Netanyahou en mode messianique (David Sheen, Zurich, 5 novembre 2019)

On en a discuté il n’y a pas si longtemps et on le rappelle souvent, mais voilà une conférence à ne pas manquer, qui réunit l’essentiel de ce que les grands médias ne disent pas sur l’influence grandissante des kahanistes dans le gouvernement Netanyahou. Rapprochement « anti-rectitude politique », ou haineux décomplexé, qui promet de rendre Netanyahou encore plus populaire en Israël, tout comme les menaces de la Cour de Justice international n’ont fait que l’aider à regagner en popularité durant son procès pour corruption. Netanyahou est un Américain de naissance, fort probablement lié à la CIA. Kahane aussi était Américain et travaillait secrètement pour le gouvernement américain dans différentes opérations (voir l’excellent The False Prophet: Rabbi Meir Kahane – From FBI Informant to Knesset Member de Robert I. Friedman gratuit sur balderexlibris). Comme Trump, Netanyahou sait utiliser la haine médiatique générée contre lui pour la retourner à son avantage très facilement: il a compris qu’une part grandissante de la population croira toujours l’inverse de ce que disent les prétendus « médias libéraux », irrémédiablement décrédibilisés. La stratégie est une simple reprise de l’Art de la guerre de Sun Tzu: créer de la controverse à l’infini à partir de rien, polariser en semant un maximum de graines de division et de haine de tous côtés, amplifiant partout le « nous vs eux », ici afin de pousser les esprits à s’enfermer chacun dans un tunnel mental, une spirale de partisannerie, où chacun croit ce qu’il veut, s’isolant chacun dans des mondes différents, des réalités différentes (Frontline @1h00, 1h45 et 1h49). (Comme la pensée politique des partis et des clivages gauche-droite, le conspirationnisme est lui aussi malheureusement utilisé dans ce sens: comme instrument de guerre psychologique, pour brouiller les esprits en poussant les potentiellement subversifs dans une logique de contradiction systématique voire dans une dynamique de radicalisation et de marginalisation conduisant à la neutralisation).

Sur ce blog:

Alliance électoraliste de Netanyahu avec l’ultra-droite kahaniste: même les médias israéliens sont consternés face au silence assourdissant des organisations juives américaines

Du mythe de l’appui inconditionnel des juifs pour le communisme et les droits civiques des noirs… Quand Meir Kahane et la branche américaine de la LDJ travallait avec la CIA et le FBI

La guerre psychologique permanente sur tous les fronts comme nouvel état des choses

Alors que le président des États-Unis claironne la théorie du complot, certains voient la propagation de cette théorie particulière comme étant en soi un complot, une vaste manipulation, résultat d’un brouillage de piste professionnel conçu par les criminels eux-mêmes

Derrière le nouveau mouvement international de droite radicale, une opération de guerre psychologique menée par les forces de l’Otan et du sionisme? (Site censuré dans certains pays.)

Le nouveau documentaire censuré d’Al-Jazeera sur l’impressionnante influence tentaculaire des lobbyistes pro-israéliens est malgré tout disponible grâce à Electronic Intifada, avec sous-titres français grâce à Orientxxi

L’influence des extrémistes de droite religieuse à l’origine des récents troubles politiques et meurtriers au Moyen-Orient. Leur ferveur eschatologique les pousse à concrétiser eux-mêmes leurs folles prophéties concernant la « guerre finale d’Armageddon », qu’ils voient se réaliser en direct dans la situation politique actuelle opposant Israël et ses voisins. Au lieu de voir partout des signes de guerre apocalyptique, la blogosphère doit insister sur le danger de manipulation lié à l’hystérie des attentes relatives à la « Fin des Temps » (ne dit-on pas qu’il faut agiter le peuple avant de pouvoir l’utiliser?).

Noam Chomsky: peu importe ce que la Russie a pu faire pour influencer les élections américaines, cette influence est sans commune mesure avec l’influence israélienne, une influence immense, connue de tous et qui ne se cache même pas. Le scandale en lui-même révèle en fait l’ignorance crasse du public et l’hypocrisie sans borne et la double éthique des médias et des politiciens.

« Islamophobia Inc. » (2018) un documentaire d’Al Jazeera qui débusque le financement de millions de dollars octroyés par de grandes organisations juives respectables à des groupes islamophobes aux États-Unis

Kushner a dissimulé ses conflits d’intérêts impliquant Israël, Flynn ses pressions en faveur d’Israël…

La récente manifestation du « syndrome de Jérusalem » de Trump met en évidence, avant tout, la puissance des sionistes chrétiens, évangéliques ou autre, aux États-Unis

Netanyahou contre ses chimériques « nazis antijuifs éternels », Bennett allié de l’extrême-droite occidentale: le passé et le futur d’Israël?

Le général McMaster, bête noire des néocons et de la droite pro-israélienne, remplacé par un de leurs favoris, John Bolton, qui bénéficie, comme le journal Breitbart (d’où vient Steve Bannon), de l’appui financier de la famille milliardaire Mercer. Sa nomination sert en grande partie à s’assurer les faveurs du milliardaire Sheldon Adelson, le principal argentier du parti républicain, qui favorise la ligne politique pro-israélienne la plus à droite et la plus guerrière envers l’Iran, la Syrie, etc.

