally resolving the age-old conflict between the Jews and all others.

In 1922, Theodore Fritsch, a well known German anti-Jewish writer, actually acknowledged his admiration for Zionist ideology:

We still consider the Zionists as the most honest of Jews, because they admit that . . . there be no amalgamation with the non-Jewish people, that the diverse races moreover mutually disturb each other in their development and culture. We therefore demand together with the Zionists “a clean separation” and the settlement of a Jews-only dominion. . . .

In a similar vein, in 1921, French author Georges Batault wrote in The Jewish Problem:

If the reconstituted Jewish people wishes to rank itself as a nation among the nations, then it is the duty and the interest of each one to help it to do so. If it contemplates, on the contrary, organizing itself internationally in order to ruin and dominate the nations, then it is the duty of the latter to rise up and forbid it.

However, Batault recognized that, ultimately, Jewish teachings taught that the Jews would come to rule the earth in its entirety:

As for the final result of the Messianic revolution, it will always be the same; God will overthrow the kings and will cause Israel and its king to triumph; the nations will be converted to Judaism, and will obey the law or else they will be destroyed and the Jews will be the masters of the world.

In France, during World War II, there was widespread opposition to Jewish influence, not only in the Vichy Regime in Southern France, an independent regime which collaborated with Nazi Germany, but likewise even in the German occupied area of Northern France.

(Note this interesting aside: Many people today, especially un-learned Americans, perceive Vichy France to be the “bad guys” who were “anti-Semitic” and German Occupied France to be the “good guys” who “hated the Nazis and opposed their anti-Semitic point of view” but the truth is that opposition to Jewish power and influence was widespread throughout all of France, the legends of World War II notwithstanding.)

In any event, one writer who spoke about these concerns among the French was Gabriel Malglaive, whose book Jewish or French? published in 1942, discussed measures taken in Vichy France designed to curtail Jewish power. He said there were four principal aims underlying these measures:

  1. Resolutely to separate the Jews from the government . . . . That was the first task and relatively the simplest, because it envisaged only a small number. . . ;
    2. To combat their intellectual influence,support and extensionof their intrusion into the state; to separate them, to this end, from the liberal professions, from teaching, from the press, etc;
    3. To eliminate their “economic and financial” supremacy, their preponderance in all branches of industry, commerce, the stock market and the banks, that is, to de-Judaize this realm which had been theirs. To act in such a manner that they would no longer retain the power of money, the most fearful one, for if they had kept it, they would have, in practice, conserved all the others;
    4. To eliminate, finally, their occult power by keeping them away from corporations, by purifying . . . the press and agencies through which they established a cunning ropaganda and [their] de facto censorship . . . .

In the end, he wrote, that what he and so many others considered “the Jewish Problem” would have to be given what he called a “Jewish Solution.” Ironically, Malglaive said, in the future the great powers of the world, even including the Jewish people,would be forced to recognize “the existence of the Jewish nation” and therefore assign a territory which would be turned over to the Jewish nation.

This, of course, is, in fact, what we today know of as “Zionism.” The result would be, said Malglaive, that from then on, “all of the Jews of the world will possess legally, officially, the Jewish nationality which their hearts have always secretly chosen.” The issue, he concluded, was “whether wishing to settle the problem humanely we want to cease being provoked by the Jews, or whether, continuing to apply half-measures,we resign ourselves to a partial and thus poor settlement of this Question.” (READ THE REST…)

 

Bush, Rockefeller, Rothschild et Hitler

Par Michael Collins Piper,  pour American Free Press. 28 janvier 2013

Certains lecteurs de American Free Press ont été choqués par les deux premiers articles de cette série proposant une réflexion sur la prolifération des mythes, de documents bidons et de « citations » frauduleuses venant troubler les recherches sérieuses sur les grandes questions de l’heure et les événements du passé. Or, le travail de l’AFP est de rapporter les faits.