Le Nouveau Monde, Nouvel Israël? Sion en Amérique : la Maison blanche plus que jamais sous influence de la secte dominioniste. Ce puissant mouvement religieux et politique de droite voit en Trump le prophète devant accomplir le glorieux destin de l’exceptionnalisme états-unien

« La fin de la modernité juive » (2013) d’Enzo Traverso. Un grand tableau sur le basculement des intellectuels juifs de la gauche vers la droite, de Trotski à Kissinger, au cours du 20e siècle et particulièrement au début du troisième millénaire, en lien avec les transformations qui firent passer la société de l’antisémitisme traditionnel à l’islamophobie et au philosémitisme débridés

Le rôle disproportionné des juifs et des sionistes dans les réseaux islamophobes de la droite américaine, dans les années qui ont suivi le 11 septembre 2001

Que signifie le rapprochement obscène de l’Inde avec Israël, qu’elle voyait pourtant jusqu’ici comme un simple suppôt du colonialisme?

La pensée antisociale et ultralibérale d’Ayn Rand illumine les gouvernements Netanyahou et Trump

En mémoire du journaliste d’enquête Robert I. Friedman (1950-2002) auteur de « Zealots for Zion » et « The False Prophet »

Pour Stephen Bannon et l’Alt-Lite de Breitbart and co., « anti-Israël » rime avec « contrôlé par les juifs ». Infowars (Alex Jones) en renfort pour nous convaincre que Bannon a raison…

Il y a vingt ans, l’attentat terroriste du loubavitch kahaniste Baruch Goldstein à Hébron montrait la fête de Pourim sous son vrai jour

Dans la série des terroristes juifs dont vous n’avez jamais entendu parler: un terroriste juif, fervent supporteur de la campagne de Ted Cruz à la présidence US, ne suscite aucune controverse en félicitant les extrémistes juifs responsables de l’incendie qui tua un bébé palestinien. Comme ce fut le cas pour l’assassin d’Yitzhak Rabin ou pour le meurtrier de masse Baruch Goldstein, les proches d’un des individus inculpés pour le meurtre du bébé palestinien clament son innocence et en font même un martyr héroïque…

Kushner a dissimulé ses conflits d’intérêts impliquant Israël, Flynn a dissimulé ses pressions en faveur d’Israël…

En mémoire du journaliste d’enquête Robert I. Friedman (1950-2002) auteur de « ZEALOTS FOR ZION » (1992)

Alex Jones et Infowars: leur combat contre la Palestine, aux côtés de la prétendue « seule démocratie au Moyen-Orient »

Les nouveaux « nationalistes »: néo-FN, Finkielkraut, Zemmour, Taguieff et… Murdoch! Guillaume Weill-Raynal avait sonné l’alarme dès 2005. Ils sont la preuve que si le sionisme a longtemps préféré la gauche libérale antiraciste, elle préfère aujourd’hui la droite ostensiblement « nationaliste »! C’est l’essence même de la révolution néoconservatrice. Fox News, le 11 septembre et la mouvance anti-islam: cooptation, canalisation et récupération du nationalisme par le sionisme international sous couvert de lutte nationaliste contre des armées d’envahisseurs et infiltrateurs musulmans.

Du mythe de l’appui inconditionnel des juifs pour le communisme et les droits civiques des noirs… Quand la branche américaine de la LDJ travallait avec la CIA pour promouvoir la guerre du Vietnam, et avec le FBI pour traquer et attaquer les groupes noirs, les diplomates soviétiques et des arabes

De colombes libérales pour la justice sociale et contre la guerre du Vietnam à faucons néocons pro-guerre sans fin pour Israël : le mythe de la guerre de Six Jours, à la base de l’insécurité et de la droitisation chez les juifs

Trump et Netanyahou sur la même ligne anti-Iran, anti-Onu et anti-Unesco

Israël pour la guerre sans fin? La trève conclue entre la Russie et les États-Unis en Syrie vertement dénoncée par Israël.

Le rabbin Meir Kahane, fondateur du groupe terroriste Jewish Defense League, en héro de bande dessinée

« Netanyahou m’a personnellement confirmé que ça marche ». Le président Trump cite le président israélien Benjamin Netanyahou pour défendre son idée de mur auprès du président mexicain.

Victoire du KKKahanisme en Israël

En Israël, la pègre juive dite « russe » favorise le sionisme le plus extrémiste, représenté par Avigdor Li(e)berman, leader du daech judaïque (« Jewish ISIL »)

Rapport censuré et démission au Conseil des droits l’homme de l’Onu : preuve qu’Israël réussit à grand-peine à garder l’Onu sous son contrôle

Israël accuse l’UNESCO de négationnisme, plus précisément de « fausse histoire », pour avoir reconnu que d’autres religions que le judaïsme sont également reliées à Jérusalem

Médias européens antijuifs? Selon un nouveau documentaire de Arte, si le projet impérial du Grand Israël se réalise et qu’Israël devient une puissance mondiale, ce sera grâce aux colons juifs israéliens.

La télé publique américaine antijuive? Dans la tête de Bibi Netanyahou le psychopathe : un nouveau documentaire de PBS décrit son obsession de l’éternel retour de la Shoah et de la menace nazie, et explique comment il a réussi à rendre la paix impossible et à s’aliéner la quasi totalité de la planète, incluant même son plus grand allié officiel, les États-Unis.

En Israël, la pègre juive dite « russe » favorise le sionisme le plus extrémiste, représenté par Avigdor Li(e)berman, leader du daech judaïque (« Jewish ISIL »)

Encore un peu d’information du FBI sur les Israéliens dansants. Pas de preuve fumante mais un pattern prouvé et reconnaissable de manipulation du terrorisme comme stratégie géopolitique.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.