Cette semaine, nous jetterons un coup d’oeil sur un mythe particulièrement répandu—ou plutôt une combinaison de mythes—qui en a enthousiasmé plusieurs: il s’agit d’une variété d’allégations à l’effet que les familles Bush, Rockefeller et Rothschild et une foule de « banquiers juifs »—ensemble ou séparément—auraient contribué à financer la montée au pouvoir d’Hitler.

La source la plus citée en ce qui concerne l’histoire des banquiers juifs ayant aidé Hitler est le livre Hitler’s Secret Backers, soi-disant écrit par un banquier juif du nom de Sidney Warburg.

Tout d’abord, Sidney Warburg n’a jamais existé. Mais ceux qui ont vraiment lu ce livre d’origine douteuse qui relève clairement de la fumisterie (et la plupart de ceux qui le citent ne l’ont pas lu) savent que l’auteur inconnu dit—contrairement à ce que les gens croient qu’il dit—que les banquiers juifs n’ont pas financé Hitler. Au lieu de cela, le livre prétend que quelques vilains banquiers non-juifs l’ont fait.

Mais cela aussi n’est pas vrai. Une évaluation précise par James Pool dans Who Financed Hitler?  réfute absolument la légende voulant que de gros intérêts bancaires ou industriels aient joué un rôle important dans le financement d’Hitler. La plupart de l’argent du parti nazi provenait de petites contributions et des ventes de littérature.

Aucun Rothschild n’a soutenu Hitler. C’est un mythe. Un banquier, chrétien pratiquant avec un quart de sang juif, a—selon une source, qui relayait une rumeur—donné de l’argent à Hitler. Et c’est tout. Le seul banquier juif connu pour avoir donné de l’argent à un quelconque nazi l’a donné à des éléments au sein du parti nazi—les frères Strasser—qui tentaient de stopper Hitler.

Et Hitler ne descendait pas de quelque famille Rothschild ou Frankenberger. S’il avait du sang juif, cela n’a jamais été retracé de manière concluante.

Un promoteur de l’allégation selon laquelle Hitler était juif cite La Vienne d’Hitler de Brigitte Hamann comme preuve, en soulignant que le livre relate des histoires sur l’héritage juif d’Hitler. En fait, Hamann dissèque ces contrevérités, les réfutant en détail.

Certains disent qu’Hitler était pro-sioniste. Ils ont tort. Pendant une brève période Hitler a encouragé certains sionistes dans leurs efforts visant à promouvoir l’immigration des juifs d’Allemagne vers la Palestine, tel que décrit dans le livre de Edwin Black The Transfer Agreement. Toutefois, au même moment, d’autres forces sionistes en appelaient dès 1933 à la guerre contre Hitler.

La légendaire « collaboration nazi-sioniste » ne fut qu’un petit aparté sans conséquence géopolitique réelle. Mais elle a quand même fournit l’occasion pour de mémorables débats sur Internet.

D’autres s’agitent hystériquement autour du fait que des banques et des sociétés américaines ont collaboré avec le régime nazi, et pourtant—malgré la frénésie—ce n’est ni une révélation majeure ni un fait extraordinaire. Ce sont des ententes bien connues, qui remontaient parfois à plusieurs décennies et qui étaient conclues avec le gouvernement allemand au pouvoir quel qu’il fût. (Lire la suite…)

 

ARTICLE ORIGINAL EN LANGUE ANGLAISE:

Bush, Rockefeller, Rothschild and Hitler

By Michael Collins Piper. Jan 18, 2013 Issue of American Free Press

Some AMERICAN FREE PRESS readers were upset by the first two articles in this series reflecting on the proliferation of myths, phony documents and fraudulent “quotations” muddying serious research into big issues of the day and events of the past. However, AFP’s job is to report the facts.

This week, we take a look at one particularly ubiquitous myth—a combination of myths—which has excited many: A variety of claims the Bush, Rockefeller and Rothschild families and a host of “Jewish bankers”—together or independently—helped finance Hitler’s rise to power.

The most cited source for the story Jewish bankers paved the way for Hitler is Hitler’s Secret Backers, supposedly by a Jewish banker named Sidney Warburg.

First of all, there was no Sidney Warburg. But those who actually read the spurious book (and most who cite it haven’t read it) will find the unknown author says—in contrast to what people think he said—that Jewish bankers didn’t finance Hitler. Instead, the book claims some naughty non-Jewish bankers did so.

But even that isn’t true. An accurate assessment by James Pool in Who Financed Hitler absolutely refutes the legend big banking or industrial interests played a substantial role funding Hitler. Most of the Nazi Party’s money came from small contributions and sales of literature.

No Rothschilds backed Hitler. That’s a myth. One banker, a practicing Christian of one-quarter Jewish descent, was said—by one source, passing on a rumor—to have donated money to Hitler. And that’s it. The one Jewish banker known to have given money to any Nazis gave it to elements in the Nazi party—the Strasser brothers—who were trying to stop Hitler.

And Hitler wasn’t descended from any Rothschilds or Frankenbergers. If he had any Jewish blood, it has never been authoritatively traced.

One proponent of the claim Hitler was Jewish cites Brigitte Hamann’s Hitler’s Vienna as proof, pointing out the book describes stories of Hitler’s Jewish heritage. In fact, Hamann dissects the legends, refuting them in detail. (…)

Some claim Hitler was pro-Zionist. They are wrong. For a brief period Hitler did encourage some Zionists in efforts to promote Jewish immigration from Germany to Palestine, as described in Edwin Black’s The Transfer Agreement. However, at the same time, other Zionist forces were calling for war against Hitler as early as 1933.

The legendary “Nazi-Zionist collaboration” was a tiny blip of no geopolitical consequence. But it makes for great Internet chatter.

Others are hysterical over the fact American banks and corporations worked with the Nazi regime, yet—despite the frenzy—this is neither a major revelation nor is it extraordinary.

These were well-known arrangements, sometimes going back decades, with whatever German government was in power. (Read the rest…)

VIDEO – Michael Collins Piper – How Disinformation Becomes History

AUDIO – MP3 Jim Condit Jr, partisan of the « Hitler Zionist agent » theory, confronted regarrding his video « The Final Solution ot Adolf Hitler ».

VIDEO – Spingola – The Transfer Agreement Boycott Fever of 1933

VIDEO – L’influence britannique (pas allemande!) derrière le sionisme

VIDEO – La déclaration Balfour promise en échange que les juifs poussent les USA dans la Première Guerre mondiale

 

Du mythe « Hitler sioniste fondateur d’Israël »:

« Une partie de sa race se reconnaît ouvertement pour un peuple étranger, non sans d’ailleurs commettre un nouveau mensonge. (…) Ils  [les sionistes] n’ont pas du tout l’intention d’édifier en Palestine un État juif pour aller s’y fixer ; ils ont simplement en vue d’y établir l’organisation centrale de leur entreprise charlatanesque d’internationalisme universel ; elle serait ainsi douée de droits de souveraineté et soustraite à l’intervention des autres États ; elle serait un lieu d’asile pour tous les gredins démasqués et une école supérieure pour les futurs bateleurs. » (Adolf Hitler, Mein Kampf)

 

« Notre point de vue sur la question juive est la suivante : la prise de position de l’Amérique et de l’Angleterre quant aux juifs ne nous intéresse d’aucune façon. Ce qui est clair, c’est que nous ne voulons pas les avoir en Allemagne et dans le domaine de vie allemand en raison des décennies d’expérience après la [première] guerre mondiale et que nous n’engagerons aucune discussion à ce sujet. Si l’Amérique veut les prendre, nous nous en féliciterons. Mais il doit être exclu, et là-dessus une garantie devra nous être donnée, que les juifs que nous laisserons sortir par la Suisse puissent jamais être refoulés vers la Palestine. Nous savons que les Arabes, tout autant que nous Allemands le faisons, refusent les juifs et nous ne voulons pas nous prêter à une indécence telle que d’envoyer de nouveaux juifs à ce pauvre peuple martyrisé par les juifs.” (18.1.1945 MF/Bn. Heinrich Himmler; Document de l’US-Document-Center Berlin. Photographie dans Werner Maser, Nürnberg, Tribunal der Sieger, Droemer Knauer, München-Zürich, 1979, p. 262-263)

Discours du Führer devant le Reichstag, 28 avril 1939:

« Mais je dois aussi attirer l’attention de M. Roosevelt sur une ou deux erreurs dans l’histoire. Il mentionne l’Irlande, par exemple, et demande une déclaration à l’effet que l’Allemagne n’attaquera pas l’Irlande. Maintenant, je viens de lire un discours prononcé par M. de Valera, le Premier ministre Irlandais, où curieusement, et contrairement à l’opinion de M. Roosevelt, il n’accuse pas l’Allemagne d’opprimer l’Irlande, mais reproche à l’Angleterre de soumettre l’Irlande à une agression continue.
Avec tout le respect dû à M. Roosevelt et à sa compréhension des besoins et des soucis des autres pays, on peut néanmoins supposer que le Premier ministre irlandais connaît mieux que le président des États-Unis quels sont les dangers qui menacent son propre pays.
De même, le fait a évidemment échappé à l’attention de M. Roosevelt que la Palestine est actuellement occupée non par les troupes allemandes, mais par les Anglais, et que le pays voit sa liberté restreinte par le recours à la force la plus brutale, est dépouillé de son indépendance et souffre des mauvais traitements les plus cruels au profit des intrus juifs. (…)
Les Arabes vivant dans ce pays ne se seraient donc certainement pas plaints à M. Roosevelt de l’agression allemande, mais ils expriment devant le monde un appel constant, déplorant les méthodes barbares par lesquelles l’Angleterre tente de réprimer un peuple qui aime sa liberté et ne fait simplement que la défendre.
Cela, aussi, est peut-être un problème qui, de l’avis du président américain, devrait être résolu à la table de conférence, c’est-à-dire, devant un juge juste, et non par la force physique ou des méthodes militaires, par des exécutions de masse, en brûlant des villages, en faisant sauter des maisons et ainsi de suite.
Car un fait est sûrement certain. Dans ce cas-ci, l’Angleterre n’est en train de se défendre contre la menace d’une attaque arabe, mais comme un intrus qui n’a pas été invité, elle tente d’établir son pouvoir sur un territoire étranger qui ne lui appartient pas « (…)

Version anglaise:  « But I must also draw Mr. Roosevelt’s attention to one or two mistakes in history. He mentions Ireland, for instance, and asks for a statement to the effect that Germany will not attack Ireland. Now, I have just read a speech delivered by Mr. de Valera, the Irish Taoiseach (Prime Minister), in which strangely enough, and contrary to Mr. Roosevelt’s opinion, he does not charge Germany with oppressing Ireland, but reproaches England with subjecting Ireland to continuous aggression.
With all due respect to Mr. Roosevelt’s insight into the needs and cares of other countries, it may nevertheless be assumed that the Irish Taoiseach would be more familiar with the dangers which threaten his country than would the President of the United States.
Similarly the fact has obviously escaped Mr. Roosevelt’s notice that Palestine is at present occupied not by German troops but by the English; and that the country is undergoing restriction of its liberty by the most brutal resort to force, is being robbed of its independence and is suffering the cruelest maltreatment for the benefit of Jewish interlopers. (…)
The Arabs living in that country would therefore certainly not have complained to Mr. Roosevelt of German aggression, but they are voicing a constant appeal to the world, deploring the barbarous methods with which England is attempting to suppress a people which loves its freedom and is merely defending it.
This, too, is perhaps a problem which in the American President’s view should be solved at the conference table, that is, before a just judge, and not by physical force or military methods, by mass executions, burning down villages, blowing up houses and so on.
For one fact is surely certain. In this case England is not defending herself against a threatened Arab attack, but as an uninvited interloper, is endeavoring to establish her power in a foreign territory which does not belong to her » (…)

Sur ce blog:

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur 51 Documents : Zionist Collaboration with the Nazis (L. Brenner, 1983). Un des rares livres sérieux pour comprendre de manière juste l’histoire réelle des relations entre sionistes et nazis, selon Michael Collins Piper. Relations qui ont pris fin dès 1936, rappelons-le.